Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 06:21
 

Quand j'ai reçu les mails d'une ado signant "chloé-nolife", je lui a fait savoir qu'il n'était pas question "d'échanger" avec elle (mineure), utilisant pour mon message une vieille adresse mail qui ne me sert plus. Son nom-pseudo m'a fait penser que cela cachait une de ces associations, qui sont -à la base- pleines de bons sentiments, et provoquent les utilisateurs d'Internet afin de débusquer d’éventuels pédophiles. En un mot, je ne croyais pas en "Chloé".
Et voici qu'elle prend la peine de longuement me relancer, contournant ma vieille adresse mail. Ténacité curieuse, qui a renforcé mes soupçons. Je n'ai donc pas répondu à son message. D'autant qu'elle était en pleine caricature, cette adolescente "pas vraiment mal dans sa tête mais quand même" avec ses parents absents, son anorexie, et son petit frère chiant, etc... Malgré mon absence de réponse, elle relance encore (prétendant se présenter en vidéo pour un blog qu'elle n'a pas encore créé, étonnant non ?). J'étais donc convaincu qu'il s'agissait d'une des associations évoquées plus haut. A laquelle je m'apprêtais à envoyer un message vindicatif soulignant le harcèlement inutile.

Non, c'est le romancier Olivier Descosse qui fait sa promo auprès des blogs (je ne suis pas seul à avoir reçu ce texte). J'avais eu le plaisir de chroniquer son roman "Miroir de sang" pour "l'Année de la Fiction" (Ed.Encrage) ainsi que pour le site www.rayonpolar.com  J’avoue ne pas avoir continué à lire ses romans suivants, tout en étant très heureux pour lui de son succès. Qu’il fasse du marketing, pourquoi pas ? Trouver des formules pour promouvoir les livres, je n’ai rien contre. Mais je condamne fermement cette méthode détestable, jouant sur des ambiguïtés, à l’heure où l’on prévient (à juste titre) les ados face aux risques d’Internet.
Scénariser ainsi la publicité et se prêter à cette mise en scène, c’est pitoyable. Un buzz ? Même les enfants de maternelle se créent des jeux plus inventifs. Trucage malsain et pratiques agressives, l'agence de com’ mérite-t-elle d’être payée ? (Elle a voulu tester l'aspect dérangeant de cette campagne, si je traduis bien leur message de semi-excuses). Réfléchissez à vos actes. Aujourd'hui, si une vraie Chloé apparait en péril par ses envois sur Internet, qu'elle se débrouille ou qu'elle en crève. C'est toute l'histoire de l'enfant qui criait au loup. Que vous ne connaissez évidemment pas, bande d'incultes.

Ma réaction négative est causée par un procédé dépassant le ridicule (et même pas crédible, je l’ai détaillé). Cette opération marketing doit inciter à lire le roman actuel de cet auteur ? Désolé, M. Descosse, je ne veux même pas connaître le titre de votre nouveau roman. Votre agence peut bien garder la généreuse documentation qu'elle m'a adressé. Prendre les gens pour des imbéciles, puis espérer qu'ils achètent votre produit, je me demande si c'est bien pensé ?
J’invite les visiteurs d’Action-Suspense à poster leurs commentaires (sans propos injurieux, merci).

Claude Le Nocher

Partager cet article

Repost0

commentaires

Thomas 15/10/2009 14:39


P.S. Au vu de ceux qui défendent systématiquement au secours de Big Business pour stigmatiser quiconque ose contester ses méthodes (défendre le fort contre le faible, en gros, ce que l'ami Benito
pratiquait fort bien), on en vient à penser que ledit Big Business a tort de se priver. Lorsque le bétail ne demande qu'à se faire tondre…


Claude LE NOCHER 15/10/2009 16:49


(voir réponse un peu plus loin)


Thomas 15/10/2009 14:34


OT : sur le sujet de cette pub, j'ai eu un coup de fil m'annonçant avec condescendance que des "professionnels du conseil" me ferait l'honneur de passer près de chez moi et que, donc, j'allais
recevoir ces génies le petit doigt sur la couture du pantalon pour des "déductions d'impôts". Ayant un peu de temps, j'ai expliqué que 1/ Je ne recevais pas n'importe qui chez moi et qu'il fallait
être plus convaincant, 2/ que "professionnels du conseil" ne voulait rien dire et 3/ Que n'étnt pas affiliés au gouvernement, c'était une boîte privée qui avait des intérêts privés, donc me vendre
quelque chose. Le type s'est empêtré à répéter à l'infini ses mantras, sans donner plus d'explications, aussi convaincant qu'un billet de 2,7 euros, et concluant, bien sûr, sur le fait que je
n'avais rien compris. ce à quoi j'ai dit que puisque il me traitait de c…, je n'avais plus rien à lui dire.
Non seulement ils mentent (c'était certainement pour me fourguer une merde genre loi de Robien à 1000 km de chez moi), mais ils le font mal…
Et en effet, ça désensibilise aux vrais problèmes pour vendre sa soupe. Si demain, je balance des messages disant "les juifs au four !" pour fourguer un bouquin sur la déportation, pourrai-je aussi
dire que je suis un génie incompris et que l'interlocuteur n'a "aucun sens de l'humour" (le "second degré" étant désormais le cache-sexe de leur pseudo-pensée de vendeurs de tapis sans scrupules) ?


Claude LE NOCHER 15/10/2009 16:48




J'ajoute ici le Post-Scriptum de Thomas, avant de répondre :


"Au vu de ceux qui défendent systématiquement au secours de Big Business pour stigmatiser quiconque ose contester ses méthodes
(défendre le fort contre le faible, en gros, ce que l'ami Benito pratiquait fort bien), on en vient à penser que ledit Big Business a tort de se priver. Lorsque le bétail ne demande qu'à se
faire tondre…"
On nous répète assez souvent que nous sommes dans une "société de communication", à chacun de comprendre le sens de ces mots. Les médias ne nous offrent pas de l'info, ils nous imposent des
messages de promo (pour les politiques, les "people", les marques). Le BigBizness n'est pas là pour nous aider à choisir les meilleurs produits et autres, mais pour nous imposer ces achats.
C'est vrai pour la téléphonie et l'informatique, les placements financiers, comme pour le choix de notre lessive ou de nos légumes. Même le "Grenelle de l'Environnement" répond à la stratégie
du BigBizness (avec quelques concessions à des vrais soucis écologiques, pour masquer le tout). Qui dit communication, dit marketting (et pas seulement publicitaire, mais aussi stratégie visant
des publics précis).
On joue sur notre crédulité, notre naïveté ? On veut me vendre un "crédit à la consommation" pour que je m'endette ? Eh bien, je n'ai sincèrement pas envie de m'endetter, messieurs les
arnaqueurs. On veut faire de moi un adepte du 4x4 ou du camping-car (si c'est dans mes moyens) ? Je n'en ai pas envie, d'ailleurs je préfère les transports collectifs. On veut m'inciter à
adhérer à un parti politique par le biais d'associations "locales" ? Je sais très bien qu'elles dépendent directement de tel ou tel parti. Et qu'on ne me dise pas que cet exemple n'est pas
comparable à un "acte d'achat", c'est le même processus. 
Un peu de lucidité, un brin de réalisme, une part de sincérité, suffisent peut-être à ne pas tomber dans leurs pièges, leurs griffes. L'ordre établi s'appuie aujourd'hui sur la
communication et le marketting. Devons-nous, simples citoyens, nous ériger en "Résistants" face à ces manipulations ? Sans être rebelles, révoltés, interrogeons-nous avant de nous laisser
tondre. Ce sera déjà un premier pas. Le second serait de retrouver une "solidarité" qui fait gravement défaut à notre époque. Utopie, sans doute, que nos amis "concepteurs" savent hélas
récupérer : le label "Produit en Bretagne" n'a-t-il pas pour slogan "Génération solidaire" avec une illustration adaptée ?
Nous sommes cernés. Est-ce Michel Audiard ou Frédéric Dard qui a dit : "Les cons osent tout" ? Oh que oui, ces génies de la comm' osent tout ! A nous de garder notre libre arbitre...




