Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 05:39

 

J’avais accordé un Coup de cœur à La maison où je suis mort autrefois (Actes Noirs), le premier titre de Keigo Higashino publié en France. Le dévouement du suspect X relève davantage du roman d’enquête. C’est également une histoire d’une excitante subtilité…

Un cadavre entièrement nu, sans chaussures ni chaussettes, est découvert sur la berge de la rivière Kyu-Edogawa, à Tokyo. Le visage a été écrabouillé, comme une pastèque écrasée. Le bout des doigts de cet homme ont été brûlés, effaçant ainsi ses empreintes. HIGASHINO-2011Plus loin on retrouve un tas de vêtements calcinés, ayant appartenu à la victime, ainsi qu’un vélo neuf (volé) aux pneus crevés. C’est au policier Kusanagi de résoudre cette affaire.

On découvre bientôt que la pension où la victime louait une chambre. Les empreintes sur le vélo sont les mêmes que celles relevées dans le logement, ce qui permet d’identifier le mort, Togashi. Cet homme sans emploi n’avait guère de proches. Néanmoins, il était divorcé d’une femme nommée Yasuko, que la police situe vite. Vendeuse chez un traiteur, elle vit avec sa fille adolescente Misato. Quand les enquêteurs lui demandent un alibi autour de la soirée du 10 mars, Yasuko peut justifier leur emploi du temps.

En réalité, Yasuko et Misato ont effectivement tué Togashi, en se défendant face à son agressivité, l’étranglant avec un cordon. Se sentant coupables toutes les deux, elles n’ont pas eu à prévenir la police. Leur voisin Ishigami est professeur de mathématiques dans un collège des environs. Amoureux platonique de sa voisine Yasuko, il se contente de la croiser. D’une intelligence supérieure, après l’université il aurait pu viser mieux qu’un poste de modeste enseignant.

Ishigami va régler le problème grâce à sa rigueur mathématique. Dans l’ombre, il suivra l’évolution de l’enquête. Le policier Kusanagi est ami avec le physicien Yukawa, qui l’aide de sa logique observatrice dans certain cas. Durant leurs études supérieures, Yukawa fut un des rares proches d’Ishigami. Il connaît les capacités de son ancien ami, ce qui l’incite à renouer avec lui. Peut-être dénichera-t-il des éléments qui, bien qu’il soit compétent, auront échappé à Kusanagi.

À part Yasuko, la police n’a guère de suspects. Si pour la deuxième partie de la soirée du 10 mars, l’alibi est valable, elles sont avant ça allées au cinéma. Ce qui est moins contrôlable, bien que Yasuko produise les tickets. Quant à trouver un lien récent avec son ex-compagnon, rien de probant. Si l’assassin a volé un vélo neuf, c’est pour que sa propriétaire porte plainte, facile à comprendre. Mais cela n’explique pas les motivations du criminel.

Kudo, qui a connu naguère Yasuko, se rapproche d’elle sans cacher qu’il est amoureux. Le prof de math Ishigami est jaloux, se sent trahi. Certes, Kudo fait un bon suspect pour la police, en tant que complice possible. Pourtant, il n’entre pas dans le plan prévu par Ishigami. Les hypothèses du policier Kusanagi et du physicien Yukawa expliquent mal la mise en scène sophistiquée de l’assassin. Pour déterminer le rôle d’Ishigami, qu’il ne peut que soupçonner, Yukawa rôde dans son quartier…

 

Chercher des indices dans le résumé factuel qui précède serait vain, car on ne peut exprimer en si peu de phrases les nuances de l’intrigue, son ambiance. Le contexte urbain est ici très différent de l’isolement de La maison où je suis mort autrefois. Inutile de connaître d’avance les quartiers tokyoïtes, on se repère facilement par le récit. De même, tous présentés avec finesse, les personnages sont identifiables. On ne peut pas confondre le policier Kusanagi et son collègue Kishitani, qui n’a nullement la même fonction dans l’histoire. Ni, bien sûr, les deux scientifiques, héros opposés :

