Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 05:39

 

Frisant la perfection Cotton Point de Pete Dexter a été récompensé par le National Book Award, et adapté au cinéma en 1991 (Rage avec Dennis Hopper, Barbara Hershey, Ed Harris, Ray McKinnon). Depuis février 2011, il est disponible chez Points…

DEXTER-2011Dans la ville de Cotton Point, en Géorgie, on recense six mille citoyens en cette année 1954. On y compte des quartiers de notables comme Sleepy Heights ou Draft Street, et des coins nettement plus miséreux tels Damp Bottoms ou Indian Heights. À Cotton Point, le seul qui prête de l’argent aux Noirs est Paris Trout, un Blanc âgé de cinquante-neuf ans. Cet usurier fait office de banquier dans son arrière-magasin de la rue principale de Cotton Point. Il s’agit souvent de petites sommes, parfois de crédits plus conséquents. Traitant des affaires selon ses propres règles, Paris Trout est impitoyable. Sa froideur le fait craindre d’une large partie de la population. Il n’est pas plus conciliant avec sa femme Hanna. Femme encore séduisante, cette ex-enseignante s’est mariée sur le tard, pour de mauvaises raisons. Si son mari la traite plus que mal, elle n’ose se rebeller. Paris Trout ne lui a jamais rendu la forte somme qu’elle lui avait prêtée.

Pour récupérer une créance, Paris Trout et l’ancien flic Buster Devonne se sont rendus dans la famille de Mary McNutt, des Noirs d’Indian Heights. Énervement et confusion ont entraîné la mort de la jeune Rosie Sayers, 14 ans, qui habitait là. Mary McNutt est gravement blessée, mais s’en remettra. Paris Trout est assez surpris qu’on veuille lui faire un procès pour si peu, alors qu’il s’estime toujours dans son bon droit. Son avocat Harry Seagraves est conscient que l’état d’esprit de ce client particulier va sérieusement compliquer les choses : “Sûrement, Paris Trout refuserait d’admettre que c’était mal d’avoir tiré sur une femme et une enfant. Il y avait longtemps, il avait passé un contrat avec lui-même qui ignorait la loi, et étant la seule partie intéressée, il s’y tenait. Il avait des principes, littéralement. Sa notion du bien et du mal était absolument personnelle.” Face au procureur, Paris Trout confirme qu’il n’a fait qu’appliquer ses règles.

S’il estime que son statut local plaide pour lui, dans ces circonstances fâcheuses, Paris Trout aurait bien besoin du soutien de son épouse. Violentée sexuellement, forcée d’avaler de la nourriture avariée, et blessée par des tessons de vaisselle, Hanna ne supporte plus son mari. Elle tente d’alerter le médecin qui la soigne des délires de Paris Trout. Il a même transformé sa propre chambre en camp fortifié. Hanna finit par exiger qu’il quitte la maison. À l’hôtel où il s’installe, on a peur de lui, d’autant qu’on le sait armé. Pour préserver les apparences, l’avocat essaie de raisonner Hanna. “Mon mari est une aberration. Quelque effort qu’on fasse pour lui donner une apparence, on ne change pas la perversion elle-même, on nous demande seulement de la partager. Je me refuse d’être partie prenante dans le meurtre d’une enfant.” Pour elle, le risque de récidive est bien réel.

Au procès de Paris Trout, les questions tendancieuses de l’avocat Seagraves ont moins de poids que les témoignages clairs et sincères de Mary McNutt et de sa famille. Payé par l’accusé, Buster Devonne n’est guère convaincant devant la Cour, ses propos étant ouvertement mensongers. Même s’il doit être condamné à une peine légère, Paris Trout fera appel. Par ailleurs, il risque des ennuis avec le Fisc, n’ayant jamais acquitté le moindre impôt. De son côté, Hanna contacte Carl Bonner, afin qu’il s’occupe de son divorce. Un cas excitant pour ce jeune avocat, qui a toujours mené une vie exemplaire. Malgré tout ce qui l’assaille, au nom de ses rigoureux principes, Paris Trout reste combatif…

 

DEXTER-2011Si ce survol de l’intrigue fourmille de détails, il est loin de résumer l’ensemble de cette histoire. Car ce qui rend ce roman fascinant, c’est la précision avec laquelle l’auteur restitue l’ambiance autour de cette sombre affaire. On est immergé dans cette Amérique des années 1950, avec ses codes moraux et sociaux, dans une petite ville où ces faits criminels ne serait qu’un incident.