Thomas 15/10/2009 12:52


De toute façon, le mépris des gens du marketing et de la pub pour le "beauf" (je, tu, nous, il) est incommensurable. On leur a tellement bourré la tête sur leur génie qu'ils sont persuadés qu'il
suffit d'arrêter le chaland, fut-ce sur un mensonge, ou d'obtenir un rendez-vous pour vendre leur soupe. J'ai dû menacer une boîte de harcèlement pour qu'ils me foutent la paix. et dans mon
quartier, des machins publicitaires mis sur les bagnoles avaient la forme et la couleur d'une contravention. Que pouvait penser le crâne d'œuf qui a eu cette idée , qu'il suffisait de lire la pub
(si efficace que je ne saurais dire ce qu'elle vendait) pour se ruer comme de bons petits moutons acheter le produit ?
Bon, je vous laisse, pour mon prochain roman qui parle de tueur en série, je dois aller tuer quelques personnes pour poster le tout sur YouTube comme marketing viral. Sur que l'ensemble de la
profession va trouver ça "over-win" !


Claude LE NOCHER 15/10/2009 13:27



Cher Thomas, que cette future vidéo pour YouTube soit exagérément sanglante, avec mutilations extrêmes, et cris stridents des victimes, sinon la
"cible" (les CSP+ et les "adulescents") serait manquée. Ce serait dommage d'être si inventif pour rien...
Ouais, ça nous énerve toujours (et de plus en plus), ces méthodes marketting.
Moi, c'est le trop fréquent démarchage téléphonique des Centres d'appels qui me fatigue. Car leurs approches se veulent de plus en plus sophistiquées. Récemment : "Ici Audrey, de la
société Untel, alternative à France Télécom". Alternative ? Certains penseront : filiale de France Télécom. Subtilité ou escroquerie langagière ?... Ou encore : "Elodie,
de la société XYZ d'une commune voisine". Je lui réponds qu'il n'existe pas de société XYZ dans ladite commune. Là démarre un tortueux discours hyper-préparé sur les nouveaux services des
micro-sociétés fédérées dans l'association XYZ. Bravo aux concepteurs de la réponse.
Il y a quelques temps, appel vers 21h. Malgré le son pourri de leur standard, on perçoit l'accent délicieux de l'opératrice. Discours récité avec entrain. Poli, je lui demande son nom : "Michèle
Legrand, de Paris" De Madagascar, plus sûrement. Ce n'est pas aux Malgaches (ou Marocaines) des Centres d'appels que j'en veux, mais au système dont elles dépendent. Et tout ça nous vient
des merveilleuses idées de ces penseurs du marketting. Car il prend des formes insoupçonnées.
Bien sûr que nous sommes des moutons, des pigeons, des gogos. Sauf que nous avons encore (provisoirement, peut-être ?) le droit de ne pas accepter ces pratiques souvent insidieuses.
Amitiés...



Lou 15/06/2009 19:48

Merci pour cet article intéressant. Contactée moi aussi, avec le livre en attente chez moi, j'ai finalement décidé de ne pas parler de ce roman à cause de cette opération qui au final me semble malsaine et nuit autant à M. Descosse qu'à une agence de com qui a mené une opération de marketing vraiment caricaturale. Et c'est dommage, car bien menée, une opération de promo originale ET respectueuse de ses cibles aurait sûrement eu un impact beaucoup plus positif.

Claude LE NOCHER 15/06/2009 20:39


En effet, Lou, c'est tout le sens de ce débat (qui n'est pas une polémique, ni une façon d'alimenter un buzz, mais bien une réaction contre un procédé
détestable).
L'originalité dans la promotion des suspenses, c'est ce que tente chaque jour Action-Suspense. Non pas en agressant les lecteurs, mais en
suggérant, en proposant, en choisissant parfois des méthodes souriantes ou bricolées (je pense à l'interview de Yann Venner, ici : http://action-suspense.over-blog.com/article-31775879.html ). Si tant d'internautes sont devenus (sans prétention aucune) des
fidèles de ce blog, c'est bien parce qu'ils admettent l'honnêteté de la démarche. Vous l'avez lu, les méthodes "masquées" ne sont pas du goût des lectrices, des lecteurs.
Peut-être que, à la différence de ces pros du marketing, nous voulons conserver une simple notion de plaisir de lecture.


Laurence 30/05/2009 10:15

Bonjour à tous,

comme vous j'ai été la destinataire des mails de "Chloé" et j'ai reçu la supposée réponse de l'éditeur. Or après vérification des adresses ip et du nom de domaine, il ne s'agit pas de l'éditeur mais de l'agence de communication "rewiind.com" qui était chargée de mettre en place toute cette opération malsaine. Je ne suis même pas sûre que l'attachée de presse des éditions Lafon soit au courant de cette dernière missive. Décidément, ces "spécialistes de la communication" multiplient les erreurs ... de communication. :-/

Claude LE NOCHER 30/05/2009 11:42



Un énorme MERCI, chère Laurence ! Voilà une enquête rondement menée, avec succès !
Nous retiendrons donc que la principale coupable est l'agence REWIIND.FR (*), avec la complicité d'OLIVIER D. (puisqu'il apparait en vendeur de télé-achat), et celle pas encore totalement prouvée
des éditions MICHEL LAFON, pendant qu'un ou deux sites Internet faisaient le guet, intervenant au besoin pour distraire notre attention.
C'était donc bien un coup monté, commissaire Laurence ! Ils ont effectivement laissé trop d'indices. Vraiment, les pros du Milieu (de la communication) ne sont plus à la hauteur de leurs
mauvais coups !
(*) Entre-temps, Laurence de http://biblioblog.fr a corrigé le nom exact, il s'agit bien de Rewiind.fr



Boris 30/05/2009 01:11

Salut à tous,
informé par Claude sur un autre lieu d'échange, je viens de parcourir toute la polémique... (pas tout lu, c'est trop) Ce qui m'a fait réagir, c'est le message posté il y a 5 jours par un dénommé Clément qui crache dans la soupe, affirmant qu'il est venu là par hasard et qui ne supporte pas qu'on s'attaque à ce Descosse (comme le saumon du même nom ?) au prétexte qu'on n'a pas lu son merveilleux livre.
Me vient une question : et si ce Clément était un avatar du fameux Descosses lui-même ?
Bon, pour ce que j'en dis... ;O))

Claude LE NOCHER 30/05/2009 07:36


Salut ami Boris, vaillant transmetteur d'échanges au sein de l'association 813.
Ah, ce brave Clément, qui reprend aveuglément l'argument "Achetez le livre avant d'en parler" ! Qui m'accuse d'orchestrer je ne sais quel discrédit autour de Saint-Descosse. En un mot, qui est
"hors sujet".
Si nous étions dans le même état d'esprit que cette campagne marketing, nous pourrions faire circuler la rumeur Clément = Descosse, tu as raison, Boris. Voilà où peuvent mener des initiatives de ce
genre...


caroline 29/05/2009 22:46

"Buzz... polémique passionnée..." on sent l'éditeur qui se frotte les mains !
"Emerger au sein d'une production littéraire grandissante" ah ça c'est l'arroseur arrosé !!
Quant à sensibiliser sur les sujets du livre par cette campagne... j'ai comme un doute.

