Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 06:26

 

Parmi les grandes collections de polars d’autrefois, l’une est souvent occultée. Il s’agit de Crime-Club, publiée chez Denoël. Elle compta pourtant bon nombre de romanciers de haut niveau : Boileau-Narcejac, Louis C.Thomas, Jean-François Coatmeur, René Réouven, Sébastien Japrisot, Hubert Monteilhet, Laurence Oriol, Evelyn Piper, Pierre Salva, Gilbert Tanugi, etc. La première série fut publiée de 1958 à 1962, avec quarante titres. Puis vint une seconde série de cent-quarante titres. Vers 1971, la collection fut rebaptisée Super Crime Club. Un catalogue de très belle qualité, des auteurs généralement plus originaux que la moyenne. Qu’on en juge par les quatre exemples suivants. Des histoires parfaitement racontées, qui ne manquent pas d’un humour certain, tout en entretenant un authentique suspense jusqu’au dénouement.

 

CRIMEclub1Emmanuel Le Lauraguais : La fièvre à quarante (1960)

Germain Ferrand est policier. Pas du tout une vocation pour ce dilettante, jeune homme paresseux fuyant les enquêtes. Suite à un accident, son oncle vient de mourir. Il s’approprie son luxueux appartement, avenue Hoche. Qui d’autre en hériterait ? Lui qui vivait depuis dix ans dans une chambre de bonne louée par l’oncle, il a ses habitudes dans le quartier. Par exemple au café Le Téméraire, dont son ami Serge est le patron.

Ayant investi les lieux, deux faits consécutifs le troublent. L’ordonnateur des pompes funèbres venu préparer les funérailles se montre fort curieux. Et puis il y a cette pièce en rotonde, dont il ne trouve pas la clé. Il finit par y pénétrer, découvrant quarante académiciens siégeant en tenue. Ils semblent tellement vrai qu’il hésite entre des mannequins ou des cadavres momifiés. La belle Évelyne, avec laquelle il était en contact, a été tuée dans le café de Serge. Sa mort entraîne une enquête, dont Germain est chargé. Évelyne a téléphoné avant son décès à Rolande Evenard, une femme médecin séduisante et mystérieuse. Cette jolie brune possèderait un alibi. Tout en enquêtant sans vraie méthode, le jeune policier cherche à se débarrasser des académiciens en vynil souple pluri-polymérisés-polyesterés à l’Italienne

 

CRIMEclub2Pierre Siniac : Monsieur Cauchemar (1960)

La brume et le froid intense envahissent la capitale. Plus beaucoup de monde dans les rues, le soir. Plus de policiers non plus, car ils sont en grève totale. Une aubaine pour un criminel qui aurait depuis des années mûri un plan diabolique. M.Esbirol est bouquiniste. Un brave homme qui ne ferait pas de mal à une mouche. Néanmoins, voilà plusieurs jours qu’il sort chaque soir. Et ça correspond exactement avec les sorties du mystérieux assassin, que la presse surnomme déjà Monsieur Cauchemar.

Francinet est un jeune garçon amateur de romans policiers. Il faut croire que M.Esbirol l’aime bien, car il le laisse voler des livres. Francinet vit avec sa mère et le nouveau compagnon de celle-ci, Budé. Ce dernier est l’inspecteur de police qui a arrêté et abattu le père de Francinet, un criminel. Si jamais le gamin découvre l’identité de l’assassin, ce n’est pas à Budé qu’il le dira. Francinet finit même par accompagner le meurtrier lorsqu’il opère. Il ne comprend pas bien sa technique, qui ressemble à de l’hypnose… Pour le dénouement, le lecteur aura le choix entre trois versions.

 

Pierre Forquin : Le printemps fait toujours un peu mal (1962)

CRIMEclub3Un village de la vallée du Rhône, où l’hôtel local reçoit des clients attitrés. Il y a M.et Mme Martel, dont l’épouse est fort désagréable; Mlle Dumaine, jeune femme d’allure maladive; Binaze, un bonhomme quasi-transparent; Jordille, le marchand de grains qui ne loge pas là mais y prend ses repas; l’instituteur Vincent, qui a sympathisé avec Jordille et se sent attiré par Mme Dumaine. Un soir, il dérobe l’écharpe rouge de la jeune femme, afin de trouver un prétexte pour engager la conversation.

