Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 05:44

 

Né dans le Tennessee en 1897, décédé en Californie en 1955, Horace MacCoy doit figurer parmi les premiers grands noms du roman noir. Scénariste de cinéma, Horace MacCoy est l’auteur de "On achève bien les chevaux" (adapté par Sydney Pollack); "Un linceul n'a pas de poches" (adapté par Jean-Pierre Mocky); "J'aurais dû rester chez nous"; "Adieu la vie, adieu l'amour"; "Le Scalpel"; "Corruption City"; "Les Rangers du Ciel"; et du recueil de nouvelles "Black Mask Stories".

Mon préféré est "J’aurais dû rester chez nous", que je viens de relire. Remarquable roman, qui n’est hélas plus réédité depuis 1982.

MacCoy1938L’histoire se passe en 1938. Âgé de 23 ans, Ralph Carston est un beau garçon venu d’une bourgade rurale de Georgie. Depuis quelques mois, il s’est installé à Hollywood, en colocation avec une aspirante comédienne, Mona. Bien qu’il écrive à sa mère des lettres rassurantes, le succès n’est toujours pas au rendez-vous pour Ralph. Ce n’est pas tellement son accent du Sud qui pose problème. Ni que ce Mr Balter (de l’agence Excelsior) qui l’a recruté, reste injoignable. C’est juste qu’ils sont des milliers de postulants, tels que lui. Par exemple, des filles comme Dorothy, qui finit par faire de la prison. Mona a été incarcérée aussi, mais le juge s’est montré clément. Ralph et elle sont invités à une soirée donnée par Mme Smithers, une femme mûre, riche et influente.

Encore candide, Ralph ne se sent guère à l’aise dans cette ambiance mondaine. Bien qu’elle ait un autre amant en titre, Mme Smithers n’est pas insensible au charme de Ralph. Ce qui ne plait pas à Mona, laquelle ne cache nullement son hostilité. À force de désillusions, la jeune femme se sent de moins en moins motivée. Mme Smithers ayant donné cent dollars à Ralph, celui-ci règle quelques dettes. Surtout la somme due à son épicier compréhensif, Abie Epstein. Sa protectrice a mis Ralph en contact avec un agent sérieux, Bergerman. Sans agressivité, le professionnel essaie de lui faire comprendre que Ralph n’a aucun avenir à Hollywood, que sa place est en Georgie. Je mourrai plutôt que de rentrer chez moi pense Ralph, toujours pas prêt à renoncer.

Mme Smithers l’invite dans un de ces bars fréquentés par le gratin d’Hollywood. Simple figurant, il ne se sent pas à sa place. Elle présente Ralph à un des meilleurs cinéastes du moment. Plus tard, ce dernier trouve un prétexte pour ne pas le recevoir. Employé dans la promo du cinéma, Johnny Hill sympathise avec Mona et Ralph. Hill n’est pas dupe du système hollywoodien. Il envisage d’écrire un livre dénonçant le mirage de l’industrie du cinéma. Sans vraiment réaliser, Ralph découvre les penchants masochistes de Mme Smithers. Alors que l’argent commence à manquer, Mona dégotte un job régulier, doublure d’une star. Dans le même temps, Dorothy s’évade de prison. Ralph peut compter sur l’épicier Abie pour lui prêter un peu de fric destiné à la fuite de Dorothy. Mais ils ont bientôt des ennuis avec la police…

 

Dans cet univers hollywoodien, où rien ne doit venir troubler le bizness, tout n’est qu’illusion. Des dizaines de milliers de jeunes américain(e)s ont voulu croire à leurs chances. Intoxiqués par les contes de fées médiatiques, ils ont imaginé devenir des stars. Puisque d’autres y sont parvenus, pourquoi pas moi ? Le pire étant, dans le cas de Ralph, qu’il n’y a pas de possible retour en arrière. Pour les siens en Georgie, il est déjà sur la voie du succès. Si bien des éléments ternissent ses espoirs, il n’a d’autre choix que de poursuivre dans l’impasse. S’il accepte la protection financière de Mme Smithers, c’est d’abord avec ingénuité, sans calcul, juste pour survivre en attendant. Il faut savourer la délicieuse scène où Ralph s’adresse à son miroir. Mona est bien plus pragmatique, Dorothy déjà plus désespérée.