Claude LE NOCHER 30/05/2009 07:27


Sans oublier "campagne non modélisable", traduire : "Promis, juré, on le refera plus" (car nous autres internautes, on maitrise mal leur langage).
L'éditeur se frotte peut-être les mains, comme tu dis. Je note que, autant les messages de Chloé se sont succédés avec souplesse, autant la réaction de l'éditeur me semble un brin tardive. Comme si
tout ne s'était pas exactement passé comme prévu. Mais il est vrai que je suis de parti pris.
Quant au thème "Protégeons nos enfants" dans les écoles en fouillant leur cartable, sur Internet en fouillant leur tchat, j'ai le sentiment que le "danger" reste exceptionnel. Mais c'est sans doute
un autre débat.


Jean-Marc Laherrère 29/05/2009 21:36

Salut Claude,

J'ai reçu le mail de l'éditeur comme toi, et je compte lui répondre directement, essentiellement pour lui dire de me lâcher.
Je n'ai pas voulu en parler sur mon blog pour ne lui faire aucune publicité.
Ceci dit, puisqu'ici le débat est ouvert, l'argumentaire de l'éditeur est grotesque, pour les raisons suivantes :
1. JE NE SUPPORTE PAS QU'ON ME FORCE LA MAIN !!! Je lis des bouquins parce que j'aime l'auteur, l'éditeur, le thème, parce que des potes m'en ont parlé, parce que j'ai lu de bonnes critiques (de gens que je respecte), jamais à la suite d'une opération de com.
2. Que je sache, Taibo n'a pas eu besoin d'un buzz sur les dangers de la CIA pour que A quatre mains soit un roman génial, Ellroy n'a pas démarché sous un masque sur la corruption dans la police de LA pour que son quatuor de LA soit reconnu dans le monde entier. Si l'éditeur et l'auteur ont besoin d'attirer l'attention sur les risques que courent les ados sur internet pour qu'on ait envie de lire le bouquin, c'est qu'il est incapable de se défendre tout seul, et donc qu'il vaut mieux ne pas l'ouvrir.
3. Je ne supporte pas les gens qui avancent masqués, et non, tout n'est pas bon pour se faire connaître.
Et basta.

Claude LE NOCHER 30/05/2009 07:20


A l'exemple de notre Claude Mesplède préféré, Jean-Marc Laherrère, moi-même et quelques autres signons toujours nos textes de notre nom. Non pas pour en tirer une
quelconque gloriole, mais par simple honnêteté. Et aucune opération de promo ne nous forcera la main, je le confirme. Si nous accompagnons parfois la sortie de certains romans, c'est notre seul
choix. Amitiés, Jean-Marc !


Editions Michel Lafon 29/05/2009 17:14

VOICI LA REPONSE DE L'EDITEUR
Vous l’avez peut-être remarqué, « l’affaire Chloé » suscite énormément de buzz parmi les bloggers en déclenchant une polémique passionnée auprès des internautes. Nous souhaitons donc nous exprimer à ce sujet et participer au débat en tant qu’éditeur du roman qui se trouve au cœur de cette affaire.
Chloé n’existe pas, et pourtant…
À travers la démarche réelle de la « fausse » Chloé, nous sommes au cœur des sujets abordés dans (…) le dernier thriller d’Olivier Descosse.
Cette fiction romanesque met en scène le mal-être et la part d’ombre qui sommeille chez des adolescents victimes de maux bien réels liés à notre époque : anorexie, influence des images et des jeux vidéo, confusion entre le monde réel et virtuel, dangers d’Internet…
Chloé aurait pu être l’un des adolescents du livre d’Olivier Descosse au même titre que les autres protagonistes du roman que sont Lucie, Pierre, Natacha et Charlotte.
En ce sens, l’invention du personnage et la mission de Chloé sur les blogs procèdent d’une démarche purement éditoriale : cette démarche est unique et non modélisable, elle n’aurait pu être inspirée par aucun autre livre. L’intention était de plonger dans l’univers (de ce roman), de sensibiliser aux sujets contenus dans ce livre. En l’occurrence Internet permet à n’importe qui de prendre une fausse identité et d’abuser son interlocuteur, danger qui est précisément dénoncé dans le thriller d’Olivier Descosse.
Car il s’agit bien de cela, un livre. Nous ne vendons pas des « produits ». Notre passion d’éditeur est aussi de faire partager au plus grand nombre le talent d’auteurs en lesquels nous croyons, en assurant la promotion de leurs œuvres. Et même si les moyens utilisés ont pu faire débat, ils sont le fruit d’une décision collégiale. Il s’agissait de trouver des moyens originaux et innovants pour émerger au sein d’une production littéraire toujours grandissante (…)
Les Éditions Michel Lafon

Claude LE NOCHER 29/05/2009 17:20



 
Il est légitime qu’Action-Suspense diffuse le «droit de réponse» des éditions Michel Lafon, puisque nous avons débattu de
l’opération qu’ils ont mené. On peut même penser qu’ils ont lu nos arguments, puisqu’ils reviennent sur le terme de «produit» que nous avons tous largement souligné.
Je note aussi : «…faire partager au plus grand nombre le talent d’auteurs en lesquels nous croyons, en assurant la promotion de leurs œuvres.» Ou comment
utiliser NOTRE argument à LEUR profit. Car cette réponse, aussi subtile soit-elle, ne me fera pas croire en la sincérité de l’opération. L’éditeur dédouane l’auteur en parlant de «décision
collégiale». Autre formule pour «création marketing», je suppose.
Au risque de surprendre les éditions Michel Lafon, je suis d’accord pour admettre qu’il n’est pas facile «d’émerger au sein d’une production littéraire toujours grandissante.» Mais quant à parler
d’originalité et d’innovation, voir les idées qui ont été exprimées au cours du débat. Les animateurs de blogs, dont Action-Suspense, ont choisi des méthodes qu’ils estiment plus
franches pour défendre les livres, voilà tout. Je ne parle évidemment pas au nom des sites qui ce sont associés à cette opération publicitaire, ce qui est leur droit. Dernier point, je précise avoir supprimé le lien offert par l’éditeur qui amenait vers le site du
livre, de même que les citations du titre. On a assez pris les internautes pour des imbéciles comme ça. Ceux que ce livre intéressent pourront trouver ces infos
ailleurs.


caroline 25/05/2009 22:48

"Putain, putain, fun"... y'a des argumentaires qui volent haut ! On comprend que certaines personnes ne soient pas à même de comprendre autrement que de travers ta démarche, Claude. Au point de ne même pas avoir vu la vidéo ou Descosse lui-même joue ce jeu. Ca doit leur faire remettre en cause leur sacro-saintes idoles qui écrivent des livres "trop bien". Attention, ne rien critiquer ! Lecteurs, auteur et éditeur en totale cohérence ; finalement, ça se tient.

Claude LE NOCHER 26/05/2009 07:49


L'idolâtrie n'est jamais qu'un manque de recul. De quel droit remettre en cause une opération publicitaire aussi saine que celle-là ? Pas gentil, pas correct.
En effet, Caroline, on ne leur reproche nullement de lire ce qu'ils acceptent d'acheter, mais ils refusent -eux- de reconnaître les méthodes détestables. Et l'argumentaire de Clément est
caractéristique d'une riposte sans réflexion (ni lecture des faits, pourtant détaillés). Ni buzz, ni polémique, finalement : juste une approche (très) différente de la lecture, répétons-le.


