Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 05:55

Lundi 16 août. À Notre-Dame-de-Paris, la journée précédente a été très chargée, avec la procession traditionnelle de l'Assomption. Ce matin, on ne peut que remarquer cette jeune femme en blanc, court vêtue, priant sur le banc de la chapelle de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. On s'aperçoit bientôt qu'elle est morte, probablement depuis plusieurs heures. Le dossier est immédiatement confié à la magistrate blonde Claire Kauffmann. “Mignonne, froide comme une lame et raide comme la Justice” dit d'elle le commandant Landard, flic depuis vingt-deux ans. Venu du tout proche Quai des Orfèvres, c'est lui qui est chargé de l'enquête. Il est assisté par le jeune lieutenant Gombrowicz. Le légiste leur apprend que le vagin de la victime a été scellé avec la cire d’un cierge. On peut se demander si Mourad, un des surveillants, a bien fait sa dernière ronde avant de boucler la cathédrale. Il certifie que ce fut le cas. 

Cette jeune fille excitante fut à l'origine d'un incident, la veille. Elle suivait de trop près la procession de la Vierge, selon un jeune homme blond qui est intervenu, la bousculant avant qu'on le maîtrise. Étant sûr qu'il reviendra vite à Notre-Dame, les flics montent une souricière et ne tardent pas à l'alpaguer alors qu'il vient de se confesser. Il se prénomme Thibault. Claire Kauffmann et Landard tiennent leur coupable. C'est peu dire qu'il idolâtre la Vierge Marie. Une perquisition est menée dans l'étouffante maison de la mère de Thibault. La chambre du jeune homme est un singulier musée dédié à la Vierge, mais les dessins qu'il lui a consacré sont nettement moins chastes. Quand Landard pense avoir défini le scénario plausible du crime, Thibault commet un acte qui ressemble à un aveu. Ce qui devrait clore l'enquête, au grand soulagement des autorités ecclésiastiques.

Disgracié suite à une maladie infantile, souffrant encore le martyre, marqué par la mort de son frère aîné, le père François Kern est compatissant envers les abîmés de la vie. Comme les prisonniers de la centrale de Poissy, dont le lucide Djibril. Mais aussi les égarés qui fréquentent Notre-Dame, où il est en poste chaque été. Il ne croit pas que l'obsessionnel Thibault ait assassiné la jeune Luna Hamache, étudiante en licence d'Histoire, si tentante qu'elle ait été dans sa courte robe blanche. Même si le SDF Kristof s'exprime dans un sabir polonais, le père Kern pense comprendre le message de ce témoin : “Le péché a pénétré entre ces murs. Il n'a pas eu besoin d'entrer par le trou de la serrure. Tout simplement parce qu'il avait la clé.” Lorsqu'il contacte Claire Kauffmann, affirmant que la victime était attendue à Notre-Dame la nuit de sa mort, est-ce suffisant pour relancer l'affaire ?

Alexis Ragougneau : La Madone de Notre-Dame (Éd. Viviane Hamy, 2014)

Certes, il serait facile d'imaginer Kern, 1m48 pour 43 kilos, sous les traits de Quasimodo. Bien sûr, Esmeralda pourrait être ici incarnée par la substitut Claire Kauffmann, aussi bien que par la victime, la belle Luna. Oui, d'autres parallèles avec l'œuvre de Victor Hugo sont possibles. Et Landard serait un cousin de Javert ? Contentons-nous de lire un livre à la fois, celui-ci. Même dans un haut-lieu tel que Notre-Dame-de-Paris, une enquête reste un puzzle à reconstituer, un ensemble de pièces qui finissent par s'emboîter. Pour ce faire, il convient de bien observer les personnages, leurs caractères et leurs failles. Il faut avouer qu'au niveau des protagonistes, l'auteur nous a gâtés.

