Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 06:30

 

La collection Actes Noir publie le fascinant premier roman de Ryan David Jahn De bons voisins, disponible dès le 4 janvier…

JAHN-2012À New York, Kat est une jolie brune de vingt-huit ans. Le 13 mars 1964 à quatre heures du matin, elle ferme le bar de nuit où elle travaille. Cette jeune femme volontaire rentre chez elle en voiture, à quelques minutes de là. Ayant garé sa Studebaker sur le parking de son immeuble, Kat traverse la cour quand elle est poignardée par un inconnu. Plusieurs voisins sont éveillés à cette heure. Ils se rendent compte de l’agression. Seul Patrick, dix-neuf ans, intervient vaguement. Le quidam s’enfuit. Chacun des habitants pensant que quelquun d’autre a déjà téléphoné à la police, personne ne vient en aide à Kat. Il est vrai que tous ont des préoccupations qu’ils estiment plus importantes.

Convoqué pour l’armée, Patrick se demande qui va se charger à sa place de sa mère, gravement souffrante. L’infirmière blanche Erin a envoyé son mari noir Frank vérifier si l’accident qu’elle vient de causer a des conséquences mortelles. Diane fait une scène de ménage à son époux Larry, rentré si tardivement de sa soirée au bowling, peut-être resté chez sa maîtresse. Un autre couple de voisins s’essaie à l’échangisme, au risque pour le mari de confondre sexe et sentiments. Quant au solitaire et suicidaire Thomas, il se prépare à une mort propre. Son compréhensif ami Christopher s’invite chez lui. Cette vie de famille idéale dont il parle souvent, Thomas lui avoue que c’est un mensonge.

Dans le quartier, surviennent d’autres évènements tandis que Kat attend en vain du secours, faiblissant peu à peu. Ancien enseignant, M.Vacanti a un sérieux accident de voiture. Quand arrive l’ambulancier David, il reconnaît la victime. Le policier Alan Kees fait sa ronde dans son véhicule de service. Lui qui se prend pour un bon flic, il en profite pour gérer ses combines, qu’un maître-chanteur met en péril. Il va régler le problème à sa manière, violente. Lorsque Frank, le mari d’Erin, a pu vérifier les dégâts que sa femme a causé, il est prêt à rentrer. Mais il est entraîné dans une sale affaire, où un Noir a peu de chances de se voir innocenté. William, l’agresseur de Kat, est passé chez lui. Toutefois, il a encore besoin de sortir. Dans l’immeuble, les voisins ont oublié Kat, qui garde encore quelques forces…

 

Environ deux heures, c’est le temps que dure cette histoire. Une agression qui ne perturbe guère la brochette de voisins passifs, dont nous suivons les petits tracas et les cas de conscience personnels. Malgré ces vraies ou fausses raisons, ces gens sont tous fautifs de ne pas intervenir. Que ce roman s’inspire d’un faits divers de l’époque, ce n’est pas tant ce qui importe. Car il s’agit ici d’une fiction, d’un habile chassé-croisé de personnages, d’une mécanique idéalement huilée Chacun vit égoïstement ces minutes si longues pour la pauvre Kat, blessée qui ne désespère pourtant pas.

Nous sommes dans le contexte de l’Amérique des années 1960. Certes, les mœurs sexuelles sont moins libres que de nos jours, et le flic Alan est un ripou de la pire espèce, par exemple, mais l’auteur n’abuse pas des clichés. Au contraire, il restitue une ambiance aussi sombre que cette fin de nuit agitée. On en oublie les rouages du récit criminel, pour apprécier la psychologie profonde rendant crédibles les protagonistes. Le sort de Kat n’est pas le seul suspense alimentant cette intrigue aux ramifications entremêlées. Un roman impeccable !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Philippe 03/06/2016 17:18

Bonjour M. Le Nocher,

Ayons un peu de baume au coeur en voyant que dans l'actualié que nous vivons présentement, face aux inondations, il y a des exemples de solidarité entre voisins dans les zones affectées.

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/06/2016 17:57

En effet, Philippe, une certaine esquisse de solidarité locale apparaît. S'apitoie-t-on autant quand ma région est touchée, soit par des inondations comme en début 2014, soit par une demie douzaine de tempêtes destructrices, comme au début 2016 ? Simple question, sans sous-entendu. Il est vrai que la Seine et ses affluents ne viennent pas jusqu'ici...
Amitiés.

Philippe 03/06/2016 16:14

Lucas Belvaux.

Philippe 03/06/2016 16:05

Bonjour M. Le Nocher,

Je n'ai connaissance de cette chronique de fin 2011 qu'aujourd'hui.
Je vois bien que vous dîtes que le fait que ce roman s'inspire d'un fait divers de l'époque, ce n'est pas tant ce qui importe.
Je m'étonne néanmoins que personne jusqu'à présent n'ait relevé explicitement le fait divers en question : le meurtre de Kitty Genovese.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Meurtre_de_Kitty_Genovese

Qui a inspiré entre autres le roman non fictionnel de Didier Decoin " Est-ce ainsi que les femmes meurent ? " ( Grasset, collection " Ceci n'est pas un fait divers " , 2009 ).
Ou le film " 38 témoins " ( 2011 ou 2012 ) du cinéaste belge Lucas Devaux.
Ici, notons que Ryan David Jahn, tout en faisant preuve d'une grande maestria dans son récit, ne juge pas utile de modifier les éléments de fait de la vraie affaire : même ville New York, même date au jour près 13 mars 1964. Même profession de la victime, barmaid. Même origine italienne, quoique là elle s'appelle Katrina Marino au lieu de Kitty ( diminutif aussi de Katherine comme Kat ) Genovese dans la réalité.
Ce cas illustre le phénomène de psychologie sociale connu sous le nom d'effet du témoin, Bystander effect ou Syndrome de Kitty Genovese.

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/06/2016 16:34

En effet, Philippe, l'affaire d'origine fit couler beaucoup d'encre, entraînant y compris des études sociologiques sur la passivité en cas de crise. Hélas, c'est un phénomène jamais résolu. Vous vous souvenez peut-être de ce témoin qui filma intégralement au Mont-Saint-Michel la noyade d'une femme, voilà quelques années. Il n'alerta pas les secours : il n'était pas concerné, point final. On cite des cas de débuts d'incendies non signalés par des témoins, alors que pris tôt, le sinistre n'aurait fait que peu de dégâts. La nature humaine ? Elle a bon dos.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/