BiblioMan(u) 25/05/2009 22:13

Je tombe des nues ! Le syndrôme de la télé-réalité envahit les services de com' de la façon la plus abjecte qui soit. Matraquage, marketing outrancier... Personnellement, je n'ai pas eu droit a message de Chloé mais j'ai eu mon défenseur de thriller best-seller bien limite limite...Sous prétexte que la masse apprécie, on ne peut pas se permettre de donner son point de vue sous peine d'être tendancieux. Je vous laisse juger : http://bibliomanu.blogspot.com/2009/01/monster-patrick-bauwen.html
Bon, je vous laisse j'ai un polar sur le feu... "Une Flic dans le pétrin" de Theresa Schwegel, et celui-là, je l'ai trouvé en farfouillant à la bibliothèque !

Claude LE NOCHER 26/05/2009 07:39


Merci de ta réaction, Manu ! ( http://bibliomanu.blogspot.com/2009/01/monster-patrick-bauwen.html ) Comme je l'ai dit quelque part dans ce débat, on est trop "radical"
dès lors que l'on souligne clairement une méthode malsaine. Et les "défenseurs" déplacent systématiquement le débat vers "Achetez le livre", alors que c'est justement la manière de vendre qui nous
irrite. Oui, tu as raison, faisons-nous plaisir en lisant ce qui nous plait, sans tomber obligatoirement dans les meilleures ventes du moment.


Clément 25/05/2009 20:22

Suis arrivé sur ce blog via un autre blog... Impressionné je suis ! Encore une putain de polémique à 2 balles qui sert à rien ! Le buzz existe depuis des années maintenant et je m'étonne encore de voir des gens sur-réagir pour de la communication surtout lorsqu'il s'agit de fiction. Qu'est-ce qu'on s'en fout putain ??!!! Je suis arrivé là car j'apprécie les romans de Descosse et je cherchais des avis sur le dernier... Une grande minorité de ceux qui osent faire l'amalgame entre l'auteur et la promo n'ont pas lu le bouquin ! C'est vous qui me faites flipper et pas les méthodes (aussi critiquables soient-elles) d'un éditeur ou de je ne sais quelle agence de com... Le bouquin est-il bon ou pas ? C'est tout ce qui m'intéresse et la manière dont on le vend je m'en fout. A la limite je trouve ça plutôt fun même... Monsieur Noché, avez-vous une dent contre monsieur Descosse ? Pourquoi vous voit on sur tous les blogs à éveiller cette polémique ? Quelles sont vos vraies motivations ? Je suis curieux...

Claude LE NOCHER 25/05/2009 21:16



Réponse en trois précisions...
1- Le thème de ce débat étant : "je n'approuve pas la supercherie, méthode agressive de vente, donnez votre avis", 90 % des opinions (si tu as tout lu, Clément) ne sont pas d'accord avec cette
imposture ridicule. La question n'est donc pas -on l'a vu plusieurs fois- "lisez ce livre avant", mais seulement "faut-il admettre le trucage ?" Autrement dit, les tricheurs doivent-ils gagner...
Tu te fiches de la manière dont on te vend un livre ? C'est ton opinion, je la respecte (et je sais que l'inverse n'est pas vrai, voir plus loin). Certains ont suggéré que la qualité du livre
était en rapport avec cette promo honteuse, on ne peut leur en vouloir.
2- Si tu avais lu mon "carton rouge", tu saurais que je n'éprouve aucune antipathie pour Olivier D. dont j'ai déjà chroniqué un livre. Il ne s'agit donc pas de nuire à l'auteur. A ce propos,
l'initiative vient autant de Descosse (qui apparait en super-vendeur de télé-achat sur une vidéo dans cette campagne) que de l'éditeur ou d'agence de com'. Avec l'appui de certains forums (Polars
pourpres) et sites (le tien, peut-être?).
3- On ne me voit pas sur "tous les blogs pour éveiller la polémique". J'ai aimablement répondu à Liliba qui, elle aussi, a été troublée (comme 80% des visiteurs de son blog). Quant à Cécile, elle
a estimé d'actualité d'évoquer cette manipulation (je ne l'y ai pas incitée).
Maintenant,  je dois signaler aux lecteurs que ce monsieur Clément (dont on ne connait pas la légitimité) me pésentait dans sa rubrique "liens" sous la formule : "Rien d'intéresant sur
le blog de Claude Le Nocher" . S'il n'y a rien qui t'intéresse chez moi, Clément, viens pas squatter ceux qui aiment vraiment le polar ! Reste dans ta bulle, apprends à lire, et reviens me
voir quand tu auras une culture polar digne de ce nom.
Mes vraies motivations, Clément ? Défendre autant les auteurs moins médiatisés que les best-sellers. Si tu avais fait le tour d'Action-Suspense, tu aurais compris depuis longtemps. Au lieu
d'affirmer que je me contente de communiqués de presse. Mais "il n'est pire sourd que celui qui..."
Un romancier m'a envoyé un message disant : "Il est super, ton blog... Enfin TON blog, c'est notre blog à nous, les auteurs, car tu es le seul qui parle vraiment de nous" Voilà, ma motivation,
Clément, voilà ma "médaille d'honneur" ! Je ne demande rien d'autre.
Dis moi, il te paie combien, Olivier D ? (je peux être con, moi aussi tu vois, si je veux)
Allez Clément, laisse nous lire tranquillement...






Claude LE NOCHER 24/05/2009 08:04

Divers forum reprennent ce débat, généralement pour dire l'inverse, ce qui est leur droit. Par contre, nouvelle preuve de mauvaise foi, quelqu'un signant "Athena" (c'est original) sur le forum Noir Bazar affirme :
"J'ai l'impression que ce qui dérange surtout Le Nocher, c'est qu'il s'y est laissé prendre (il y a cru). Quand à son argument que D. met en péril des gamines en danger sur internet et qu'on ne croirait plus quand elles appellent à l'aide à cause de ces pratiques, un peu tiré par les cheveux !"
Je croyais pourtant avoir clairement explicité les faits : je n'ai pas cru en l'existence de Chloé, j'ai senti une manipulation (mais qui pouvait imaginer une manoeuvre marketting aussi navrante ?). Quant à l'argument final, on mesure la "solidarité" de certaines personnes. Sans doute Athena (j'ai dit que je trouvais le pseudo original ?) possède une grande expérience de la vie pour se permettre de mépriser aussi ironiquement la détresse de certains ados. Oui, Descosse contribue à vous rendre indifférents.

Et plus je lis des arguments en sa faveur, plus je me dis que j'avais raison de condamner la méthode malsaine, ambiguë, détestable. Les 90% de commentaires qui vont dans le même sens ne viennent pas (comme je l'ai lu chez les défenseurs) de gens qui veulent "me faire plaisir", mais de lectrices et lecteurs qui n'ont sûrement pas la même conception du choix des livres, et qui garde leur libre arbitre.

Claude LE NOCHER 24/05/2009 08:28


Comme annoncé, Cécile évoque l'affaire dans son billet de la semaine... Cliquez ici : http://ceciledequoide9.blogspot.com/2009/05/lectures-bloggesques-de-la-semaine-21.html


Geof 24/05/2009 03:03

Je vais suivre le conseil de Coquil et aller voir du côté de Fajardie plutôt que Decosse, dans un premier temps.

Claude LE NOCHER 24/05/2009 07:22



Fajardie, un choix qu'on ne peut qu'approuver, mon cher Geof...
A propos de l'ami Yvon Coquil, je te recommande aussi (après "Black Poher", Prix du Goéland Masqué), son roman "Docks" (toujours aux éditions du Barbu). Il y a là-dedans de jolies références à la
culture-polar (Sam Spade is back in Brest).
Voilà, nous aut', on n'a pas les moyens de Descosse, alors on se passe les bonnes infos sans trucage !!!



coquil 23/05/2009 22:39

"Le capitalisme est une association de malfaiteurs à but lucratif, ouap!"

