Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 06:38

 

Parmi les romans réédités par Le Livre de Poche en janvier 2012, retenons deux titres. Le premier n’est d’ailleurs pas un polar, le second est un solide suspense signé James Patterson.

 

Martin Provost : “Bifteck

PROVOST-2012LPÀ Quimper, au début du 20e siècle, la boucherie de Loïc et Fernande Plomeur est appréciée d’une large clientèle. Dans cette famille, on est tous élevés dans la viande, bouchers de père en fils. André Plomeur a suivi dès son plus jeune âge cette tradition, ayant acquis un beau savoir-faire. Blond, le front bas, un faux air d’albinos, André est aussi précoce quant aux plaisirs du sexe. Il n’a que treize ans quand la belle Jeannine éveille en lui des prédispositions viriles. C’est au temps de la Première Guerre mondiale, tous les hommes sont au combat. Le jeune étalon attire les clientes. Tout en leur préparant la viande, sans malice, il en choisit quelques-unes pour des rendez-vous amoureux. Tout à une fin, même la guerre. Lorsque les maris reviennent, les bébés nés des étreintes entre André et ses clientes s’avèrent encombrants. C’est ainsi qu’on dépose anonymement devant la boucherie un de ces bébés, puis un deuxième, et encore d’autres. Voilà bientôt sept bébés, cinq garçons et deux filles, dont le jeune André s’occupe avec enthousiasme. Au détriment de la boucherie, qui va vite péricliter, causant le décès de ses parents. Orphelin à seize ans, avec sept enfants à charge et un commerce à tenir, André se sent capable de faire face. Sauf que la situation se complique, au point qu’il doit s’enfuir avec sa marmaille…

Il serait vain de faire entrer ce livre dans une catégorie précise, ou d’ajouter un long commentaire. Il s’agit là d’un conte plein d’humour et de tendre fantaisie. L’histoire concoctée par l’auteur est drolatique et savoureuse, riche en jolies trouvailles, racontée avec une fluidité bienvenue, avec un certain suspense.

 

James Patterson : “Une ombre sur la ville

PATTERSON-2012LPVeuf depuis quelques mois, Michael Bennett s’occupe autant qu’il peut de ses dix enfants, tous adoptés. Par chance, il peut compter sur la jeune nounou Mary Catherine. Et sur Seamus, le grand-père ecclésiastique de Michael. La tribu Bennett est actuellement touchée par une épidémie de grippe. D’autres soucis, Michael en rencontre déjà beaucoup dans son métier. Négociateur de la police new-yorkaise, il a “presqueréussi sa dernière mission, un sniper n’appartenant pas à la police ayant abattu le preneur d’otage. Une journaliste désigne Michael Bennett comme fautif dans un article accusateur. Déjà, une nouvelle affaire de tueur psychopathe s’annonce. À Manhattan, une jeune femme a été poussée sur les rails du métro. Peu après, un vendeur d’une boutique de grand luxe est assassiné. Puis c’est le maître d’hôtel d’un restaurant chic de New York qui est tué par un faux livreur. Michael Bennett est chargé de diriger l’enquête. Le criminel portait trois tenues différentes, mais Michael est bientôt sûr qu’il s’agit d’un seul homme. Pas un tueur en série classique, estime Michael : “Ce gars-là fait preuve d’un grand sang-froid. La plupart du temps, on a affaire à des individus vindicatifs, perturbé, partis en vrille. Ce n’est visiblement pas son cas”. En effet, celui qui se surnomme Le Professeur a établi un plan précis, dans le but de donner des leçons à quelques concitoyens. Il a même rédigé et adressé à la presse un manifeste expliquant sa mission…

C’est avec grand plaisir qu’on retrouve ici le héros de “Crise d’otages”, entouré de sa nombreuse famille. D’une tonalité assez ironique, le récit à la première personne offre une bonne dose de vivacité à ses mésaventures. La souplesse narrative reste la première qualité d’un bon polar. L’adversaire est un psychopathe en croisade. Un criminel ordinaire aux prétentions moralistes ? Un tueur vite pisté par les enquêteurs ? Peut-être, à moins que quelques faux-semblants et d’autres victimes ne masquent la vraie démarche de l’assassin.

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
Bonjour Claude<br /> J'avais prévu de mettre ma chronique concernant le Patterson bientôt<br /> Je vais différer quelque peu. Mais tu as raison, malgré certains avis négatifs sur Patterson, le lecteur n'est pas déçu car il sait créer une ambiance, une atmosphère. Pas de prise de tête mais un<br /> bon moment de lecture.<br /> Amitiés
Répondre
C
<br /> <br /> Salut Paul<br /> <br /> <br /> « Certains avis négatifs », oui. Ces donneurs de leçons qui prétendent défendre la littérature populaire. Ceux qui plaident pour une analyse critique, confondant ça avec leur propre opinion. Ceux<br /> qui crachent sans argumenter sur les romans étiquetés thrillers. Ceux qui vomissent sans nuance sur tout page-turner. Ils détestent, faussant leur exposé d’une lecture uniquement négative. Il<br /> faut « former le goût du public », on doit « privilégier une lecture intelligente ». Ils n’aiment pas, donc il nous est interdit de lire autre chose que leur choix. Ils lisent cinq livres dans<br /> l’année, qui sont donc obligatoirement des chef d’œuvres.<br /> <br /> <br /> Selon eux, en résumé, on n’a pas le droit de lire et d’apprécier Jim Thompson et San-Antonio, David Goodis et Charles Exbrayat, Dashiell Hammett et des auteurs encore peu connus de notre époque ?<br /> Il y a davantage d’analyse critique dans tes chroniques, les miennes, celles de Pierre, et de tous ceux qui sont honnêtes, que dans leurs arguties masturbatoires bidons. De la foutaise, de la<br /> pseudo-étude, du verbiage perpétuellement identique et sans intérêt. Si tel auteur ne leur plait pas, c’est leur droit, mais qu’ils nous épargnent leurs diatribes scatologiques (« C’est une<br /> merde »).<br /> <br /> <br /> Marre de l’inculture polar de ces gens se proclamant experts, alors que rien dans leurs textes n’indique qu’ils ont lu le livre dont-ils parlent (en mal, forcément). Je n’accuse pas, j’observe.<br /> Je ne m’énerve pas, je constate. Je ne les accable pas, je les plains : lire des romans si mauvais, sans que personne ne les y force, c’est si regrettable. Quel drame, alors que nous, lecteurs<br /> sans prétention, nous ne choisissons que ce qui nous fait plaisir, c’est injuste. Continuons à partager notre passion, mon Paul !<br /> <br /> <br /> Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/