Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 06:14

 

La prochaine aventure de l'inspecteur Sweeney, le héros de John-Erich Nielsen, est intitulée “Mort au grand largue”. Elle a pour cadre Auckland, en Nouvelle-Zélande. Sweeney est venu partager les émotions des compétiteurs de l'America's Cup ! A la barre du Spirits of Scotland, la jeune navigatrice Martha McClane était sur le point de remporter la prestigieuse Coupe de l'America, quand elle est victime d'un coup de feu. Elle allait battre à domicile l'équipage du Néo-Zélandais Tom Read. Une fois de plus, les vents changeants de la baie d'Hauraki se montrent imprévisibles. Jalousie sportive, enjeu financier, ou déception amoureuse ? Sur la "Terre du Long Nuage Blanc", l'inspecteur Sweeney n'a que deux jours pour démasquer l'assassin. Mais, aux antipodes, même la vérité semble marcher sur la tête...
En exclusivité voici un extrait de “Mort au grand largue”, qui sortira cet été à l'occasion du Festival Interceltique de Lorient 2009 :

« En approchant de la péninsule de Devonport, digue naturelle qui protégeait Auckland des rigueurs du Pacifique, les majestueuses demeures victoriennes, bordant d’interminables plages de sable blanc, adoucirent encore les sensations de ce début de traversée.

Bercé par un agréable roulis, charmé par le léger clapotis des flots, et subjugué par la grâce naturelle de Martha, l’inspecteur était sur le point de succomber au sommeil.

– Rangitoto ! s’exclama soudain John McCallum, accompagnant son annonce d’un coup de coude dans les côtes de son voisin.

– Quoi ? protesta Sweeney.

– Là, à tribord ! insista le tycoon. L’île de Rangitoto ! Dans moins de vingt minutes, nous atteindrons la zone de course.

Le policier vit alors le navire s’engouffrer entre deux promontoires jumeaux, pelés et volcaniques, qui couronnaient respectivement l’île de Rangitoto et la péninsule de Devonport.

– Deux jolis mamelons bien appétissants ! plaisanta McCallum, agitant ses mains de façon explicite. A cet endroit, précisa-t-il encore, la baie n’est large que de quelques centaines de mètres. Dès que nous aurons dépassé l’île, les choses sérieuses vont pouvoir commencer !

Sweeney n’eut pas le temps de s’émouvoir de cette nouvelle. Surgissant de part et d’autre du navire, débordant bientôt le zodiac de la weather team, plusieurs dizaines de hors-bord s’approchèrent rapidement du Spirits of Scotland.

– Bravo Martha ! claqua soudain depuis un premier bateau, et le pilote s’empressa d’agiter sa casquette.

– Bonne chance ! cria un second à bâbord.

– On est avec toi ! lança un troisième.

Remarquant les pavillons néo-zélandais qui flottaient à l’arrière de ces embarcations, Sweeney ne put s’empêcher de se retourner vers son voisin :

– Dites John, ils ne sont pas rancuniers les Kiwis. Vous êtes sûrs qu’ils supportent encore leur bateau ?

– Bien sûr ! affirma le tycoon. Mais les Néo-Zed sont comme ça. Ils sont très sport, c’est dans leur nature. A chacune de nos sorties, ils viennent rendre hommage aux qualités de navigatrice de Martha.

Comme si elle l’avait entendu, la jeune femme adressa un large sourire à son sponsor. Puis elle rendit leur salut à la vingtaine de bateaux qui les accompagnaient déjà.

Satisfaits, les pilotes donnèrent leurs derniers encouragements à la jeune Ecossaise. Avant de brusquement virer de bord, pour mieux la laisser s’éloigner.

Seule l’équipe météo demeura dans le sillage du Spirits.

Au même instant, Sweeney eut la désagréable sensation que les mouvements du navire s’amplifiaient. Le mât, jusqu’alors docile, se mit à craquer sous l’effet d’une brise plus vigoureuse, et plus fraîche.

– Brrr… frissonna l’inspecteur. Qu’est-ce que c’est que ça ?

– Le vent du large ! sourit McCallum. Ça y est, nous pénétrons vraiment dans la baie d’Hauraki.

La grimace du policier contrasta avec la béatitude du tycoon.

Sweeney rentra les épaules et serra contre lui sa canne de golf. Très vite, le doux clapotis des vagues se transforma en un claquement plus sec, et plus irrégulier. Les coups de boutoir contre la coque augmentèrent. Bientôt, les premières gerbes d’eau franchirent le bord, s’abattant au milieu de la zone arrière.

Instinctivement, Sweeney releva les pieds.

– Vos bottes sont étanches ! se moqua John McCallum. Et ça, ce n’est que le début !

Pour mieux l’impressionner encore, le vent entra à son tour en action.

Un souffle violent, rasant, surgit à tribord, et vint d’un seul coup percuter la grand-voile.

La toile et le mât, qui n’attendaient que ça, absorbèrent goulûment cette énergie sauvage, et la répercutèrent jusqu’au cœur du bateau. Instantanément, la coque du Spirits se souleva, plongeant le flanc gauche dans la mer.

– Mon dieu ! s’exclama Sweeney qui, pour ne pas glisser, dut empoigner la manche de McCallum.

– Doucement ! protesta son voisin. Tout va bien. Vous n’allez quand même pas paniquer pour une toute petite gîte !

– Mais on va couler ! s’agita le policier. On va…

– Mais non ! le coupa le tycoon. Le bateau prend de la vitesse, c’est tout. Vous verrez, ce sera beaucoup plus impressionnant quand il faudra changer de bord.

Persuadé que le vieil industriel ne se rendait pas compte du danger, Sweeney se dépêcha d’observer l’expression du visage de Martha McClane.

A sa grande surprise, la jeune femme arborait un sourire plus radieux que jamais. Le regard porté sur l’horizon, les cheveux fouettés par le vent, la navigatrice ne faisait déjà plus qu’une avec la mer.

John McCallum avait raison : Martha communiait avec les éléments. Avec une précision diabolique, tous ses muscles la renseignaient sur les moindres mouvements du bateau. Tandis que, dans le même instant, ses autres sens décryptaient la plus infime altération du souffle océanique.

Mieux même, Martha semblait anticiper tous ces changements. La nature avait beau multiplier ses tours, telle un cheval sauvage cherchant à la désarçonner, la navigatrice tenait bon. »

le site de l'éditeur : www.headoverhills.com.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/