Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 06:03

 

Ça sent la fin de carrière pour l’homme qui tire plus vite que son ombre. En 1861, à l’époque où Abraham Lincoln va devenir Président, Lucky Luke et Jolly Jumper sont bons pour la retraite. Cette fois, ce n’est pas le cow-boy solitaire qui réussit à arrêter les frères Dalton. Pas lui non plus qui démantèle une bande de faux-monnayeurs. Le nouveau héros de l’Amérique, celui qui réussit toutes ces brillantes opérations, c’est Allan Pinkerton. Inventeur de la première agence nationale de détectives, composée d’experts dans tous les domaines, Pinkerton pourchasse les criminels par tous les moyens. Pour lui, nul n‘est innocent : En partant du principe qu’en tout honnête homme sommeille une canaille, la suspicion devient une priorité nationale. Pinkerton prône une justice sans pitié, servie par des méthodes modernes. LUKE-1Parmi celles-ci, chacun étant suspect, il ne néglige ni la délation, ni le fichage. Lincoln lui accorde toute sa confiance.

Dans ces conditions, voici Lucky Luke devenu le pire des ringards. Tout le monde commence à se moquer de lui. Le fier cow-boy digère mal l’affront venant de ce méprisant détective. Pour l’écarter définitivement, Pinkerton imagine une ruse qui va ridiculiser Lucky Luke. Mais cette rumeur qui court à Baltimore, il s’aperçoit bien vite que c’est un coup monté. Évidemment, Pinkerton en est l’instigateur, ce qui attise la colère de Lucky Luke. S’il admet les mérites du cow-boy, le Président Lincoln a déjà choisi. Non sans arrière-pensées, Pinkerton multiplie les moyens de sécurité, ce dont Lucky Luke est incapable. Cette folie sécuritaire a des répercussions sur la population carcérale. Dans les prisons pleines, les Dalton en ont assez de croiser des gens qui ne sont pas de leur niveau. Même pas des bandits, juste des victimes de dénonciations.

Puisqu’il en est ainsi, Lucky Luke et Jolly Jumper prennent leur retraite. Tant pis pour les attaques de banques ou de diligences, l’ancien cow-boy se consacre à la sieste et au jeu de boules. Les soucis du shérif local, il n’a plus envie de s’en occuper. Pourtant, Allan Pinkerton va avoir besoin de Lucky Luke. Venir en aide à l’adversaire qui l’a détrôné, pourquoi pas ? N’est-il pas celui qui connaît le mieux la bêtise des quatre bandits ? Les vieilles méthodes ont encore du bon…

 

Évoquer le nouvel épisode des aventures de Lucky Luke, ce n’est pas s’éloigner de notre thème. Car Pinkerton fut le premier à organiser le métier de détective, avec efficacité et sur l’ensemble des Etats-Unis. Au besoin, on n’hésitait pas à tricher sur les preuves. Symbolisée par cet œil qui surveille tous les citoyens, sa société aurait même inspiré la création du FBI. Personnage forcément controversé qu’Allan Pinkerton (1819-1884). Il mit ses activités au service de la Loi et de l’Ordre, soutint les dirigeants politico-financiers du pays, au détriment du peuple. Certes, il fut favorable au suffrage universel et à l’abolition de l’esclavage, mais surtout partisan d’un pouvoir autoritaire. Les auteurs lui font dire : Désormais, ce sera Tolérance zéro.

Ce sont justement les scénaristes qui nous rapprochent de notre sujet. Car il s’agit de Daniel Pennac et de Tonino Benacquista. Tous deux sont issus de l’écriture polar. C’est en publiant dans la Série Noire qu’ils ont acquis une belle notoriété, culture qu’ils ne renient pas. D’ailleurs, ils n’oublient pas que Dashiell Hammett fut détective pour Pinkerton (de 1915 à 1922). Et ne voit-on pas ici le futur incorruptible Eliot Ness s’engager au service de Pinkerton. Clin d’œil à un autre auteur : Tiens, Jim Thomson a encore fermé son saloon après l’heure légale Je veux une fiche sur ce Thomson!. Un aïeul de l’auteur de "1275 âmes", Jim Thompson ? Pennac et Benacquista créent un lien avec notre époque, évoquant les effets de dérives ultra-sécuritaires ainsi que la question des retraites. En outre, Pennac nous rappelle que la grammaire peut se décliner avec humour, entre futur simple, passé simple, et conditionnel passé. Sans doute l’un des meilleurs épisodes de Lucky Luke, une solide histoire très drôle concoctée par deux écrivains confirmés.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nico 03/11/2010 10:58