En outre, n’oublions pas le contexte historique, l’imminence de la guerre. C’est avec violence qu’Horace Mac Coy dénonce l’hypocrisie du monde du cinéma : Vous soutenez la ligue antinazie parce que, dans ce foutu patelin, tous les producteurs sont juifs et vous vous dites qu’ils vous prendront pour un héros, en tant que chrétien ayant épousé leur cause. Si tous les producteurs étaient nazis, vous seriez les premiers à commencer le pogrom. Le personnage rebelle de Johnny Hill est quelque peu l’alter ego de l’auteur. Hill souligne la puissance exagérée des décideurs d’Hollywood : …il suffit de parler de syndicalisme ou d’organisation pour être classé comme rouge et mis sur la liste noire. J’ai assisté aux réunions de producteurs et je les ai entendus dicter leurs quatre volontés aux auteurs. Ils peuvent contraindre, intimider, et violer toutes les lois qu’ils veulent. Ils font les lois et ils possèdent les tribunaux. Est-ce qu’ils n’ont pas fait élire un gouverneur par le seul truc, aussi simple qu’astucieux, des soi-disant actualités ? Depuis, de Ronald Reagan à Arnold Schwarzenegger, le système a perduré.

Voilà un roman fascinant, intense, qui mériterait bien une réédition.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Oncle Paul 13/06/2011 15:20


Bonjour Claude
Horace Mac Coy fait partie de la longue liste des auteurs américains auxquels on ne peut apposer une étiquette, sauf celle de auteur à lire. Je pense notamment à John Steinbeck avec Des souris et
des hommes, Les raisins de la colère, A l'est d'Eden et quelques autres. Des souris et des hommes n'aurait pas démérité en Série Noire.
Amitiés


Claude LE NOCHER 13/06/2011 16:34



Salut Paul... Un roman noir n'étant pas forcément un roman criminel, mais incluant un thème social fort, témoignage sur une époque, et une
certaine fatalité du destin, les romans de Steinbeck comme ceux de Mac Coy appartiennent bien à cette catégorie.


La frontière est mince, et nous savons que les étiquettes restent relatives. Un exemple récent : "Allmen et les libellules" de Martin Suter n'est pas vendu parmi les
polars (ou rarement), car l'auteur a publié précédemment de la "littérature générale". En tout cas, je suis bien content de l'avoir chroniqué, l'article est ma meilleure fréquentation depuis un
mois.


Amitiés.



claire 13/06/2011 10:17


bonjour claude aprés trois jours d'absence sur le net ma fille est venue faire son déménagement il a fallu faire le ménage je suis hs mais bon c'est mieux maintenant et je fait une pause il ne fait
pas beau il pleut un peu j'ai lu certain de tes articles sympas maintenant que je suis seule je vais pouvoir lire un peu plus vite sans fille sans télé mais est ce que je vais te ratrape ? bonne
journée bizzz


Claude LE NOCHER 13/06/2011 11:23



Bonjour Claire,


Bon retour dans le monde des lectrices et lecteurs. Comme toujours, tu trouveras pas mal de suggestions, un peu de nostalgie, quelques photos, c'est à dire plein
d'infos...


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 13/06/2011 09:32


Salut Claude, Horace McCoy est un auteur devenu classique. Pour en avoir lu 1 dans le cadre scolaire (On achève bien les chevaux) et 2 ou 3 autres pour mon plaisir, je trouve que c'est un auteur
subtil, réaliste, qui offre une bonne transition entre littérature blanche et noire ... pour ceux qui aiment mettre des étiquettes ! Amitiés. Pierre


Claude LE NOCHER 13/06/2011 11:21



Salut Pierre... Sauf erreur, plusieurs romans d'Horace Mac Coy furent présentés en "blanche" avant d'être associés à la "noire". Ces étiquettes que nous
n'aimons pas trop, c'est d'autant plus vrai dans celui-ci. Empreinte de réalisme et de fatalité, c'est une histoire noire (dont la fin reste ouverte) ; quant au style d'écriture, oui c'est bien
de la Littérature.


Pour moi, ce sont de petits "retours aux sources" que de les relire de temps à autres, ces romans qui m'ont marqué naguère.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/