[Étudiants] ils partageaient l’ambition de construire le monde par la logique, mais avec des approches diamétralement opposées. Ishigami voulait y arriver en construisant des piles de briques que constituaient les calculs. Pour Yukawa, tout commençait par l’observation. Lorsqu’il découvrait une énigme, il cherchait à la résoudre. Ishigami aimait les simulations, Yukawa, les expériences…

La forme est bien celle d’un roman d’enquête. Comme dans un épisode de Columbo, nous avons suivi les circonstances du crime, mais le rapprochement s’arrête là. Car nous ne savons pas ce qu’a mijoté réellement le cerveau d’Ishigami; ni s’il est possible de trouver une faille, quel que soit son plan. Lentes investigations tandis que la vie continue, il faut donc s’attendre à quelques surprises.

Du même auteur : La maison où je suis mort autrefois.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Xavier Lechard 31/10/2011 14:04


Le roman policier japonais est d'une grande variété et originalité, et mérite d'être mieux connu chez nous. Merci à Actes Sud d'avoir publié ce livre... et à vous de l'avoir chroniqué!


Claude LE NOCHER 31/10/2011 15:50



Bonjour Xavier


Je ne me prétendrai pas expert en romans japonais, même si j'aime aussi Natsuo Kirino. Le premier/précédent titre de Keigo Higashino fut un vrai coup de foudre.
Celui-ci m'apparait tout aussi excitant. Mon blog évoquant "la diversité", les Japonais ont donc toute leur place aux côtés des auteurs Européens ou de ceux d'Amérique du Nord, y compris le
Québec.


Amitiés.



La petite souris 27/10/2011 08:23


Bonjour mon ami ! J'avais A-DO-RE "la maison où je suis mort autrefois" ce roman tout en subtilité, ce jeu de miroir et en trompe l'oeil et j'attendais avec impatience le suivant! le voici donc! je
vais courir l'acheter et j’espère le lire assez rapidement, d'autant que ton article m’appâte comme une mouche par un bol de lait !! Amitiés


Claude LE NOCHER 27/10/2011 10:42



Salut Bruno


Un peu de patience, peut-être, car ce roman sort le 3 novembre (ben ouais, j'ai été quelque peu privilégié pour le lire). Ne t'attends pas à la même ambiance, mais
la subtilité reste du même excellent niveau. Encore un très bon titre, qu'il faut lire en toute priorité !


Amitiés.



Michel 25/10/2011 22:47


Lallisé, je viendrai lire ton commentaire après l'avoir lu...


Claude LE NOCHER 26/10/2011 06:51



Bonjour Michel


Je pense que tu vas passer un très bon moment de lecture.


Par ailleurs, "Conte d'exploitation" est effectivement un roman à lire avec plaisir.


Amitiés.



Herveline 25/10/2011 10:53


Je ne l'ai pas encore lu mais je l'attendais avec impatience. A lire ton résumé (que j'ai plus survolé, pour ne pas en savoir trop quand même ;-) ) je sens que je vais adorer. Qu'en as-tu pensé,
par rapport à son précédent ? Bien que totalement différent est-ce qu'on retrouve son style ? Peux-tu dire que tu as mieux ou moins aimé ?


Claude LE NOCHER 25/10/2011 11:27



Bonjour Herveline


Sois tranquille, mon résumé ne donne que de grandes lignes directrices. Or, c'est souvent par des scènes en apparence annexes qu'on palpe l'ambiance du récit, qu'on
obtient d'éventuels indices sur le fond de l'intrigue. Donc, très différent du premier (dont la narration n'était pas ultra rapide non plus), mais toujours cette psychologie et ces
faux-semblants que nous apprécions.


Plus, moins aimé ? Même si je ne décerne pas de 2e Coup de coeur à un même auteur, je me suis senti autant captivé que la première fois. Ca répond à ta question ?



Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/