Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 07:31

 Dans le cadre du Salon du Livre du Mans, La 25e Heure, le prix Michel Lebrun a été décerné à “Mort sur la route” de David Le Breton (Ed.Métailié). Dans un article de Josiane Guéguen, cet universitaire qui enseigne la sociologie à Strasbourg déclare : «Pour moi la littérature policière est essentielle pour comprendre le monde et le mettre en perspective. [sur son intrigue:] Tout y est plausible, y compris l'idée que les enquêtes de police s'arrêtent net quand un de ces jeunes zonards qui vivent dans les interstices de la société, qui ne comptent pour personne, disparaît. On les imagine simplement partis ailleurs.» (Dimanche Ouest-France, 19/10/2008).
Voici la présentation de “Mort sur la route” : Il est difficile de se construire à seize ans, on en meurt parfois. Laure et Olivier sont partis sur la route, en stop, pour échapper à la violence de leur vie familiale, ils ont fui l'enfer. Max les a suivis mais lui, ses parents l'aiment, ce sont juste des parents ordinaires, une vie ordinaire. Jetés dans un monde ennemi, ils connaissent la misère des squats, la saleté, la promiscuité, et parfois ils rencontrent l'horreur, l'indicible. Anna, elle, a fui la misère des Balkans. Thomas est un peu cassé par ses missions sur les théâtres de guerre, le hasard va le projeter violemment dans cet univers adolescent où la douleur permet de fuir la souffrance. Il découvre que des jeunes disparaissent, que des prédateurs sont à l'affût, et mène en solitaire une enquête dangereuse, dans cette ville de Strasbourg si belle et si cruelle. David Le Breton écrit ici un roman noir passionnant et très documenté sur la douleur de grandir dans un monde hostile.
Consultons l’opinion formulée sur son blog par Eireann Yvon, concernant ce roman «Ici, nous sommes loin de de l'univers de Kerouac, la route est jonchée de viols, de violences, de drogues et de cadavres […] Ce roman est très bien écrit et l'histoire est bien menée. Certaines scènes sont très dures et l'ambiance du livre est sordide et glauque. Âmes sensibles s'abstenir. Pour mon goût ce livre est une découverte, l'intrigue me semble originale et je ne boude pas mon plaisir de lecteur, de profiter de ce changement d'horizons en découvrant la ville de Strasbourg, qui j'en suis sûr n'est pas, celle décrite dans ce roman policier très noir.» (Lire son résumé complet sur
Littérature d’Irlande de Bretagne et d’ailleurs)

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 09:11

 Jean-Pierre Lavoignat et Christophe d’Yvoire : “Mesrine, trente ans de cavale au cinéma” vient de sortir chez Sonatine Éditions. Le 2 novembre 1979, Jacques Mesrine est abattu par la police : dix-neuf balles dans le corps tirées à bout portant. Une légende est née dont le cinéma, de Jean-Paul Belmondo à Michel Audiard en passant par Jean-Luc Godard, a voulu aussitôt s’emparer et qui pourtant n’a cessé de lui échapper. Trois décennies d’effervescence qui aboutissent enfin aujourd’hui à un film fleuve que réalise Jean-François Richet, avec Vincent Cassel dans le rôle de l’ex-ennemi public numéro 1. Les auteurs ont mené l’enquête sur ce chapitre méconnu de l’histoire du cinéma. À partir de centaines d’heures d’entretiens avec les principaux protagonistes du monde du spectacle mais aussi avec les anciens compagnons du truand, ils nous invitent à une véritable épopée. Un livre emblématique qui met à jour les ego, les enjeux et les passions d’une profession qui promet de faire rêver.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 09:02

 Nouveau, aux éditions First : “Le labyrinthe de la Rose”, de Titania Hardie. Considéré comme un des plus brillants esprits de son temps, John Dee fut l’astrologue, l’espion et le mathématicien de la reine Elisabeth 1ère. Son influence et ses écrits n’étaient pas du goût de tous. Avant de mourir, il cacha ses carnets, et transmit son savoir à sa fille Katherine. Ses secrets franchirent les générations de femmes, jusqu’à Diana Stafford. Elle, qui n’a eu que des garçons, est frappée par un cancer. Elle laisse des indices à destination de Will, son cadet. Une petite clé en argent et un morceau de parchemin. Transmettre les secrets de John Dee à un homme porte malheur. Will se tue en moto. Pendant ce temps, Alex Stafford – frère aîné de Will – doit opérer Lucy King. Elle souffre d’une malformation, et doit subir une greffe du cœur. Mue par son instinct, Lucy part à la recherche des indices disséminés par Diana. Une quête qui la conduit jusqu’à la cathédrale de Chartres. Là, le Labyrinthe des Roses semble être la clé du mystère. Elle est alors enlevée, contre les carnets de John Dee. Quatre siècle après sa mort, ses secrets risquent de disparaître ou d’être mis en de mauvaises mains… Entre thriller historique et chasse au trésor, il s’agit d’un livre-jeu en coffret, où les lecteurs sont invités à résoudre les énigmes en même temps que les héros.
Sur http://culture-confiture-mazel.blogspot.com découvrez l'article très complet que Mazel consacre à John Dee
/