Ainsi, l'affaire serait confiée à une magistrate peu expérimentée et au pire flic de Paris ? Même s'il ne s'agit pas de super-limiers, ce n'est pas si exact et on ne les blâmera pas. Claire n'a jamais évacué le secret qu'elle trimballe depuis près de vingt ans. Si le sans-gêne du rustre Landard n'indique pas le policier d'élite, c'est qu'il souhaite expédier au plus vite ce petit crime. Avec son mal-être, le père Kern n'apparaît pas le plus qualifié pour les investigations. Qu'on appelle ça la Foi, ou de l'obstination teintée d'instinct, il discernera bientôt les vérités masquées.

L'essentiel atout favorable de ce premier roman d’Alexis Ragougneau, c'est son écriture fluide et même vive. Sans négliger une construction du récit fort bien pensée. Car on verra que certains “seconds rôles” ont également toute leur place. Voilà un nouvel auteur tout-à-fait prometteur, à découvrir dès maintenant.

 

- "La Madone de Notre-Dame" est disponible dès le 23 janvier 2014 -

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Encore autre chose : en reparlant de polars, il y a un jeu de mots entre " madone " et " maldonne " il me semble ?
Un roman d'autrefois, la Madone ou Maldonne des sleepings - ou d'autre chose - de je ne sais quel auteur, et puis un roman beaucoup plus récent de Tonino Benacquista dont le titre parodie en le modifiant le premier ?

Cordialement
Répondre
C
Bonjour Philippe
Il est sans doute vrai que le Béarnais Joseph Peyré ne trouve plus guère d'admirateurs pour défendre sa mémoire. C'est une injustice qui touche bon nombre d'écrivains, on peut le déplorer.
Quant au regrettable Paul Guth, quelles qu'aient été ses qualités, il fut souvent plus virulent et vindicatif que son image ne le laissait supposer. Et comme il détestait la littérature policière, lui qui avait la science infuse et se sentait si fier de son œuvre, on peut se permettre de l'égratigner un peu.
Amitiés.
P
Bonjour M. Le Nocher,

Si vous ne vous trompez pas de prénom dans la famille Leprince-Ringuet. Mon père a eu pour professeur de physique Louis Leprince-Ringuet. Comme vous vous en doutez, ce n'était pas le même Louis mais un autre membre de cette famille.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Leprince-Ringuet

Paul d'Ivoi, c'est vrai, aujourd'hui on ne se souvient que des " Cinq sous de Lavarède " , adapté au cinéma dans un film avec Fernandel je crois.

Je croyais que Paul Guth était plutôt " naïf - - le disait-il lui-même - qu'arrogant ?

Est-ce d'après Pierre Benoît, ou du moins dans sa mouvance littéraire, qu'il y a eu des films comme " Le Prince du Pacifique " ( 2000 ) avec Thierry Lhermitte et Patrick Timsit, ou ce film avec Marion Cotillard et Guillaume Canet, où elle interprète une aviatrice en 1933 qui va dans un désert à la recherche de son bien-aimé ?
Au Salon du Livre Jeunesse de Montreuil d'il y a deux ans, et bien que Pierre Benoît ne soit pas vraiment un auteur jeunesse ( j'avais quand même un roman dans la Bibliothèque verte, Koenigsmark je crois, en tout cas l'histoire d'un prisonnier de guerre de 39-45 qui s'échappe d'une forteresse ), je me souviens d'avoir vu qu'il y avait une association consacrée à Pierre Benoît.
Oui, c'est vrai, on ne se souvient plus guère que de l' " Atlantide " , adapté à l'écran dans les années 1930 ou plus tard, histoire de deux officiers français perdus dans le désert qui rencontrent la reine du royaume des sables. L'un s'appelle Saint-Avit, un nom qu'on retient bien.
Vous savez que l'album de Tintin " Le Crabe aux pinces d'or " utilisa comme source le roman " L'Escadron blanc " de Joseph Peyré ?
Dans un salon de vignerons, un producteur du Sud-Ouest - vers Madiran, Maydie - quand je lui ai parlé de Joseph Peyré, m'a dit qu'aujourd'hui même dans sa région le Béarn il n'était plus très connu. Même à Aydie où il est né et dont il a été propriétaire du château.
Peyré est un auteur qui a sans doute vieilli, il avait fait des études et eu des diplômes de droit. C'est un écrivain de l'action, ses héros sont souvent des militaires, des alpinistes, des hommes d'action. Mais des hommes libres, pas des militaires avec les traits qu'on a tendance à associer à ce milieu, du genre bornés ou disciplinés ou criminels de guerre.
En 1992 et 1994 il y a eu plusieurs ouvrages en hommage à Peyré à l'occasion du centenaire de sa naissance en 1892 ( mort en 1968 ).
Dont un livre collectif sous l'égide de l'Université de Pau - pays de l'Adour.
Les titres des livres de Peyré sont déjà évocateurs : "Le chef à l'étoile d'argent " , " Matterhorn " , " Feu et soleil de juillet " , " De mon Béarn à la mer Basque " , " Voyages romanesques "