Fajardie - Tueurs de flics

Claude LE NOCHER 24/05/2009 07:27


Toujours de bonnes références, le brestois Yvon ! (à ne pas confondre avec le lorientais Eireann Yvon). 
- private joke : tu crois que Penhors et Le Gall étaient aussi complices de l'affaire Chloé/Descosse ?- On en reparle très bientôt, de "Docks" (Editions du Barbu).


caroline 23/05/2009 11:04

Courage Claude, oui le marketing restera majoritaire, mais il y aura toujours des lecteurs qui réfléchiront. Ca vaut donc toujours la peine. Bien sûr la campagne buzz de ce roman reste en rapport avec le livre (heureusement encore !), mais que trouveront-ils de racoleur la prochaine fois, si le roman parle de viol, de drogue..? Ces méthodes sont tellement présentes partout autour de nous qu'on finirait presque par les trouver normales. Il n'y a qu'à réfléchir deux secondes pour voir les problèmes qu'elles soulèvent. Cette méthode contribue justement à jouer sur le sensationnel. Je doute qu'il faille la prendre au second degré.

Claude LE NOCHER 23/05/2009 12:06



Oui, Caroline, je déplore qu'on trouve tout "normal", voire "original", et qu'une opinion inverse même nuancée soit vite considérée comme "radicale". Si on nous
demande : vous préférez Pepsi ou Coca ? a-t-on encore le droit de répondre qu'on ne boit pas de Cola ? Pas sûr, car on trouve "normal" un choix qui ne nous concerne pas.
Je ne vois effectivement pas comment prendre au second degré cette campagne. Pas la moindre trace d'humour là-dedans. Rien d'autre que le précepte : la fin justifie les moyens. Tricher pour
gagner (quelques lecteurs supplémentaires), c'est l'esprit 2009 ? J'ai du mal à y adhérer. Warhol (et son "quart d'heure") doit se retourner dans sa tombe.
Quant au rapport thème-opération (ici, Internet, danger pour notre belle jeunesse), bien entendu les "créatifs" du marketing iront toujours plus loin. Tiens, je leur propose une idée : provoquer
une série d'accidents de voiture mortels pour justifier la vente d'un thriller sur le thème de la Sécurité Routière. Ca c'est porteur, non ? Avec interview du romancier sur tous les médias,
présentant son livre qui justement aborde le sujet. L'exemple est-il si farfelu ? Souvenons-nous d'auteurs (de fiction ou non) venus parler "terrorisme" dans les médias après les attentats
attribués à Al-Qaida.
Cela dit, le contenu ne m'intéresse pas, c'est encore et toujours la méthode malsaine qui me reste en travers de la gorge. Et ses effets secondaires mal induits, aussi.



Michel D 22/05/2009 21:23

Eh bien, notre Claude d'habitude si débonnaire qui sort de ses gongs. Je dois avouer que j'aime assez.
Eh oui, tu as bien raison de critiquer toutes ces pratiques plus que douteuses. Marre de ce marketing à tout va, de ces agences de pub qui prennent les gens pour des cons, de ces harcèlements téléphoniques et autres spams, de ces prospectus qui polluent nos boîtes à lettres mais là je m'égare un peu !
Faudrait peut-être juste revenir à certains fondamentaux et se dire qu'un livre n'est pas une quelconque boîte de conserve. Et il est aussi du devoir des auteurs de refuser ces pratiques débiles.
Alors Claude, bravo pour cette saine colère. Je suis avec toi nondedju !!!!

Claude LE NOCHER 23/05/2009 07:18


Merci Michel.
Tes exemples ne sont pas totalement hors sujet. Je me souviens de cette jeune commerciale passant dans mon quartier pour vendre des abonnements France-Loisirs. Chez moi, elle tombait mal... Nous
sommes tous conscients qu'il ne suffit pas de créer, encore faut-il vendre ce qu'on a créé. Sans utiliser une méthode trompeuse, de préférence. Et en n'oubliant pas que les lecteurs considèrent
rarement le livre comme un banal produit de consommation, on ne le répétera jamais assez.


Hannibal le lecteur 22/05/2009 20:20

Bonsoir Claude

J'ai moi aussi reçu les messages de cette mystérieuse Chloé.
Ne sachant pas si c'était du lard ou du cochon je n'y ai pas répondu, me disant qu'elle se lasserait sûrement de m'envoyer des messages sans réponse.

Pour ma part Je ne suis pas choqué par cette opération.
Certes j'en conviens, il est triste, en un sens, d'en arriver là pour vendre un livre, qui par ailleurs à l'air très bien (je confirmerais ou infirmerais cette impression après lecture).
Le personnage de Chloé est également un peu trop caricatural pour être crédible.

Ces deux éléments mis à part, je trouve l'idée très originale, en rapport direct avec le sujet du livre, bref, bien trouvée.
De plus, on ne peut pas nier que l'opération promotionnelle est de toute manière un succès puisqu'on en parle largement.

Et pour ma part, pour répondre à l'un de vos arguments, je ne vois pas vraiment en quoi cette méthode est condamnable. Les "risques" de l'Internet (pornographie...) sont largement surestimés. A se demander si leur surmédiatisation (laquelle fait le plus grand bonheur de médias comme TF1 et compagnie qui en font leur fond de commerce) n'est pas justement la principale cause de leur développement. L'insécurité (sur le net comme ailleurs) est avant tout utilisée politiquement par certaines personnes dont je ne souhaite pas faire le jeu ici. Je préfère d'ailleurs m'arrêter là dans ma réflexion puisque je m'éloigne du sujet premier.

Décidément, je me sens assez à contre-courant sur ce coup-ci, puisque je suis aussi un peu surpris quant à la forme du carton rouge. Vous demandez de ne pas inscrire de propos injurieux dans les commentaires tout en traitant on ne sait trop qui de "bande d'incultes", ce qui est tout de même un peu limite.

@ Alain : pour pouvoir parler de daube, il faudrait peut-être avoir lu le livre, non ? Est-ce le cas ?

Au final, toute cette "affaire" ne m'empêchera pas de lire le prochain Descosse dont j'ai pu lire beaucoup de bien jusqu'à présent.

Claude LE NOCHER 22/05/2009 21:02


Finalement, à bien y réfléchir, ta réponse n'est pas si éloignée de l'ensemble des commentaires. Il suffit d'un peu détailler...
Certes j'en conviens, il est triste, en un sens, d'en arriver là pour vendre un livre - c'est bien le sentiment de la plupart des personnes ayant réagi.
Le personnage de Chloé est également un peu trop caricatural pour être crédible.- justement, tout est trop caricatural dans cette opération pour jamais convaincre, du personnage à la
démarche commerciale.
Les "risques" de l'Internet (pornographie...) sont largement surestimés. - ce semble être l'argument "vendeur" de ce livre. Quand tu poursuis : L'insécurité (sur le net comme ailleurs)
est avant tout utilisée politiquement  ceux qui sont intervenus sont globalement d'accord avec toi...
...tout en traitant on ne sait trop qui de "bande d'incultes"... Je déplore le manque de réflexion des initiateurs de l'opération, qui (voir la réaction de Patricia P.) ne songent pas aux
conséquences de leur trucage. Sans doute suis-je un vieux con, mais j'ai traversé assez de situations compliquées pour ne pas prendre à la légère d'éventuels messages de détresse, par exemple.
Là où nous divergeons, peut-être...
je trouve l'idée très originale, en rapport direct avec le sujet du livre, bref, bien trouvée. Pour moi, c'est à peu près aussi original que de faire lire "La Princesse de Clèves" par
Bernard Laporte, sur une chanson de Carla Bruni. Des idées stupides de créatifs d'agences qui se croient géniaux... on ne peut pas nier que l'opération promotionnelle est de toute manière
un succès puisqu'on en parle largement. Nous en débattons, ce n'est pas exactement pareil. Personne ne souhaite que, hypothèse improbable, ce best-seller annoncé soit un échec. D'autant
que la promo sur les lieux de vente y remédiera. Mais il se peut que ce marketting malsain laisse des traces pour l'image de l'auteur qui en est complice.
[ @ Alain : pour pouvoir parler de daube, il faudrait peut-être avoir lu le livre, non ? Est-ce le cas ? Là encore, c'est la méthode employée qui laisse penser (à Alain et d'autres) qu'on
veut nous vendre de l'indigeste. ]
Pour conclure, chercher à berner des gens sincères et passionnés, que sont les bloggeurs et créateurs de sites, reste un concept très contestable. Tu sais fort bien que je ne fais pas de
distinction entre best-sellers et auteurs peu médiatisés, quand il s'agit d'en parler. Si, depuis des années, des lecteurs ont l'amabilité de me faire confiance (qu'ils suivent ou non mes choix),
c'est sans doute parce que je n'ai jamais triché...


