Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 06:42

 

Après La position du tireur couché et Le petit bleu de la côte ouest, Tardi adapte un troisième roman de Jean-Patrick Manchette, Ô dingos, ô châteaux (Futuropolis, 2011).

 

BD-TARDI-MANCHETTEEn France, au début des années 1970. Ancien architecte, Michel Hartog est devenu un puissant homme d’affaires. Au décès de son frère et de son épouse, il a hérité de tous leurs biens financiers. Il a aussi la charge de son neveu, un gamin nommé Peter. Hartog étant très occupé, c’est une nurse qui s’en occupe. Ayant créé une fondation au nom du couple défunt, Michel Hartog n’emploie que du personnel handicapé. En remplacement de l’ancienne nurse, il engage Julie Ballanger pour garder le petit Peter. C’est dans un établissement psychiatrique qu’il a trouvé la jeune femme, ex-délinquante pas encore très stable. À peine Hartog et Julie arrivent-ils dans l’immeuble du financier, qu’ils sont agressés par Fuentès. Cet ancien ami d’Hartog, visiblement alcoolique, lui garde rancune de sa réussite sociale.

Le premier contact avec Peter n’est pas très encourageant pour Julie. Dès le lendemain, Hartog doit partir à l’étranger. Alors qu’ils se promènent au Jardin du Luxembourg, Julie et Peter sont enlevés par des inconnus. Impossible de résister, de s’échapper. Les kidnappeurs les conduisent dans une maisonnette isolée, au fond d’une petite vallée à moins de cent kilomètres de Paris.

L’opération est organisée par un britannique, Thompson. Malgré ses problèmes de santé, il compte mener l’affaire jusqu’au bout, selon le plan de son commanditaire. Ses complices Bibi, Nénesse et Frédo, ne sont sans doute pas la crème des gangsters, mais ce n’est pas un problème pour Thompson. Il fait signer à Julie une lettre où elle s’accuse implicitement du kidnapping, le but étant finalement de supprimer l’enfant et la jeune femme dans un court délai. Thompson aurait mieux fait de s’en charger lui-même, car Julie et l’enfant parviennent bientôt à s’enfuir.

La police et les médias sont alertés, un tel enlèvement ne pouvant être occulté trop longtemps. Bien qu’elle laisse des indices derrière eux, Julie craint moins la police que les tueurs qui sont à leurs trousses. Thompson et ses hommes sont bien informés de ses mouvements, le commanditaire étant en contact avec les autorités policières. Julie n’avance pas sans but. Elle se dirige avec Peter vers une région montagneuse. Elle se souvient d’une photo de la Tour Maure, qui pourrait être le repaire du commanditaire de l’affaire. Probablement ce diable de Fuentès, l’ennemi de Hartog. Afin de semer ses poursuivants, Julie provoque un spectaculaire incident dans un supermarché des environs. Pour autant, Peter et elle sont loin d’être en sécurité…

 

Ce titre (de J.P.Manchette) fut récompensé par le Grand Prix de Littérature policière 1973. À la surprise générale, précise en préface François Guérif, car Manchette n’avait encore produit que trois romans noirs. Le qualificatif œuvre de jeunesse utilisé par le préfacier est impropre, concernant ce violent roman. Car, si le contexte sociopolitique apparaît moins, la cascade de dérapages vers une froide folie meurtrière est impeccablement maîtrisé. Et si le final fut écrit d’un seul jet, nous dit Guérif, c’est bien que tel devait être l’inexorable dénouement.

On est bien d’accord pour affirmer que Tardi, ce Maître de la BD, est au sommet de son art dans cette adaptation. Il n’était pas forcément simple de restituer l’univers du héros de Léo Malet, le détective Nestor Burma. Pas plus qu’il n’était facile d’adapter Vautrin, Céline, Siniac, Pennac ou Daeninckx, comme il l’a également fait par le passé. Scénariser et mettre en image l’œuvre noire de Manchette peut sembler une mission impossible. En particulier pour Ô dingos, ô châteaux, improbable road-story tellement en décalage avec la société policée du début des années 1970, fière de ses R16 et de ses 2CV. Remarquable et complète adaptation d’un roman toujours hors norme.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Yv 14/11/2011 11:12


Bonjour Claude
L'association Manchette/Tardi fait toujours des merveilles. J'avais beaucoup aimé (et j'aime toujours, parce que je le relis) l'adaptation Du petit bleu de la côte ouest.
A bientôt


Claude LE NOCHER 14/11/2011 16:31



Salut Yv...


Cette troisième adaptation est vraiment de bon aloi, comme les deux précédentes. Avec ce sentiment que c'était, peut-être, encore plus difficile à "mettre en image",
donc d'autant plus méritoire ! Un grand de la bédé au service d'un grand du roman noir...


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/