Cordialement
C
Il existe un téléfilm, très réussi autant que je m'en souvienne, adapté de "La maldonne des sleepings". Je suis sûr que vous le retrouverez un de ces jours...
Je vois que "Macao Enfer du jeu" et "La madone des sleeping" ont été réédités chez Zulma. J'avais oublié que Dekobra reçut le Prix du Quai des Orfèvres 1951 pour "Opération Magali". Sa fiche Wikipédia ne cache pas que son succès devait beaucoup au marketing. Par la suite ne surnagent que deux ou trois titres encore lisibles. Henry Bordeaux, René Bazin, Paul Bourget, Paul d'Ivoi, sont à peu près aussi oubliés. Je crains même que Pierre Benoit, bien qu'Académicien et écrivain talentueux, ait largement perdu sa notoriété... Vous me direz que, parmi des auteurs récents, Louis Leprince-Ringuet ou l'arrogant Paul Guth n'intéressent plus grand monde, non plus.
Amitiés.
P
Regardé sur Wikipedia, c'est " La Madone des sleepings " de Maurice Dekobra, 1925, et " La Maldonne des sleepings " de Tonino Benacquista, 1989.
Le nom de Maurice Dekobra m'échappait.
M. Le Nocher, vous n'avez pas chroniqué ce livre, ou un autre de cet auteur ? C'est une question, pas une affirmation, je ne prends pas maintenant le temps de rechercher.
Envisageriez-vous prochainement de lui consacrer un billet ?
Je lis dans son article Wikipedia que Dekobra était l'auteur populaire français le plus lu de l'entre-deux-guerres. Ce qui est un peu surprenant dans ce cas, car alors comment expliquer qu'il soit si peu connu de nos jours ?
Je crois avoir déjà vu son nom tout à fait accidentellement à propos de je ne sais plus quoi, peut-être sur le sujet " roman ferroviaire " - et encore, peut-être parlait-on plutôt surtout du roman de Benacquista et donc seulement par ricochet de celui de Dekobra.
Ah ! si, en écrivant, il me revient que j'ai vu mentionner " La Madone des sleepings " dans " Trains du mystère : 150 ans de trains et de polars " de Michel Chlastacz ( L'Harmattan, Sang maudit, 2009 ), cette merveilleuse étude polar que nous citons à nouveau de temps à autre.

Cordialement
P
Rebonjour M. Le Nocher,

Là rien à voir avec le polar, mais peut-être prendrez-vous du plaisir à regarder cet article sur Angelfire Russia, touchant au patrimoine culturel et architectural russe, un peu à la façon de " Des racines et des ailes " .
C'est à propos de l'entreprise de restauration du palais Alexandre, projet de longue haleine destiné à sauvegarder ce monument historique longtemps négligé par le régime soviétique.
On aborde dans le détail les travaux à effectuer, la mise aux normes. Tout est explicité, comme le feraient des pros du bâtiment.

http://www.angelfire.com/pa/ImperialRussian/news/482news.html

The Revival of the Alexander Palace

Cordialement
Répondre
C
J'irai visionner ça, cher Philippe.
P
Bonjour M. Le Nocher,

Je sais bien qu'avec vos chroniques vous pouvez aller très loin de la Bretagne.
Mais, pour ce soir vendredi, avez-vous déjà tranché le dilemme suivant ?
A la télé, prévoyez-vous de regarder sur France 2 le téléfilm " Dame de carreau " , qui fait partie de la série policière d'après Alexis Lecaye ? Cet épisode étant réalisé par lui-même ( qui en a écrit le scénario avec Camille Bordes-Resnais ) ? Certes c'est une rediffusion ( téléfilm de 2011 ).
Une affaire de tueur en série qui mène le commissaire Martin ( Thierry Godard ) et Jeannette Beaurepère ( Valérie Decobert-Koretzky ) basés à Paris jusque dans le Morbihan pour y interroger le mari - médecin et navigateur - de la première des six femmes disparues depuis cinq ans, une septième victime ayant été séquestrée puis épargnée.