C'est vrai que Goscinny était vraiment exceptionnel. Concernant le polar, il y a beaucoup de déceptions, certes, mais on trouve heureusement de très bonnes surprises, par exemple Jaloux de Sandra
Brown, tout simplement excellent, ou encore Tonton Clarinette (Nick Stone), que je vais bientôt terminer, et qui se déroule à Haïti. Mais aussi Vice de forme de Lashner. Ces trois romans m'ont
beaucoup plu et sont sortis au cours des dernières années. Il y a heureusement quelques titres qui sortent du lot, même si mon écrivain préféré rester le regretté McBain.


Claude LE NOCHER 03/11/2010 11:28



Coté américain, mon dernier "super coup de coeur" a été pour Walter Mosley (voir ici http://action-suspense.over-blog.com/article-walter-mosley-le-vertige-de-la-chute-super-coup-de-coeur-58806899.html )
Quant à Ed McBain, c'est une évidence pour moi aussi (avec Chester Himes, William Irish et Charles Williams).


J'ai un peu perdu de vue Sandra Brown, à tort car j'avais aimé un ou deux de ses précédents romans. Faudra que je m'intéresse à "Vice de Forme" dont j'ai entendu parler aussi. Tant à lire, tant
de choix, et si peu de temps...


Amitiés.



Nico 02/11/2010 21:18


Effectivement Lucky Luke a connu plusieurs périodes: au début, les histoires étaient plus sérieuses, et ensuite est apparu davantage d'humour. Concernant L'empereur Smith, je l'ai beaucoup aimé
(moins Le fils d'Astérix, par contre...). Mais globalement, Goscinny manque cruellement, autant dans la construction des histoires que dans l'humour. Cela se ressent aussi beaucoup dans Astérix.
Cela dit, il y a eu quelques bons Lucky qui sont sortis après sa mort, comme Le Daily Star: très prenant et beaucoup d'humour. Concernant ce tout dernier opus, nos avis restent divergents mais
c'est surtout une affaire de goût, et aussi parce que je reste un grand nostalgique de la grande époque.


Claude LE NOCHER 03/11/2010 07:17



 "... je reste un grand nostalgique de la grande époque."


Bien que lisant beaucoup de romans actuels, je me fais la même réflexion concernant les polars, cher Nico. Quant à Goscinny, parti trop tôt, son apport à la BD a été
colossal. En terme d'humour et de construction scénaristique, bien sûr. De liberté créative, aussi. S'il ne fut pas le seul, il a fait partie d'une génération (celle de Pilote, Fluide
Glacial, L'Echo des Savanes) qui "osait" des idées semblant parfois farfelues, mais qui fonctionnaient. Nostalgie, forcément...


Amitiés.



Nico 02/11/2010 18:35


Chacun ses goûts, bien entendu, mais je ne suis toujours pas convaincu. D'abord, l'intrigue, si elle commence bien, devient vite assez brouillonne et perd en rythme. En ce qui concerne Averell et
Rantanplan, je reproche aux auteurs de les avoir "lightisés": ils sont trop modérés à mon goût, alors qu'ils sont justement caricaturaux en temps normal. Et normalement, Rantanplan ne doit jamais
comprendre ce qu'on lui dit. Jamais. Ca fait partie de l'esprit de la BD. Les termes (rascal et mille putois) utilisés me choquent, car ils n'ont jamais été utilisés dans la série, sur une bonne
soixantaine d'albums. Je pense que les deux auteurs ont bien fait d'apporter des choses nouvelles dans cet épisode (le côté ringard de Lucky Luke, et ce nouveau personnage, qui est son rival), mais
ils doivent respecter certains quotas, sinon ça choque. C'est comme dans une des dernières aventures d'Astérix (Latraviata, je crois), on y trouve le mot "salaupard", eh bien là c'est pareil, ça me
choque. Mon impression reste que les auteurs ne connaissent(ou ne respectent) manifestement pas assez la série pour pouvoir en faire un nouvel épisode. Et connaissant leurs qualités, on était en
droit de s'attendre à quelque chose de plus inspiré.


