Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 06:13

 

La littérature policière n’est pas née spontanément avec la génération actuelle d’auteurs. Elle a son histoire, que les amateurs de "culture polar" n’oublient pas. Dans le Panthéon virtuel des passionnés, certains noms s’imposent parmi les romanciers français. On citera logiquement Léo Malet ou J.P.Manchette, par exemple. Pourtant, notre mémoire de lecteur ne se réduit pas à ces auteurs marquants. D’autres ont imposé un polar français de grande qualité. Inventivité des intrigues, regard juste sur la société, vérité du hasard ou de la malchance, tonalité souriante voire ironique, ces auteurs du 20e siècle doivent garder leur place dans nos lectures. Ils ont décrit les sombres aspects de la nature humaine, souvent avec une vraie subtilité. Publiée chez Plon, la collection Noir Rétro va permettre aux lecteurs d’aujourd’hui de retrouver ces excellents romans. Voici les premiers titres proposés…

NOIR RETRO-1En juillet 2010, Attention les fauves (1981,Prix Mystère de la Critique) de Brice Pelman.

Doria vit seule et heureuse avec ses jumeaux âgés de 11 ans sur les hauteurs de Nice. Lors d’une visite, son voisin Jourdain, frustré sexuellement, la viole et l’étouffe. Dormant à l’étage, Patrick et Marieke n’ont rien entendu. Quand ils découvrent le corps de leur mère, les deux enfants mesurent la catastrophe. La mort de leur mère signifie qu’on va les mettre en pension, les séparer. Ils décident de ne rien dire, de vivre comme si rien ne s’était passé. Une journée ordinaire commence par l’école. Ils ont aussi besoin de provisions, quelques courses. Non seulement cette vieille bigote qu’est Mme Josepha leur pose des questions, mais elle promet de passer voir leur mère. Patrick et Marieke vont devoir ruser, écarter le danger. D’autant que leur tante Françoise, une véritable casse-pieds, vient aussi en visite. Et puis, il y a ce voisin, que les enfants connaissent à peine, Jourdain.

Celui-ci n’en mène pas large depuis le crime. Déjà que sa vie n’a rien de drôle, avec une épouse en mauvaise santé mentale. Jourdain se prépare à répondre aux policiers, s’étonnant qu’il n’y ait pas plus rapidement d’enquête. S’agit-il d’un subterfuge, d’une manœuvre le visant ? Ou bien la jeune femme en a-t-elle finalement réchappé ? Il approche donc les enfants, qui déclarent que leur mère est en voyage. Aurait-elle abandonnés ses mômes, à cause du choc peut-être ? À tout moment, Patrick et Marieke risquent qu’on s’aperçoive de la mort de Doria. À cause de son absence, d’un carreau cassé, de l’odeur aussi. Si l’oncle Paul y met son grain de sel, ça va compliquer encore les choses. Combien de temps cacheront-ils la vérité ? Jourdain ne parvenant pas à s’expliquer cette disparition, son doute sera l’instrument de sa perte.

En juillet aussi, Du Rififi chez les femmes (1957) d’Auguste Le Breton.

Ce roman fut adapté au cinéma en 1959 par Alex Joffé, avec Nadja Tiller, Robert Hossein, Sylvia Monfort, Roger Hanin, Françoise Rosay, Eddie Constantine. Un classique des films évoquant le Milieu de l’époque. La belle Vicky de Berlin tient le Ration K, bar à filles de Bruxelles. Les frères Napos, propriétaires du Vertige, ont décidé de racketter tous les bars de la ville. Affrontement entre tenancières et tapineuses, entre caïds et faussaires. Le Beau Marcel, chargé de l’affaire des faux talbins, devra orchestrer les rivalités entre deux clans, les affaires de filles, de territoires qui ne font pas bon ménage.

NOIR RETRO-2En septembre, Le demi-sel (1952) d’André Héléna.