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 07:22

 Pour mieux cerner Franck Thilliez, voici un extrait de l’article d’Hervé Chambonnière Les secrets des maîtres du polar, publié dans Le Télégramme, le 26 août 2008. « Ses intrigues, Franck Thilliez les nourrit aussi de l’imaginaire né des films d’horreur et des thrillers de son adolescence. “J’en ai regardé des dizaines. J’en suis imprégné. Tout cela a mûri et rejaillit aujourd’hui. Quand je voyais un bon film, je me disais, tiens, c’est vraiment super cette manière de faire peur…” Il a vibré sur Seven, L’Exorciste, Massacre à la tronçonneuse, Le silence des agneaux. Franck s’appuie aussi sur une solide formation scientifique – il est ingénieur – pour bâtir ses histoires. “J’explique. Je fais beaucoup de recherche” assure-t-il. Revues spécialisées, Internet. Pour réaliser son premier polar, il a ingurgité des dizaines de livres : techniques de la cryptographie, l’Inquisition, les trains miniatures, les milieux sado-maso, les sociétés secrètes. Médecins légistes, psys, policiers : Franck n’hésite plus à faire appel à des spécialistes. Pour son dernier thriller, pour éclairer ses dernières questions sur le cerveau et la mémoire, il est allé consulter un neurologue… »
Son roman “La mémoire fantôme” vient de sortir chez Pocket. Quelques mots sur cette intrigue. Fraîchement promue lieutenant à la brigade criminelle de Lille, Lucie Henebelle enquête sur l’agression d’une jeune femme, Manon. Difficile d’obtenir un témoignage de la victime, car la mémoire de celle-ci ne retient les faits que durant quatre minutes. Ensuite, tout disparaît de son esprit. Lucie n’a pour indice qu’une sorte de message « Pr de retour ». Peut-être s’agit-il du tueur en série appelé Le Professeur. Il a sévi quelques années plus tôt dans la France entière, obéissant à une sordide logique mathématique. L’affaire ne fut jamais vraiment résolue. Lucie doit trouver les clés de la mémoire de Manon pour espérer glaner des renseignements utiles. Autant dire que c’est impossible…
En grand format, le nouveau titre de Franck Thilliez, “L’anneau de Moebius”, vient de sortir aux éditions Le Passage.
On peut aussi consulter son site www.auteursdunord.com



Partager cet article
Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:36

 Nouveau, aux éditions Le Cherche Midi. Un roman de Marc Sinclair, mêlant Histoire, ésotérisme et crimes, “La Sainte Lance”. Seth Thévenot est un jeune étudiant franco-américain en Histoire de l‘Art, qui termine sa thèse à Harvard. Il reçoit un message d’un vieil ami, conseiller particulier du pape. Le cardinal di San Giovanni lui demande de se rendre au Vatican le plus tôt possible. Mais lorsque Seth arrive à Rome, le cardinal vient d’être assassiné. Seth mène son enquête. Un lien semble exister entre le meurtre du cardinal et celui d’un politicien autrichien charismatique. Dans les deux cas, l’affaire s’explique mal. Seth poursuit des investigations au château de Habsbourg, à Vienne. Ce palais abrite le trésor du Saint Empire romain germanique, dont la Sainte Lance – qui possède une riche histoire. Seth remonte le cours du temps, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Il découvre les goûts ésotériques de l’entourage d’Adolf Hitler. Faut-il attribuer à la Sainte Lance quelque pouvoir magique ?

