Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 04:55

La notoriété de Pierre Boileau (1906-1989) commença avant la guerre, puisqu'il fut récompensé par le Prix du Roman d'Aventure 1938, pour "Le repos de Bacchus" (Le Masque). En 1948, sa rencontre avec Thomas Narcejac marquera le début d'une coopération à succès, sous le nom de Boileau-Narcejac. Avant cela, en 1945, Pierre Boileau publie aux éditions Fayard un suspense intitulé "Les trois clochards". Ce titre fut plus tard réédité autant en collection jeunesse (Les deux coqs d'Or) que pour les lecteurs adultes (collection Les introuvables du Masque). L'action de ce roman semble plutôt se placer dans l'ambiance d'avant-guerre. On n'est pas certain qu'il soit aujourd'hui évocateur pour de jeunes lecteurs.

Les enquêteurs de ce récit sont deux dilettantes : un détective (André Brunel) et le narrateur (sans identité). Ça rappelle quelque peu Sherlock Holmes. L’intrigue astucieuse et énigmatique, avec ses faux-semblants, utilise les péripéties du roman d’action. Si elle a un peu vieilli, cette histoire reste excellente…

Pierre Boileau : Les trois clochards (1945)

Un curieux appel téléphonique amène le docteur Bougon chez un homme qui vient d’être agressé à coups de couteau. Le détective André Brunel et le narrateur, estimant que ce n’est pas la victime qui a pu alerter le médecin, comprennent qu’en accompagnant Bougon ils sont tombés sur une étrange affaire. Sur les lieux, ils ne trouvent toutefois pas d’indices. Quant à la personnalité de la victime, elle ne les éclaire pas plus sur les motifs de cette agression – dont l’homme se sortira sans trop de gravité.

Pourquoi un voisin du même immeuble disparaît-il si rapidement après les faits ? Il semble bien fuir les lieux. Ce Philippe Marnaud, qui n’est pas un inconnu pour la police, sera bientôt rattrapé. Mais, s’il est vrai qu’il s’agit d’un fieffé escroc, il possède un alibi solide obligeant la police à le relâcher. Pour Brunel et son ami, c’est alors que l’affaire commence réellement. Ils prennent Marnaud en filature dans le train allant vers Calais. Le narrateur partage son compartiment avec un mystérieux barbu. Ils iront jusqu’à Boulogne.

Grâce aux circonstances, le narrateur deviendra le complice de Philippe Marnaud – sans savoir ce que fait son ami détective pendant ce temps-là. Qui Marnaud fait-il chanter ? Celui qui a, par erreur, agressé la victime. Mais le jeune homme en question, qui n’a pas les moyens de payer, se confie à Brunel et à son ami. Ils vont l’aider en suivant le parcours d’une enveloppe grise dans Paris. Seront-ils plus malins que leur adversaire ? Ouvrir le coffre de Marnaud, récupérer les papiers compromettants, pas si difficile pour le détective. Pour autant, l’affaire n’est pas close, car le rusé Marnaud avait prévu une parade. Le docteur Bougon sera mis à contribution pour éviter de perdre la partie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Oncle Paul 18/05/2013 14:48

Bonjour Claude
J'aimais tout autant Pierre Boileau seul qu'en tandem avec Narcejac. Et lorsqu'il est décédé les romans signés Boileau-Narcejac n'ont plus eu la même saveur. Du moins c'est ce que je pense
Amitiés

Claude LE NOCHER 18/05/2013 20:04

Salut Paul
C'est tout le charme des romans écrits à quatre mains, trouver une "unité" de ton et d'écriture, fait oublier l'apport de chacun. Y compris lorsqu'ils ont écrit de nouvelles aventures d'Arsène Lupin, que j'ai bien aimées. Ici, sans être grandiose, nous avons un très bon exemple de ce que l'un, P.Boileau, savait écrire seul.
Amitiés.

Max 18/05/2013 10:15

Bonjour Claude,
Boileau en solo a écrit de très bons récits de chambres closes ("6 crimes sans assassins", par exemple). Son tandem avec Narcejac (dont les œuvres individuelles sont moins intéressantes, à mon avis) montre bien qu'un duo peut être supérieur à la somme de ses 2 composants ! A la lecture de leurs œuvres respectives, on voit que Boileau devait concevoir l'intrigue, Narcejac la mettre en forme...
Pas lu encore celui-ci, dans ma pile à lire....
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 18/05/2013 13:49

Bonjour Max
On peut confirmer que, à l'inverse de son comparse, c'étaient les ambiances qui intéressaient Thomas Narcejac, plutôt que l'énigme. Ce qui explique qu'il ait publié bon nombre de pastiches d'auteurs de romans policiers ("Usurpation d'identité", "Confidences dans ma nuit"), où Narcejac exploitait le climat propre à ces auteurs. En duo, alors que P.Boileau vivait à Paris et Th.Narcejac enseignait à Nantes, le résultat était magistral.
Je ne dirai pas que ces "Trois clochards" est un chef d'œuvre, mais ça reste un roman très très agréable à redécouvrir.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/