Patricia P 22/05/2009 18:35

Bonjour.
j'ai pris le temps d'aller voir sur le blog de Liliba et ma consternation est totale...Sur le fond il est vrai que le style, l'orthographe et les thèmes abordés soulèvent rapidement des soupçons pour qui a un peu l'habitude des ados; en revanche je trouve très malsain de venir titiller la bonne volonté de personnes de bonne foi qui se mettent en quatre pour aider. C'est particulièrement irrespectueux et cynique, sans parler des résonnances que cela peut avoir avec des lecteurs fragiles.
Sur la forme, notre société se retrouve là: cynisme, mépris et "syndrome compassionnel" à fond. Edifiant!
Enfin, je suis véxée comme un pou car Chloé ne m'a pas écrit!!!!

Claude LE NOCHER 22/05/2009 18:42


Et, sauf erreur, c'est une psy qui nous livre son analyse, elle qui connaît assez bien l'âme humaine... Merci Patricia de ton témoignage, de ta réaction, toi qui sais
que nous faisons cela par passion - et parce que nous estimons que "ça en vaut la peine".


Cécile2Quoide9 22/05/2009 17:47

J'en parlerai dans ma "sélection de lectures bloggesques" hebdomadaire (à paraître dimanche). Je conclue mon point de vue ainsi :
La supercherie méritait-elle un tel courroux et la dénoncer de façon aussi vindicative n'est-elle pas contre productive et cela ne renforce-t-il pas le buzz en cause ?

Claude LE NOCHER 22/05/2009 18:36


Chère Cécile, jamais il ne me viendrait en tête de stigmatiser ceux qui défendent tant soit peu cette opération marketing. Je note qu'elle est très mal perçue par la
quasi-totalité de celles et ceux qui se sont exprimé ici. Courroux vindicatif, je ne pense pas que ce soit le cas. Simplement, une conception ou une approche différentes de l'envie (du plaisir) de
lecture amène un rejet de la manipulation. Une bonne vingtaine d'opinions négatives, ça peut paraître virulent, mais c'est dans le principe de libre opinion.
Car le mot "supercherie" est tout de même un peu faible. Piéger certains bloggeurs (et je considère que ce ne fut pas mon cas puisque j'ai flairé une mise en scène) cela indique plutôt un manque de
respect pour eux. En outre, ça installe une méfiance (comme je l'ai écrit ici à Liliba) fort regrettable. Au final, beaucoup de trucage pour vendre un livre (même s'il peut être de qualité, le
problème n'est pas là).
Renforcer le buzz et servir la promo en réagissant ? Je ne crois pas que l'image de l'auteur en sorte grandie, ni que l'objectif du buzz soit vraiment atteint. Ils voulaient "déranger", ils ont
provoqué (c'est le mot) un simple rejet. Tous les blogs et sites dédiés aux livres et à la culture aiment à défendre les titres qu'ils ont appréciés, mais sans doute moins quand on utilise cette
méthode.
Depuis de nombreuses années que je défends par des centaines de chroniques des auteurs et leurs livres (souvent méconnus), je peux certifier que personne ne m'a influencé dans mes opinions. Je
ne suis jamais complaisant, je suis généralement bienveillant. Mais pas quand je me sens ainsi agressé, bien qu'ayant plutôt le sens de la dérision, je me refuse à être compréhensif.
Je vous adresse mes amitiés, chère Cécile (voyez, je ne suis pas si violent dans mon propos )


Dj Duclock 22/05/2009 13:40

Oui-da il semblerait bien que l'amalgame réalité/fiction prend des chemins de plus en plus débiles...

Claude LE NOCHER 22/05/2009 16:26


Oui, hélas, des chemins balisés par des maîtres de la promotion, pas si originaux ni efficaces qu'ils se l'imaginent, mais diablement vicelards pour nous cibler.
Sommes-nous en mesure de répliquer, nous autres petits artisans de la bonne lecture polar ?


Geof 22/05/2009 11:13

Un procédé douteux pour créer un soi-disant buzz qui ne serait resté l'artificiel mais bon quelquefois ca suffit pour vendre même si la qualité n'est pas au rendez-vous.
Pour ma part je pense qu'un bon livre se suffit à lui même, pour peu qu'on lui donne un peu de moyen.
Le problème c'est qu'avec ce genre de marketing ce livre part avec un apriori pas très positif.

Claude LE NOCHER 22/05/2009 11:59


Oui, Geof, toi que je sais curieux de bonne littérature noire polar, je suis sûr que ce genre d'initiative te rebute autant que la plupart d'entre nous. Continue à
cultiver ta "culture polar", sans tomber dans le panneau de ces productions.
Amitiés,


liliba 22/05/2009 09:00

Bonjour et merci de votre passage chez moi.

Je vois que, partout, cette Chloé suscite l'énervement, voire des réactions beaucoup plus catégoriques.
Domage que les éditeurs puissent en arriver à de pareilles bétises pour faire lire leurs livres, et je pense en plus qu'ils se sont plantés dans leur démarche, qui pour l'instant a plutôt l'effet inverses...
Quand aux mails que je reçois par l'intermédiaire de mon blog, je vais maintenant être plus que vigilante !

Claude LE NOCHER 22/05/2009 10:51



Merci Liliba de contribuer à ce débat qui, s'il reste poli, exprime largement l'agacement de la plupart des lectrices et lecteurs. Démarche contre-productive,
effectivement, car beaucoup ne se sente guère respectés par cette opération. Auteur, éditeur, et sans doute agence de com' voulaient un buzz, ils l'ont, peut-être pas comme espéré.
Il était bon de dévoiler tout cela, comme nous l'avons fait tous deux...
"Quand aux mails que je reçois par l'intermédiaire de mon blog, je vais maintenant être plus que vigilante !" Voilà justement un des effets secondaires de cette campagne, non pas la
prudence (logique), mais ça installe la méfiance et la suspiscion. Et ça détruit une certaine solidarité entre bloggeurs, entre internautes.
Mes amitiés,



holden 22/05/2009 08:20

hello

bah putain, faut en arriver là, pour vendre, même des livres, de l'imaginaire......
fidele lecteur de votre blogg, ainsi que celui de moisson rouge et de jean marc, je vous remercie tout d'abord de nous faire partager vos gouts, et ce billet qui met en exergue la connerie de la culture du profit
enfin bon , je vais relayer l'info sur polarpourpre
et je vous remercie de nous signaler ce procédé, qui finalement, avec un peu de recul n'est que le reflet de notre société
aplus et merci

Claude LE NOCHER 22/05/2009 08:50


Merci de cette réaction, Holden.
Je préfere d'habitude montrer l'aspect positif de la diversité polardeuse. Il m'a semblé indispensable de souligner l'opération marketing douteuse.
D'autres bloggers se considèrent "victimes d'un buzz", dans cette histoire. Je dirais plutôt, en effet, qu'on assiste à un dérapage (contrôlé) dans la vente d'un produit dit "culturel". Société
actuelle prête à tout, sans complexe ? Assurément.
Les saines réactions des visiteurs dans leurs commentaires prouvent, quand même, que tout le monde n'est pas dans le même état d'esprit.