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 08:52


Né en 1964, Barry Eisler a créé en 2002 le personnage de John Rain (dans “La chute de John R.”) Il s’agit d’un tueur à gages solitaire, dont les méthodes et le code de l’honneur sont très personnels. Très demandé, il n’accepte que les missions respectant ses propres critères. Il donne à ses crimes l’apparence de morts naturelles. Toujours disponible, chez Pocket : “Tokyo Blues”. John Rain traque au Japon un meurtrier sanguinaire. Sa mission va mettre au jour les liens unissant la CIA et les gangs japonais. Ceux-ci sont à ses trousses, tandis que la pianiste de jazz qu’il a aimé est aussi à sa recherche. John Rain se protège dans la foule des ruelles et dans les bars à hôtesses de Tokyo, ville envoûtante… Nouveau, chez Pocket : “Une traque impitoyable”. John Rain a été engagé par le Mossad pour éliminer un chimiste israélien complice de terroristes islamistes. Mais il découvre que sa cible a un jeune fils, ce qui le perturbe. John Rain laisse filer sa proie, sans se douter des conséquences de cette hésitation. Car les services secrets risquent de se retourner contre lui. On sait que le Mossad dispose d’armes redoutablement efficaces. Parmi lesquelles, une espionne avec laquelle John Rain fit autrefois équipe. S’il se laisse séduire, il est trop expérimenté pour être dupe. Cette fois, il est visé par le contrat… Des aventures mouvementées, on le constate. Comme le confirme l’opinion de Claude Mesplède sur les romans de Barry Eisler : “Au rythme soutenu, ces excellents récits d’action et de suspense plongent le lecteur au sein d’une société japonaise contemporaine inattendue.” (Dictionnaire des Littératures Policières, Éd. Joseph K)

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 08:16

Dans leur collection Thrillers, les Éditions First ont déjà proposé “Le dernier évangile” de David Gibbins, “La menace Oméga” d’Adrian d’Hagé, ou “Le second objectif” de Mark Frost. Cet automne, ils nous présentent un roman de James Becker : “L’Apôtre”. Jacqueline Owen est retrouvée morte après avoir découvert une étrange inscription au-dessus de sa cheminée : “Ci-gisent les menteurs”. Énigmatique prophétie, qui mène à un document ancien ayant appartenu aux hérétiques cathares. Par l’intermédiaire de la Mafia, le Vatican tente de récupérer ce document. Mark Owen, l’époux de la victime, contacte son ami Chris Bronson. Ce flic en conflit avec sa hiérarchie mène son enquête personnelle. Bientôt, Mark Owen est assassiné par la Mafia. Ex-femme de Chris Bronson, Angela Lewis est une spécialiste des antiquités. Ensemble, le couple va sillonner l’Europe pour en savoir plus sur ce vieux document. Mais ils sont pourchassés par des tueurs à gages. Manifestement, le Vatican s’inquiète. Ce texte remet-il en cause les fondements du christianisme ? Symboles obscurs et codes secrets cachent-ils une énorme révélation ? Un solide thriller sur le thème des religions, apprécié par le grand public.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 07:44

Harlan Coben a été récemment évoqué ici pour “Temps mort” (Pocket), dont le héros est Myron Bolitar, ex-membre du FBI devenu agent sportif. Il accepte de devenir le garde du corps de Brendra Slaughter, jeune espoir du basket féminin, menacée par des coups de fils anonymes. Myron a bien connu les parents de la jeune femme, mystérieusement disparus vingt ans plus tôt. De nouveaux évènements donnent l'occasion à Myron, aidé par son ami Win, de chercher d’autres indices sur une affaire mal résolue... On retrouve son personnage fétiche et ses proches dans “Mauvaise base” (Fleuve Noir), le nouveau roman d'Harlan Coben. Alors qu'il profite (en bonne compagnie) d'un repos bien mérité dans les Caraïbes, Myron Bolitar doit rentrer car son associée a de sérieux ennuis. En effet, Esperanza est accusée du meurtre d'un de leurs clients, Clu Haid, star de base-ball sur le déclin. Mauvaise publicité pour leur agence, qui perd une grosse partie de sa clientèle – au profit d'une société concurrente, dirigée par un escroc. Mais Esperanza refuse l'aide de Myron, n'acceptant même pas de lui parler. Sans doute est-elle innocente, mais les faits sont accablants. La veille du meurtre, Clu Haid et Esperanza se sont battus. Les empreintes et des traces ADN de celle-ci ont été relevées sur la scène du crime. Cette fois, Myron ne doit pas commettre d'erreur s'il veut rétablir la vérité... Une histoire solide, non dénuée d'ironie.

Partager cet article
Repost0

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/