Mais le train-train de ces gens va dérailler. La pulpeuse patronne de l’hôtel est retrouvée étranglée. Elle revenait de la gare d’une ville voisine, tandis que son mari allait à sa rencontre. Étranglée avec l’écharpe rouge de Mlle Dumaine. Impossible, se dit Vincent, puisque c’est lui qui possède encore cet accessoire. Il ne peut pas affirmer au commissaire qu’il existe deux écharpes identiques sans être suspecté. Selon la rumeur, Vincent passe pour l’amant de la victime. Les élèves comme leurs parents soupçonnent l’instituteur. Même Jordille n’épargne pas Vincent. Il existe bien d’autres pistes que le policier devrait exploiter…

 

CRIMEclub4René Cambon : Nos chers disparus (1970)

Bijart s’installe dans un village de l’arrière-pays provençal. Il y prend la succession d’un ivrogne nommé Paguet, comme menuisier et fossoyeur. Il sera assisté de Pierre, le fils de Paguet, qui passe pour l’idiot du village. S’il s’entend bien avec le jeune homme, Bijart se sent très mal accepté par ailleurs. Le maire Ansaldi, le secrétaire de mairie Périsol, et le commercial Saint-Martin cachent mal leur hostilité. Bijart se rend souvent à Saint-Tropez, où il devient l’amant de Sabine, qui dirige une boite de nuit. Celle-ci a des problèmes avec un certain Sanchez, type dangereux qui veut s’emparer de son club.

Alice Saint-Martin a prévenu Bijart qu’elle allait assassiner son mari, et lui faire porter la responsabilité du meurtre. Bien que s’étant ménagé un bon alibi, il est quand même obligé de se débarrasser du cadavre. Il en fait cadeau à Sanchez. Prêts à croire les rumeurs, les gendarmes suspectent Bijart quand la disparition de Saint-Martin est signalée. Lorsque Paguet est à son tour tué, on dépose encore le cadavre chez Bijart. Ce ne sera pas le dernier corps qu’on lui livrera, qu'il enverra à Sanchez. Mais, entre-temps, Sanchez et sa bande débarquent au village, pour une virée agitée. Bijart pense finalement comprendre pourquoi l’assassin lui livre les cadavres. Mais la vérité sera pourtant plus complexe…

Partager cet article

Repost0

commentaires

serge 31 23/12/2011 00:02

Salut Claude.
Et une madeleine de Proust, une! (Tu es délicieusement pervers, parfois...)
Denoël a continué ensuite dans la même veine qualitative avec "Sueurs Froides", mais là, ce n'était plus du poche.
Amitiés.

Claude LE NOCHER 23/12/2011 06:57



Salut Serge


Pervers, c'est beaucoup dire. Juste envie que certaines collections ne tombent pas dans l'oubli. On s'accorde à dire que Crime-Club était de grande qualité, sauf
qu'on n'en parle quasiment jamais. En grand format, Sueurs Froides produisit aussi d'excellents suspenses.


Comme j'ai répondu à Paul, on aurait tort de sous-estimer les auteurs moins connus de Crime-Club. Il a pas mal de romans drôlement sympas à redécouvrir dans la
collection.


Amitiés. 


 



maneval 22/12/2011 09:02

On en voit pas souvent, ceux de la première série.

Claude LE NOCHER 22/12/2011 10:56



Salut Eric


Collection perso, tu t'en doutes, pour ces titres de la première série. Difficile à trouver, car souvent noyés chez les bouquinistes parmi des collections
secondaires moins qualitatives. 


Bonnes fêtes de fin d'année à toi et à tes proches. Amitiés. 



Oncle Paul 22/12/2011 08:19

Bonjour Claude
C'était le bon temps au cours duquel les éditeurs proposaient des collections de poche accessibles à tous, et découvrant des auteurs importants. Je ne reviendrai pas sur ta liste, juste en
apportant cette petite précision : Laurence Oriol a aussi écrit sous le nom de Noëlle Loriot. Quant à Pierre Siniac, il était publié sous celui de Pierre Signac (une erreur de l'éditeur?). Pour moi
ceux qui me restent en mémoire sont principalement Coatmeur, L.C. Thomas, René Reouven que j'ai dévoré. Les livres j'entends.
Amitiés

Claude LE NOCHER 22/12/2011 11:03



Salut Paul


Tu as raison sur ces grands noms du roman policier. Toutefois, je me suis aperçu (j'en donne des exemples ici, hormis Siniac) que des auteurs moins prestigieux
produisaient de sacré bons suspenses. Des romans fluides, comme on les aime. Ceux de J.F.Coatmeur parus chez Crime-Club ont à peu près tous été réédités par Liv'Editions. Monteilhet et Louis
C.Thomas étaient réédités au Livre de Poche. D'autres sans doute aussi, dont Japrisot. Une collection à ne surtout pas mépriser pour les authentiques lecteurs de vrais polars.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/