Certes, il faut y voir une part de ségrégation raciale. Mais le cynisme odieux du détestable Paris Trout va nettement plus loin dans l’abjection. Les règles qu’il observe, à son avantage exclusif, lui apparaissent naturelles, dictées par un Dieu bien arrangeant. Sa conception de la vie se limite à tout traiter comme ses affaires financières, sans exprimer le moindre sentiment. Il est armé en permanence, dans sa sphère privée, ou face à la police et à la justice. Il en a le droit, selon sa vision du monde. Il se croit bon citoyen et affirme ne causer de tort à personne, ce qui est loin d’être vrai.

Au-delà de l’égocentrisme, c’est un véritable monstre cultivant une dangereuse paranoïa. “Il a prouvé jusqu’où il était capable d’aller. Les gens ordinaires peuvent envisager ces choses-là dans l’abstrait, mais il ne faut pas confondre les mauvaises intentions et l’état de folie. Nous roulons tous sur la même route, mais Paris Trout n’a pas de freins” admet tardivement son avocat. Ce qui est effrayant, c’est la manière respectueuse dont chacun continue à le considérer: notable controversé, mais si peu inquiété. À vrai dire, il s’agit là d’un personnage intemporel, des gens tels que Paris Trout existent sûrement encore dans notre monde hyper-individualiste. “Cotton Point” fait partie de ces romans noirs supérieurs à lire absolument.

Lire aussi l'opinion de Pierre Faverolle et celle des Polarophiles québécois.

 

Mise à jour, 18 novembre 2011

Pour sa deuxième édition, le prix du meilleur polar des lecteurs de Points a été décerné à Cotton Point de Pete Dexter, roman noir américain traduit par Anny Amberni, paru en 1991 chez Denoël et réédité en poche en février 2011. Ce prix est décerné par un jury composé de quinze libraires, critiques littéraires et blogueurs et de vingt lecteurs. Il était présidé cette année par Antonin Varenne, le lauréat de 2010 avec "Fakirs".

Cotton Point a été retenu parmi une sélection de neuf titres que les jurés ont découverte au fur et à mesure depuis janvier et qui comprenait Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson, Hiver de Mons Kallentoft, Hypothermie d’Arnaldur Indridasson, La ronde des innocents de Valentin Musso, Les courants fourbes du lac Tai de Qiu Xiaolong, Origine de Diana Abu-Jaber, Les brumes du passé de Leonardo Padura et Les visages de Jesse Kellerman.

Source Livres Hebdo.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

gridou 02/09/2013 10:18

Il y a un personnage du même genre dans "paperboy" - détestable, violent, dangereux. C'est peut-être un thème récurrent chez l'auteur...

Claude LE NOCHER 02/09/2013 10:28

Il est probable que "l'Amérique profonde" regorge de ce genre de personnages d'autant plus haïssables qu'ils réclament aussi une impunité, quel que soit leur comportement. Bon, y en a aussi chez nous, des comme ça (^_^)
Amitiés.

Mic 19/07/2011 10:03


Bonjour Claude,

On s'aperçoit très vite, en posant le pied sur le Nouveau Monde que les Etats du Centre (Middlewest) ont un énorme retard sur tous les autres... (à tout point de vue d'ailleurs). En conversant avec
certains, j'étais ahuri d'entendre ce qu'ils me disaient, comme par exemple :qu' ils étaient persuadés qu'en Europe nous vivions encore à la bougie et que nous connaissions pas la "modernité" dans
nos maisons, cela me faisait beaucoup rire! D'autres placait Londres à la place de Paris et pensaient que l'Europe était un grand et unique état comme les Etats-Unis où tout le monde parlait la
même langue. En Virginie, c'était chose courante. Dans ma vie quotidienne, j'étais très loin du "hollywood des films". Amitiés, MIC.