Ou bien vous laisserez-vous tenter par Thalassa sur France 3 ?
" Bretagne : la promesse des îles "
Avec Rouzic, la plus orientale des îles de l'archipel des Sept-Iles, en face de Perros-Guirec dans les Côtes-d'Armor.
( dixit le Télé 7 Jours que je tiens en main. )
" Elle est interdite au public sauf à quelques privilégiés, scientifiques et autres ornithologues, afin de préserver la faune et l'environnement. L'île abrite, depuis 1939, une formidable colonie de fous de Bassan, dont la population est évaluée aujourd'hui à près de 20 000 couples. Leur densité est telle à l'extrémité nord de l'île que, vue du ciel, l'île est devenue aussi blanche qu'eux. C'est là leur seul lieu de nidification connu en France. L'endroit accueille beaucoup d'autres espèces : macareux moines, puffins des Anglais et pingouins torda. "

Mais je me doute que vous ne regarderez peut-être pas du tout la télé, ou un autre programme sans rapport nécessaire ni avec le polar ni avec la Bretagne.
Le samedi en ce moment sur France 3 sont diffusés des épisodes, inédits je crois, du Sang de la vigne avec Pierre Arditi ( Benjamin Lebel et non pas Cooker comme dans les romans de Jean-Pierre Arlaux et Noël Bayen, nous l'avons déjà remarqué auparavant. )

Cordialement
Répondre
C
Ah ben oui, quoi, c'est Allô, quoi ! comme l'a (presque) répété notre nouvelle intellectuelle médiatique, notre championne de la philo moderne, Nabilla. Malgré son physique ingrat, elle en a du mérite, d'offrir un aussi fort charisme si (f)utile à nos concitoyens, Nabilla.
Amitiés.
P
Rebonjour M. Le Nocher,

Oui, JP Alaux, pas Arlaux.
J'ai confondu avec Arlaux, un champagne auquel j'ai déjà goûté. On reste dans la vigne.

Cordialement
C
Bonjour Philippe
J'ai eu le plaisir de converser avec J.P.Alaux, il y a quelques semaines, en particulier au sujet de son "Saint-Michel priez pour eux", chez 10-18. Certes, nous laisserons le Mont Saint-Michel aux Normands, surtout s'ils sont prêts à assumer seuls le coût faramineux des travaux et services actuels (merci Veolia).
Je me souviens d'un temps où "Thalassa" était le rendez-vous des soirées du vendredi. Mais le flot d'images, y compris maritimes, qu'on peut trouver partout entraine quelque peu ce programme vers sa fin, hélas.
Amitiés.
M
En lecture. Prochaine chronique.
Répondre
C
C'est bien ça, cher Philippe :
http://lespolarsdemarine.over-blog.fr/
Amitiés.
P
Bonjour M. Le Nocher et Marine,

Votre blog, est-ce les Polars de Marine - dont j'ai vu le nom au hasard des moteurs de recherches - ?
Ou êtes-vous une autre Marine ?

Cordialement
C
J'irai lire cette chronique, chère Marine.
Amitiés.
P
Salut Claude, je viens de le finir et je dois dire que j'ai été enchanté, envouté par l'écriture, enpreinte de respect et des mystères de Notre Dame. Et puis, tu sais que j'adore les personnages si humains jusqu'à une fin ... Un très bon roman policier pour moi, comme toi. Amitiés
Répondre
C
Salut Pierre
Des personnages tourmentés, pour une histoire de belle qualité, oui. Avec l'ambiance de Notre-Dame, en prime. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/