Jean-Marc Laherrère 21/05/2009 21:57

Salut,

tient tient ...
J'ai moi aussi été contacté par la fameuse CHloé, mais je n'ai pas détecté le gag. Et j'ai essayé de m'en débarrasser gentiment.
Je ne suis pas allé voir la vidéo et lui ai conseillé d'aller s'inspirer ailleurs ! Quel gland !! Merci pour ta mise au point, j'attends avec impatience sa prochaine relance !

Claude LE NOCHER 22/05/2009 07:22


Merci de ta réaction, Jean-Marc.
Il est vrai qu'on pouvait accorder une moindre importance à "Chloé", et moi-même je l'avais "gentiment" (comme tu dis) aiguillée vers une voie garage. Mais cinq ou six messages, ça
indique l'agressivité de l'opération marketing.
Toi comme moi, nous choisissons les livres dont nous avons envie de parler. En un mot, nous apportons de l'info aux visiteurs qui ont l'amabilité de venir sur nos blogs ou sites. Nous n'imposons
rien, contrairement à cette démarche.
L'association "Toulouse Polars du Sud" avait-elle invité cet auteur pour votre Festival d'octobre ? (bon, je plaisante !)


amanda 21/05/2009 20:04

en tant que lectrice de blog, je remarque juste que Jean-Louis, qui a commenté ici, reprend mot pour mot (à quelques exceptions près) le commentaire d'une certaine Chloé chez Liliba qui parle elle aussi de cette opération

http://liliba.canalblog.com/archives/2009/05/20/13798586.html#comments

Plaggiat de commentaire ? ""complice" ou défendeur anonyme ? Moi j'dis ça j'dis rien...

Claude LE NOCHER 21/05/2009 21:01



Merci de cette réaction et de ce lien, chère Amanda.
J'ai pu constater que 80% des réactions sur le blog de Liliba étaient négatives face à cette opération détestable. Et qu'en effet, les arguments positifs sont très stéréotypés (Chloé, c'est ici :
Pour joindre notre attachée de Presse et recevoir un exemplaire des Enfants du Néant, il suffit d’écrire à Audrey (elle existe vraiment cette fois) : audrey.relations.presse@gmail.com  )
Je suppose, Amanda, que comme moi, Claude Mesplède (voir commentaire ci-dessous), et la plupart des auteurs de commentaires, tu ne lis pas un "produit", mais que tu veux lire un livre, un
roman.
Ravi que ça ait fait réagir beaucoup de monde (ici et chez Liliba) sans vraiment citer le titre en question.
Mes amitiés...



Claude Mesplède 21/05/2009 19:57

On apprend à tout âge et mon cher Claude, toi dont je connais l'esprit tolérant, tu as bien fait de souligner l'indignité du procédé qui confirme que certaines agences de com' ne reculent devant rien pour diffuser leurs produits.Le terme "produit" est venu spontanément car où se trouve la littérature dans tout cela ? Comme je n'ai pas été sollicité par cette agence, peux-tu nous indiquer son nom ou celui des personnes avec qui tu as eu le contact.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 20:54



Salut Claude,
Ca fait du bien d'avoir des messages amis dans certains cas, et tu fais incontestablement partie de ceux que ce genre de situation agace autant que moi (et que 95% de ceux qui se sont exprimés).
Toi et moi, et bien d'autres, nous ne défendons pas des produits. Nous soutenons avec passion des auteurs, des romans, des oeuvres, des livres... et des démarches saines ! Depuis bientôt dix ans,
je me suis toujours présenté "à visage découvert", jamais sous pseudo. J'ai toujours fièrement signé de mon nom. C'est sans doute aussi pourquoi je déteste cette campagne publiciataire
camouflée.
Comme beaucoup j'ai donc été "sollicité" par cette prétendue Chloé. Mais l'agence en question (comme l'auteur, dans un premier temps) laisse une adresse mail sans vrai nom de société. Je cite :"
Pour joindre notre attachée de Presse et recevoir un exemplaire des Enfants du Néant, il suffit d’écrire à Audrey (elle existe vraiment cette fois) : audrey.relations.presse@gmail.com " Toutes les attachées de presse
stagiaires s'appellent Audrey, comme dirait Patrick Mosconi.
Je te confirme, mon cher Claude, que c'est une expérience de promo non sollicitée dont je me serais volontiers passé. Je t'embrasse (affectueusement, faut pas déconner).



jean louis 21/05/2009 16:54

Je viens de temps en temps sur votre blog, je suis blogger et quand j'ai lu votre billet, j'ai bien rigolé car moi aussi j'ai été piégé par Chloé, mais à l'inverse de vous, j'ai trouvé cette opé originale et pas du tout choquante !
Je pense que l'agence, l'auteur et l'éditeur avait comme objectif d'introduire le discours de fond du bouquin d'Olivier Descosse en insinuant les dangers du web, des faux semblants etc... Le tout sur fond d'adolescence torturée, comme les personnages du roman. (j'ai lu ce roman)


Dommage que certains n'apprécient pas une démarche originale. Etant moi-même blogger j'apprécie de recevoir des formats un peu atypiques pour me sortir de mon quotidien de communiqués de Presse sans saveur.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 17:39


Cher Jean-Louis, deux précisions : j'explique ici que je n'ai pas été "piégé" par la prétendue Chloé, ayant pensé à une manipulation ; en outre, je n'écris nulle part
que je serais "choqué" par cette opération.
J'ai souhaité souligner une méthode que je désapprouve, et (justement) le manque de réflexion sur l'impact de l'opération. Ayant écrit plus de 500 chroniques pour rayonpolar.com, quelques dizaines
d'articles pour divers supports, et présenté plus de 400 infos sur "Action-Suspense", on ne peut pas me suspecter de me contenter des communiqués de presse. De même, je défends toujours
l'originalité (vous devez l'admettre).
Par contre, j'ai eu le sentiment qu'on ne me parlait ici ni d'un livre, ni d'un concept nouveau. Au final, on ne parle que d'un "produit". Je me suis senti agressé par une démarche (non
sollicitée) dont aucun des initiateurs ne mesure les conséquences. C'est censé introduire un débat sur les dangers d'Internet, via ce roman ? Moi, je considère qu'ils
contribuent à créer ce danger (je le répète : qu'aucun suicidaire ne s'adresse à moi, je n'interviendrai pas).
Il semble bien que bon nombre de visiteurs aient compris ce "carton rouge". Mais je suis aussi très content qu'une opinion inverse se soit exprimée, cher Jean-Louis...


Michel Vigneron 21/05/2009 16:00

Jeter ses déjections à la face d'un chroniqueur pour faire la pub d'un roman... en voilà une idée curieuse. J'ai encore beaucoup à apprendre sur le monde de l'édition!

Claude LE NOCHER 21/05/2009 16:18


Je pense que c'est surtout l'univers de la comm' et du marketing qui se croient tout permis. Pour peu qu'un romancier connu adhère à leurs idées, et inversement, voilà le résultat.


Eireann Yvon 21/05/2009 15:18

Salut Claude.

