Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 06:01

 

Né à Narbonne en 1919, André Héléna vit une jeunesse bohème avant de publier ses premiers romans noirs en 1949 : Les flics ont toujours raison et Le bon Dieu s’en fout. A l’époque, on le considère comme un besogneux, productif mais peu fiable. Jusqu’en 1955, il est exploité par des éditeurs douteux. Il écrit de nombreux romans, signés de son nom ou sous pseudonymes. Il s’agit d’histoires sombres, ayant pour héros des malfrats médiocres aux destinées fatales. La pègre y est présentée sans concession. Les intrigues sont simples et solides. La narration entraînante évite les fioritures, dans un langage direct. A lire : le cycle Les compagnons du destin (1952-53), neuf romans indépendants. Plus souriante, la série L’aristo (16 titres, 1953-55) est très plaisante. D’autres romans ou séries (dont Le gars Blankie ou La môme Muriel) signés de pseudos sont moins rigoureux. Les scénarios ordinaires, parfois mal maîtrisés, jouent sur l’ambiance du monde des truands.

ANDRE HELENAEn 1955, il co-écrit la novellisation du film Interdit de séjour (1956, La Chouette), dont il est co-scénariste. Pour La Chouette, il crée l’avocat Valentin Roussel. Dix-sept aventures sont publiées, de 1956 (Ces messieurs de la famille) à 1961 (Des fruits, des fleurs et du plomb). Il s’agit d’agréables comédies policières à suspense, souriantes et rythmées. Pour les cinq premiers titres, l’auteur est "encadré" par Simone Sauvage puis Claire Cailleaux. Cette série est signée Noël Vexin. Sous son nom, André Héléna publie dans la même collection des romans plus noirs : Peinture au couteau (1958), En cavale (1959), Le filet (1959). En parallèle, il écrit des romans érotiques, pour la plupart signés Alex Cadourcy, et probablement des pornos (non identifiables). A noter, un très bon roman noir Les clients du Central Hôtel (1959, coll. La Grenade).

Le Fleuve Noir accueille enfin André Héléna en "Spécial-Police", avec Par mesure de silence (1965). Pour cette collection, il crée le journaliste Em Cary. Huit épisodes sont publiés, de 1965 (L’article de la mort) à 1967 (Dionysos 7,65), des enquêtes agitées. Par la suite, beaucoup de ses livres sont réédités, sous le pseudo de Noël Vexin – en 1968-69 au éditions Les Presses Noires, puis chez Eurédif à partir de 1970.

André Héléna est décédé à Leucate en 1972. Malgré ses imperfections, il reste un très bon romancier, souvent comparé à Léo Malet. Sans doute y a-t-il une part de nostalgie dans la reconnaissance tardive, mais méritée, dont il est l’objet. Les plus récentes rééditions : en 1986, plusieurs romans noirs chez 10-18; en 1988, Les compagnons du destin, aux éditions Fanval; début des années 2000, aux éditions E-dite, quelques romans noirs et un inédit : Les crabes (2001). Le réalisme sombre, sans espoir, de beaucoup de ses livres a peut-être nui à la réputation de cet auteur prolifique.

Le demi-sel (1952) est réédité en septembre 2010 ans la collection Noir Rétro.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Patrick 18/05/2014 11:08

Bonjour Claude
Je viens de trouver 8 romans de cet auteur collection Fanval , Les compagnons du destin...Je ne sais pas si c'est complet , en tout cas , je suis content...
Bonne journée .
Amitiés.

Claude LE NOCHER 18/05/2014 11:18

Bonjour Patrick
La crème des romans noirs d'André Héléna a été rééditée dans cette collection. Je peux t'affirmer d'avance que tu vas te régaler. Commence par "Le fourgue", un de mes préférés. Amitiés.

Patrick 17/01/2014 11:53

Bonjour Claude
Je viens de recevoir " La victime" ...tome 1 des compagnons du destin...
Amitiés

Claude LE NOCHER 17/01/2014 11:55

Bonjour Patrick
Ah ah, André Héléna version "noire" ! Bonne lecture !
Amitiés.

Jacques Olivier bosco 28/09/2013 15:42

Bonjour Claude, je m'ennuie le samedi au bureau et je passe mon temps à lire des trucs sur Héléna et je vois que tu aimes, toi aussi. J'ai moi même vécu à Narbonne gamin, et découvert Héléna grace au bouquin de Lebrun sur la littérature Noire française. J'espère que tu as reçu Loupo, tu y verras un hommage à ce sombre auteur ainsi qu'au Léo Mallet de la Trilogie Noire, ou du " Brouillard..." ( ça fait genre comme on dit le " Voyage...".) Bon WE alors
JOB
PS pour revenir à Giovanni, à qui je rends hommage dans mon premier polar, je viens de lire sa page wikipédia et j'avoue sincérement que je ne connaissais pas cette histoire de racket gestapiste. Je ne fais pas de politique, mais je suis pour la justice sociale et la fraternité humaine, bien conscient que le monde est pourri, donc estoy antirasciste ( j'ai pas mal voyagé, et je serai noir ou arabe, je filerai en France pour vivre comme un humain), et anar entre Bonnot et AD, avec les mots pas les bombes of Corse. ; )

Claude LE NOCHER 28/09/2013 20:09

L'équivalent de "L'almanach du polar" ou "Guide du polar" d'antan par Michel Lebrun et autre Jacques Baudou, mon cher JOB, c'est ce que tu as sous les yeux (pas uniquement chez moi). J'ai participé à "L'Année de la fiction" et quelques publications similaires... Aujourd'hui, l'info étant de plus en plus "immédiate", c'est par les blogs et sites qu'elle circule. Et que nous essayons de définir ces fameux "outsiders" de notre époque. Tu en fais partie, si j'en crois mes collègues et néanmoins amis. Notre petit problème, à chacun, c'est que nous ne pouvons pas "miser" sur tous les auteurs qui nous semblent intéressants. Toi, tu écris avec l'ambition de poursuivre. Bien des "premiers romans" resteront quasi-uniques pour certains auteurs. En même temps, ça n'est pas si grave. Car, sans nous prendre pour des cadors, nous espérons juste transmettre quelque chose, qu'on peut appeler du plaisir de lecture.
Amitiés.