Claude LE NOCHER 02/11/2010 20:45



Bis, Nico...


Il est normal que ceux qui ont apprécié tous les épisodes d'une série aussi mythique que Lucky Luke recherchent la même "ligne" dans un nouvel album, je suis plutôt
d'accord. Toutefois, on risque de revenir à la cigarette de notre ami cow-boy, à son chapeau mou, et à Jolly Jumper muet, si on veut garder l'esprit d'origine. Lucky Luke évolue à chaque fois, ne
chantant plus guère à la dernière image "I'm a poor lonesome..."


Je me souviens de la sortie de "l'Empereur Smith", jugé à l'époque "hors sujet" par de nombreux bédéfiles. Personnage central trop excentrique,
jugeaient-ils. Or, non seulement il avait existé, mais des milliardaire US levant une armée, il y en a eu d'autres depuis. Je suppose qu'il y aurait bien d'autres exemples (tiens "Le grand fossé"
d'Asterix ne fut pas non plus très applaudi à sa sortie).


Peut-être fait-il un temps pour les assimiler, les relire, y repenser.


Mais je n'oblige personne à partager mon opinion. En précisant que, de mon côté avant lecture, je craignais que Pennac et Benacquista se soient fourvoyés. Ce n'est
pas le cas, à mon humble avis.


Amitiés.



Nico 02/11/2010 12:18


J'ai été déçu par ce nouvel opus. On pouvait s'attendre à mieux venant de Benacquista et Pennac. Beaucoup mieux. Il y a de bonnes idées pourtant, avec ce Lucky Luke ringardisé et dont l'ennemi
principal est cette fois-ci un rival. Pourtant, l'histoire elle-même manque de rythme et surtout, les auteurs n'ont pas vraiment respecté l'esprit de la BD, à se demander s'ils la connaissent
vraiment. Averell apparaît ici comme un Dalton lambda alors que d'habitude il a une place bien à part ("Quand est-ce qu'on mange?"), Ran-Tan-Plan comprend ce qu'on lui dit (sacrilège!), et
certaines expressions n'ont jamais été lues dans la BD ("rascal", "mille putois"). Non, vraiment, je ne suis pas convaincu.


Claude LE NOCHER 02/11/2010 17:28



Bonjour Nico,


Si le duo nous avait présenté un Averell plus goinfre que d'ordinaire et un RanTanPlan plus abruti de d'habitude, on les aurait accusés de caricaturer à l'excès. Ils
n'ont pas oublié, par exemple, les colères de Joe Dalton ni les attaques de trains (dans "l'esprit de la BD"), sans en abuser.


Pennac et Benacquista étant de vrais passionnés de culture populaire, on ne peut gère douter qu'ils connaissent bien le héros créé par Morris. Qu'ils ne se
revendiquent pas comme des "puristes" pour lesquels chaque détail doit être conforme, c'est probable. "Rascal", "mille putois" ne semblent pas des mots choquants dans l'univers de Lucky Luke,
puisqu'ils proviennent de la tradition du western.


Ces auteurs m'ont paru proche de l'esprit de Goscinny, avec la présentation d'un personnage ayant existé (et marqué l'histoire américaine). Qu'ils apportent leur
propre "manière", leurs idées et leur tempo, n'est-ce pas ce qu'on leur demande ? Sinon, autant convoquer le plus conventionnel des scénaristes-télé pour produire un scénario formaté
sans intérêt.


Je confirme ma très bonne impression concernant cet album.


Amitiés.



Jérôme Jukal 16/10/2010 15:03


Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu envie de lire un Lucky Luke, celui-ci me fait plus qu'envie... Retour à une lecture de mon enfance, quelle bonne idée !


Claude LE NOCHER 16/10/2010 16:09



Salut Jérôme,


Je ne déteste pas surprendre un peu mes visiteurs, en variant les sujets, les approches.


Puisque Pennac et Benacquista ont accepté de s'amuser avec Lucky Luke, prenons nous aussi du plaisir à lire cette BD. Vraiment très sympa...


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/