Ses méthodes sont pour le moins consternantes et de très mauvais goût. Consternantes et pourtant (et c'est le plus grave) même pas étonnantes! Mais au final, je pense que ce genre de comportement est quelque part contre productif, je ne connais pas cet auteur, et malgré mon goût pour la découverte, il est dorénavant dans la liste noire des auteurs que je ne lirais jamais.

Il y a assez d'écrivains méritants pour ne pas lire ceux qui emploient de tels procédés.

Merci Claude de nous avoir avertis de cet état de fait.

Yvon

Claude LE NOCHER 21/05/2009 15:22


Merci de ta réaction, Yvon.
Même si on n'est plus étonné de grand chose, faut avouer que ces méthodes sont quand même largement irritantes. Et qu'elles ne servent pas l'image de l'auteur.


annaig 21/05/2009 13:56

Incroyable!
On sait bien de quoi les agences de pub et de com sont capables, mais j'avoue que je ne pensais pas qu'ils iraient aussi loin pour vendre un livre... Comment un auteur peut il accepter ça??? Merci pour cette information.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 15:14


Merci de cette réaction, Annaig.
L'auteur est parfaitement complice de l'opération, impliqué même.
De l'info, de la vraie de vraie, c'est toujours sur Action-Suspense !


Olivier+Cousin 21/05/2009 13:31

Bonjour, Claude. Le carton rouge est justifié, le(s) joueur(s) devrai(en)t même être radié(s) du championnat!
Mais, j'arrête là car il ne faudrait pas que nous contribuions à leur promo... Cela dit tu as bien fait de nous informer. Cordialement.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 15:16


Merci de ta réaction, Olivier.
Pour leur pub, voir plus loin ce que j'ai répondu à Caroline. Je crains qu'ils se discréditent eux-mêmes. Et je n'ai pas envie que tous les auteurs soient assimilés à ces méthodes, voilà pourquoi
j'en ai parlé publiquement.


caroline 21/05/2009 12:36

Et s'ils ont matraqué leur pub à vendre le énième thriller partout, tu es pour l'instant le seul à signaler la chose, visiblement. Y'a certaines maisons d'éditions, et auteurs, qui vendent de telles soupes qu'ils leur faut bien trouver un moyen de sortir du lot. Là, on atteint des sommets.
Bon, en parler c'est aussi leur faire de la pub, mais mieux vaut quand même pousser une bonne gueulante. En attendant la suivante !

Claude LE NOCHER 21/05/2009 13:13


Merci de ta réaction. Oui, il y en aura sûrement d'autres, des "coups de gueule", en tout cas chaque fois que ça en vaudra la peine.
Je ne crois pas qu'il s'agisse de mauvaise pub ou de bonne pub pour l'auteur et l'agence qui organisent cette opération. Dans le but de déranger, ils ont tenté un coup. Et comme tu le soulignes, on atteint des sommets dans la bêtise. Je n'ai rien d'un moralisateur, au
contraire, mais de telles absurdités amènent un refus instinctif.
Informer ? Non. Provoquer, oui ! Que le roman en question soit ou non de qualité, un seul objectif : faire qu'on en parle (sauf que je me refuse à citer le titre, que je n'ai d'ailleurs pas
retenu). Sortir du lot, en effet, n'est pas chose facile. Mais l'humour, la dérision, la fantaisie valent mieux que ces procédés malsains...


sylvain Jazdzewski 21/05/2009 11:53

cher Claude
les voies de la communications sont impénétrables. il n'est plus à prouver que les chemins empruntés par celle-ci sont de plus en plus dégradants. ce qui ne grandit pas l'auteur, hélas...

Claude LE NOCHER 21/05/2009 11:57


Je crains, mon cher Sylvain, que l'avenir ne soit pas à la propreté (ni au respect des lecteurs). Merci de cette réaction.


Alex Nicol 21/05/2009 11:27

La qualité d'un roman se mesure à la musique du texte, au rythme de l'histoire, à l'intérêt et au plaisir que le lecteur va ressentir en tournant les pages. Le marketing lorsqu'il est malsain condamne indubitablement son auteur à l'indifférence.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 11:31


Merci de ta réaction, elle va dans le sens des messages reçus ici. Ne faisons pas n'importe quoi pour vendre, en résumé.


alain 21/05/2009 11:13

Je ne la connaissais pas, celle-là, mais c'est la preuve qu'on ne recule décidément devant rien, de nos jours, pour vendre une daube. Navrant.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 11:26



Merci de ton commentaire, Alain. Je te confirme qu'on est dans le n'importe quoi. Et dans le contre-productif, comme l'indique la réaction de notre amie Delphine Cingal.



Delphine Cingal 21/05/2009 11:08

Publicité à la fois énervante et très maladroite en effet. Jouant sur un vrai problème de société. Pas envie de lire le bouquin non plus. Pas envie d'encourager ce genre de pub non plus en invitant l'auteur à un festival.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 11:29


Merci de ta réaction, elle me confirme que ces méthodes agressives et malsaines méritaient d'être montrées à tous. C'est effectivement contre-productif, quelle que soit la qualité du roman en
question. Et ça ne valorise pas vraiment l'auteur.


bruno geneste 21/05/2009 09:59

vraiment lamentable, quelle imbécilité !

Claude LE NOCHER 21/05/2009 10:35


Merci de ta réaction, mon cher Bruno ! (J'étais par chez toi il y a quelques jours)
Il y a parfois des petites choses qui m'agacent dans le monde de l'édition (y compris chez des "petits éditeurs"). Donc, d'autres billets de (mauvaise) humeur sont probables
!


Juan 21/05/2009 09:26

Oui. Du coup, occis-mort est un pléonasme. Comme marketing malsain, publicité malhonnête et promotion bidon.

Venner+yann 21/05/2009 09:17

occis, est bien synonyme de mort, n'est-il pas...?

Juan 21/05/2009 09:06

Marketing salubre, publicité honnête, promotion sincère… Que d’oxymores…

Claude LE NOCHER 21/05/2009 10:33


Merci de ta réaction, mon cher Juan.
Il y a parfois des petites choses qui m'agacent dans le monde de l'édition (y compris chez des "petits éditeurs"). Donc, d'autres billets de (mauvaise) humeur sont probables
!


Pascal Jahouel 21/05/2009 08:36

Je suis d'ordinaire friand des chroniques positives de Claude, mais alors quel plaisir que de le découvrir fumasse dans ce pamphlet!

Claude LE NOCHER 21/05/2009 10:33


Cette diatribe n'est pas la dernière, mon cher Pascal.
Il y a parfois des petites choses qui m'agacent dans le monde de l'édition (y compris chez des "petits éditeurs"). Donc, d'autres billets de (mauvaise) humeur sont probables
!


Venner+yann 21/05/2009 08:16

Ce message vaut bien sûr pour de sombres écrivains qui salissent le paysage culturel.

Venner yann 21/05/2009 08:14

La déontologie existe, à tous les niveaux. Les nombreux bénévoles qui consacrent des heures et leur peine à mettre en lumière et à reconnaître nombre d'auteurs de polars méritent toute notre admiration. Que les éditeurs tricheurs soient dénoncés ! C'est normal. Un critique littéraire n'est ni un punching ball ni ne doit servir de truchement à de viles fins commerciales ! Voilà, c'est dit & gravé dans le marbre. Merci Claude, de nous avoir alertés. Yann Venner.

Claude LE NOCHER 21/05/2009 10:34


Merci de ta réaction, mon cher Yann.
Il y a parfois des petites choses qui m'agacent dans le monde de l'édition (y compris chez des "petits éditeurs"). Donc, d'autres billets de (mauvaise) humeur sont probables
!


Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/