Jacques Olivier 28/09/2013 19:16

Je viens de me rendre compte que ce bon vieux Guide du polar datait de 1987, les derniers auteurs "en devenir" Daeninckx, Pouy, Lecaye et Pennac en outsider, il faut que je me procure l'équivalent de maintenant. En tous cas merci d'avoir répondu à mon commentaire. Bon dimanche Claude.
JOB

Claude LE NOCHER 28/09/2013 16:27

Bonjour JOB
André Héléna, le grand oublié à l'ombre de Léo Malet. Michel Lebrun n'ignorait pas les quelques défauts d'Héléna, mais savait admettre et défendre la force de ses meilleurs romans. Quant à José Giovanni, c'est lui-même qui resta "en marge" de la production de polars et de cinéma durant sa vie. Son passé ? On pourrait plaider les circonstances. D'autant que Marseille a toujours navigué entre grand banditisme et politique douteuse, ça ne date pas d'aujourd'hui. Toutefois, et sans faire son procès, il reste désagréable de savoir que certains furent peu punis. Il y en eut même (voir le livre de David Defendi "Les nettoyeurs") qui se transformèrent en agents secrets.
Amitiés.

Antoine 27/08/2013 00:22

Bonjour Claude, je suis en train de découvrir ce formidable auteur à mon tour et je suis sous le charme! Après "Le bon dieu s'en fout" et "J'aurai ta peau", je viens de dévorer "Le goût du sang": c'est une merveille! L'intrigue polareuse, d'une noirceur absolue, s'inscrit admirablement dans le contexte historique des années 44/45. Héléna a peut-être écrit beaucoup de romans alimentaires, mais il a aussi laissé de véritables joyaux. Espérons qu'avec le temps sa notoriété grandisse, il le mérite vraiment!

Claude LE NOCHER 27/08/2013 06:18

Bonjour Antoine
Ses premiers titres et la série "Les compagnons du destin" sont remarquables, et on trouverait encore quelques autres titres bien sombres et sympathiques dans le reste de son œuvre. Avec le recul du temps, son talent apparait d'autant plus évident. Par exemple, la voyoucratie des années 1950 est réaliste, ou le reporter Em Cary (dans ses romans publiés au Fleuve Noir) est typique de ces aventuriers de l'époque (années 60). Sans oublier de souligner la superbe fluidité narrative de ces noirs suspense. Un auteur à lire et relire, sans nul doute.
[A noter que Franck Evrard, qui fut de ceux ayant mis en valeur André Héléna, est décédé le 20 juin 2013.]
Amitiés.
Amitiés.

orlamond 26/05/2011 19:38


Je viens de relire "Le bon Dieu s'en fout" et c'est saisissant, aussi bien pour le côté années 50 qui me plaît beaucoup que pour le désespoir assumé.
Je suis assez d'accord avec Casoar et Bayon pour estimer que ce qu'il a signé Noël Vexin ou sous d'autres pseudos est bien inférieur. Mais Ditis (Editions La chouette)était le boss et je crois
qu'il n'avait pas trop le choix.


Claude LE NOCHER 26/05/2011 20:26



André Héléna était réputé inconstant, peu fiable. L'éditeur Frédéric Ditis le fit donc "encadrer" par deux collaboratrices (Simone Sauvage, puis Claire Cailleaux)
pour qu'il produise ses livres sous le pseudo de Noël Vexin. Les aventures de son héros avocat étaient moins noires, mais pas si mauvaises. D'autres pseudos servirent à de la production "dans le
genre de l'époque". La série "L'Aristo" est sympa mais assez faible. D'autres, encore moins bien torchés.


Néanmoins, il existe une constante : André Héléna ne glorife jamais les truands-losers, les minables escrocs ou proxénètes, ni le futile monde de la nuit. Certes, il
montre leur vie, mais en soulignant leur marginalité en forme d'impasse. Relisez "Peinture au couteau" (peut-être signé N.Vexin, je ne sais plus) et quelques autres publiés même par Ditis, c'est
éloquent - dans la noirceur, la description des "perdants".


Souvent associé à Léo Malet, autre talentueux auteur de "noirceur à la française", André Héléna me parait plus puissant dans le sombre, la désillusion autour de
l'argent facile. Ah, nous pourrions consacrer des heures, des jours, des mois, à évoquer cet auteur mésestimé.


Amitiés.



orlamond 26/05/2011 09:05


D'accord avec vous pour dire qu'Héléna est un grand auteur. Avec une noirceur systématique qui fait sa force. Redécouvrons Héléna !!


Claude LE NOCHER 26/05/2011 16:59



Bonjour... Je suis un admirateur d'André Héléna depuis longtemps. Si la noirceur de ses textes détonnait peut-être en son temps, je crois qu'on la comprend mieux
aujourd'hui. En effet, il est nécessaire de rappeler son nom et son oeuvre, et surtout de lire et relire ses romans.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/