Bien que son talent n’ait été que tardivement reconnu, André Héléna figure parmi les premiers auteurs de romans noirs, version française. Un romancier qu’il est bon de redécouvrir, à travers certains de ses meilleurs titres, tel celui-ci. La poisse, c’est ce qui caractérise le héros du Demi-sel, Balthazar. Parce qu’il avait eu affaire à un salopard et qu’il lui avait réglé son compte, il se savait maintenant traqué. Mort de frousse, terré chez lui, il observe de l’autre côté de la rue l’homme qui semble l’attendre dans l’encoignure de la porte, juste en face. Empoignant son Mauser, il tire et puis s’éloigne à pas tranquilles. C’est le commencement de la fuite, et le voici pris dans un engrenage dont il ne pourra pas s’extraire.

En octobre 2010, Rictus (1972) de Jean-Pierre Ferrière.

Mathieu Collard est âgé de 34 ans. Il est marié à Jeanne, 24 ans. Ils ont un fils de deux ans, François. Mathieu est employé aux Cartonneries du Loiret. Il habite près de Chartres. Le Dr Jean-Louis Tristan, son généraliste, vient d’apprendre à Mathieu qu’il est atteint du cancer. Plus que quelques mois à vivre. Que deviendront sa femme et son fils sans lui, sans argent ? La jeune prostituée Sandra compatit, mais c’est Mlle Simone (l’assistante du Dr Tristan) qui offre à Mathieu le moyen de gagner une forte somme. Pour cela, il tue Alexandre Chassagne, homme d’affaires supposé véreux.

Mathieu n’a rien révélé à Jeanne. Il paie les traites de la maison, achète une voiture. Peu de temps après, survient un drame dont Mathieu reste le seul survivant. Hospitalisé, il apprend qu’il n’a absolument pas le cancer. À sa sortie, il veut contacter le Dr Tristan, mais le cabinet de celui-ci est fermé. Il ne semble pas avoir eu d’assistante. Par contre, il avait une maîtresse, Élisabeth Chassagne, avec laquelle il est parti s’installer à Cannes. Mathieu réalise qu’on l’a manipulé pour tuer le mari. Il propose à la prostituée Sandra de l’accompagner à Cannes, sans expliquer ses motivations. La vengeance de Mathieu va toucher les proches de Tristan…

NOIR RETRO-3En novembre, Le Doulos (1957) de Pierre Vial-Lesou.

Ce roman fut remarquablement adapté au cinéma par Jean-Pierre Melville, avec Serge Reggiani, Jean-Paul Belmondo, Jean Desailly, au début des années 1960. A sa sortie de prison, quand il apprend que sa femme a été exécutée, Maur n’a qu’une idée, se venger. Après avoir abattu celui qu’il croit en être le commanditaire et lui avoir dérobé son magot et son revolver, il va à la rencontre de son meilleur ami, Silien. Ce dernier est considéré par tous les truands comme un porteur de doul. Tout en essayant de persuader Maur de ne pas replonger, Silien lui remet le matériel nécessaire au nouveau coup que son ami projette. Quand il sort de chez Maur, Silien appelle le commissaire Saligrani. L’engrenage est lancé : si l’amitié est de règle chez les truands, les apparences sont trompeuses.

En décembre 2010, Noël au chaud (1979) de Georges-J.Arnaud.

Un de ces villages de Provence où les maisons poussent à l’identique, étouffant la grande bâtisse au bout du chemin. C’est la demeure de Raymonde, 76 ans. Tous au village souhaitent sa disparition, le lotissement prévu par Monsieur le maire pourrait voir le jour. Mais voilà, veuve, sans enfant, c’est sa vie à Raymonde, alors vendre : jamais ! Augusta Pesenti, sa voisine et seule amie, vit dans son pavillon entourée de l’affection des siens: une famille. C’est en l’observant que vient petit à petit à Raymonde l’idée de faire ce qu’il faut pour arriver à son but...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Patrick 04/12/2013 16:04

Bonjour Claude

Je viens de trouver chez mon camelot du marché , le demi - sel et Attention les fauves...
Bonne journée
Amitiés..

