Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 07:22
 

DepuisMort aveugle” (2002), on connaît les thrillers de Karin Slaughter, qui ont assuré son succès international. C’est une autre facette qu’elle présente avec “Pas de pitié pour Martin” (Grasset, 2009), une comédie à suspense. L’histoire du pathétique Martin, victime toute désignée, est véritablement savoureuse.

Martin Reed est un raté. Pas un simple perdant, un loser, mais un vrai minable. Enfant déjà, les élèves de son école le ridiculisaient. Or, beaucoup d’entre eux sont devenus, comme lui, employés chez Super Sanitaires. Âgé de 36 ans, il en a passé seize à la comptabilité de cette entreprise d’une bourgade de Géorgie. Son bureau est le passage obligé pour aller aux toilettes. Souffre-douleur de tout le personnel, cible de divers quolibets et mauvaises blagues, Martin craint en particulier sa collègue Unique Jones. Depuis trois ans, cette autoritaire et corpulente Noire n’est pas avare de pénibles réparties cinglantes. Ce n’est pas sa mère Evelyn qui l’a tellement aidé, même s’il habite encore chez elle. Evie préfèrerait un fils homo ou alcoolique, que cette sexagénaire aurait des raisons de défendre. Bien qu’intelligent, Martin supporte les humiliations sans réagir.

La modeste Toyota de Martin avait déjà été vandalisée. On avait gravé “Trouduc” sur sa carrosserie. Cette fois, c’est son pare-choc qu’il retrouve très abîmé et ensanglanté. Il se blesse en l’enlevant, détruit sa mallette en voulant nettoyer les traces de sang. Quand deux flics se présentent chez Super Sanitaires, Martin est subjugué par l’inspectrice An Albada. Le charme troublant de la policière le fascine. Ce n’est pas pour le problème “Trouduc” qui les amène, ils sont de la Criminelle. Sandy, une des employées de l’entreprise, a été victime d’un meurtre. On s’est servi de la voiture de Martin pour l’écraser à plusieurs reprises. Non seulement le comptable ne peut fournir d’alibi, mais il avait des motifs de vengeance contre Sandy. Martin est immédiatement inculpé. Bien sûr, il nie cet horrible crime, se demandant qui a cherché à le piéger.

Née dans une famille d’immigrés Hollandais, l’inspectrice Anther An Albada fut mariée à un homme violent, heureusement décédé tôt. Ses collègues masculins manquant de finesse, An s’inventa une vie parallèle qui lui valut la sympathie des autres flics. Pour le meurtre de cette Sandy, qu’elle ne trouve guère digne de pitié, Martin est sans doute le meilleur suspect. Mais, par certains aspects, An le trouve touchant. Martin ne peut quand même pas avouer à cette policière dont il est amoureux, où il se trouvait au moment du crime. Malgré un avocat commis d’office peu compétent, Martin est placé en liberté conditionnelle. Non sans méchanceté, sa mère lui apprend qu’on en a profité pour le virer de chez Super Sanitaires. Ce soir-là, il va récupérer ses affaires. Unique Jones est encore présente au bureau. Le lendemain, on la retrouve assassinée dans les toilettes. Cette fois, rien ne peut disculper Martin…

Humour noir, situations inexorablement accablantes, tonalité ironique, Martin s’enfonce pour notre plus grand plaisir. Le cas de la policière n’est pas moins insolite, avouons-le. Elle cultive les relations virtuelles d’une bien curieuse manière. Si le récit fait largement sourire, l’intrigue criminelle proprement dite n’est pas oubliée. Car, si Martin n’est pas l’assassin, qui veut à ce point le faire accuser ? Et pour quel profit ? Ce pauvre héros étant un grand lecteur de polars, l’auteur en profite pour faire allusion à d’autres célèbres romanciers américains (Stuart Woods, James Patterson, Janet Evanovich, Patricia Cornwell, etc.) Nettement moins sombre que ses titres habituels, ce roman drôle de Karin Slaughter est un régal.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Frédéric Fontès 23/02/2010 21:11


Rafraichissante lecture oui, pleine d'humour. C'est marrant, ça se lit très vite, un petit exercice de style en soit. Avec une fin frustrante qui nous fait tourner en vain la dernière page à la
recherche d'un autre chapitre ...


Claude LE NOCHER 24/02/2010 07:40


... ce qu'on appelle "une fin ouverte", logique dans la tonalité souriante/ironique du récit. Un exercice de style pour elle, un plaisir pour nous lecteurs.


Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/