Claude LE NOCHER 19/07/2011 17:21



Oui, Mic, on est loin de cette Amérique idéalisée qu'on nous présente souvent. Je me souviens de cet américain qui pensait que les Nations-Unies (l'ONU) c'était une
organisation mondiale hostile à son pays, complotant contre les Etats-Unis. C'est dire le niveau. Il faut se rappeler que beaucoup d'américains n'ont jamais fait la différence entre Saddam
Hussein et Ben Laden.


Cela dit, nous qui nous éclairons à la bougie et qui n'avons pas l'eau courrante, dans notre pays sans aucune route ni le moindre média pour nous informer,
nous sommes sûrement des attardés par rapport à ces brillants américains-là !


Amitiés.


 



Oncle Paul 18/07/2011 16:23


Tu me fais saliver, et sur un clavier, c'est guère hygiénique
Amitiés


Claude LE NOCHER 18/07/2011 17:03



Sans doute faudra-t-il attendre mercredi. Cet été, une moyenne d'un jour sur deux, c'est un rythme qui me suffit. Eh, bave pas trop, ça fait tâche !


Amitiés.



Oncle Paul 18/07/2011 15:19


Bonjour Claude
Encore une lacune à mettre à mon actif, ou à mon passif comme on voudra. Mais j'ai tellement d'auteurs français à me mettre sous sous la dent, quoique je ne suis pas anthropophage, que j'ai du mal
à suivre
Amitiés


Claude LE NOCHER 18/07/2011 16:05



Salut Paul... Celui-là, je me le réservais depuis février/mars, et j'avais bien l'intention de le savourer. Le genre de roman dans lequel il faut prendre le temps de
s'installer pour en apprécier toute la subtilité... Cela dit, il est certain qu'on ne peut pas tout lire. Le suivant sera un auteur français, et même de l'Ouest !


Amitiés.



Mic 18/07/2011 14:06


Ayant vécu pendant quelques années dans un état du sud des Etats-Unis, je retrouve le parfum de la vie de là-bas. Le personnage de Paris Trout, on le rencontre assez souvent dans ces états, il fait
partie de la peinture sociale. Amitiés, MIC.


Claude LE NOCHER 18/07/2011 16:03



Salut Mic,


Avant l'élection de Barack Obama, dans des reportages-télé on interrogeait ces Américains-là, ceux qui se croient encore dans les années 1950-60.
Des gens qui, tel Paris Trout, s'accrochent à des principes et à leurs propres règles. Ils se croient encore dans l'Amérique du passé (donc celle de la ségrégation
raciale), sont sûrs des bienfaits de la guerre (les USA dominant le monde), et cultivent un solide mépris pour tout ce qui vit à plus de dix miles de chez eux (tous des pourris, sauf
eux). Charmants citoyens, qu'on trouve au Texas, en Géorgie, et dans une grande partie de l'Amérique rurale (de moins en moins en Louisiane, m'a-t-on dit). Pete Dexter en fait ici un portrait
remarquable.


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 18/07/2011 10:53


Salut Claude, je fais partie du jury ... alors compte sur moi pour voter pour celui là, mais il faut que je finisse les autres !


Claude LE NOCHER 18/07/2011 11:00



Outre Pete Dexter, Leonardo Padura, Jesse Kellerman, Diana Abu-Jaber, Qiu Xialong, Valentin Musso et Arnaldur Indridason, arrivent en septembre Mons Kallentoft
et en octobre Torsten Pettersson : je sens que la compétition va être serrée ! Rien qu'avex ceux-là, tu ne manqueras pas de lecture...


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 18/07/2011 10:21


Salut Claude, merci du rétrolien. Un roman magnifique, bien noir comme je les aime ! Amitiés


Claude LE NOCHER 18/07/2011 10:50



Salut Pierre...


Bien que les superlatifs soient toujours risqués, je crois qu'on n'est pas loin du chef d'oeuvre. Après "Blanc sur noir", c'est le second roman duquel j'ai du mal à
m'extraire, ces derniers temps. Que c'est bon de lire des romans d'une telle qualité !


J'espère que les jurés du Prix du meilleur polar Points auront massivement voté pour ce titre-là  ...


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/