Claude LE NOCHER 04/12/2013 16:24

Bonjour Patrick
Parce qu'il met en scène des enfants, j'ai un faible pour celui de Brice Pelman (et parce que j'admire cet auteur). Celui d'André Héléna est également très réussi. Amitiés.

Mic 04/06/2011 10:16


C'est la guigne de voir une collection de plus disparaître! Et pourtant G.J. Arnaud comme bien d'autres mériteraient d'être découvert par les plus jeunes. Mais voilà! la nouveauté attire beaucoup
plus (quoi de plus normal en somme, je le reconnais bien volontiers!), pourtant je reste convaincu qu'il vaut mieux lire ou relire un classique qui a fait ses preuves qu'une nouveauté "qui telle
une étoile filante" disparaît du jour au lendemain parce qu'elle est littérairement parlant tout simplement de piètre qualité. C'était ma minute nostalgique... Amitiés, MIC.


Claude LE NOCHER 04/06/2011 11:15



Bonjour Mic... On peut regretter que Plon n'ait pas persévéré, en effet. Pourtant, cette collection ne s'est pas si mal vendue, je suppose. Mais, sans connaître les
arcanes des éditeurs, certains d'entre eux tâtonnent beaucoup, me semble-t-il.


Hier et aujourd'hui, j'évoque deux anciens du Fleuve Noir Spécial-Police, Roger Vilard et Serge Laforest. Il ne faut pas hésiter à découvrir (ou redécouvrir) ces
auteurs qui furent de très bons artisans, et produisirent des romans satisfaisants, voire de belle qualité.


Avec l'Oncle Paul, nous sommes quelques-uns à plaider pour que le public n'oublie pas ces romanciers-là qui, je suis bien d'accord, sont souvent plus solides que
certains auteurs actuels (mais il en existe de très bons, aussi).


Nostalgie, cher Mic ? Peut-être, mais surtout l'envie de rester un lecteur qui garde intact son plaisir personnel de la lecture.


Amitiés.



Serge 31 09/06/2010 21:32


Salut Claude.
Que voilà une bonne nouvelle! Les couvertures ont l'air superbes, en plus. S'agit-il d'une collection poche? Le choix des titres ratisse large (Fleuve Noir, Série Noire...) et est judicieux. Et
puissent de nouveaux lecteurs découvrir les polars de G. J. Arnaud (pour toute une nouvelle génération, n'est-il pas seulement un auteur de SF?...)
Amitiés.


Claude LE NOCHER 10/06/2010 07:54



Salut Serge,


Je ne suis pas surpris que cette info te fasse réagir positivement.


Oui, dans l'esprit du roman populaire, il s'agit de formats "poche". Etant très copain avec un des auteurs, Jean-Pierre Ferrière, j'étais au courrant du projet
depuis quelques mois.


Comme toi, je suis ravi que soient remis à l'honneur ces auteurs, dont Brice Pelman (avec qui j'ai été en contact dans les années précédant son décès, et que je
vénère toujours). Quant à Georges-J.Arnaud, "La compagnie des glaces" c'est très bien, mais il a effectivement publié des tas d'autres romans, des polars à redécouvrir. "Le doulos", comment
ne pas visualiser la vraie-fausse rivalité Belmondo-Reggiani dans le fil. Je te recommande aussi Andé Héléna, dont "Le demi-sel" est un des très bons titres.


Ce n'est pas de la nostalgie que d'évoquer (et surtout de lie et relire) ces auteurs. Les polars choisis ici sont véritablement de belle qualité. Ils démontrent
que les romanciers français ont eu (et ont encore, bien sûr) toute leur place dans nos lectures.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/