Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 04:55

Maximilien de Groote ayant appartenu à une famille fortunée, rien ne le prédestinait à séjourner un jour en prison. Pourtant, c’est ce qui lui arrive après un cambriolage raté. Il est enfermé à la MAVO, la Maison d’Arrêt du Val d’Oise. Il partage la cellule du rustre mais pas agressif Arnold, et s’entend bien avec Robert, de la cellule voisine. Le vieux détenu placé dans la geôle d’à côté n’est autre que Maurice Danglès, que l’on surnomma "Le Boucher du Val d’Oise". Il fut notamment condamné pour le double meurtre du couple Vallin. Aujourd’hui, il se sent proche de la mort. Maximilien de Groote se défend avec habileté, mais sa condamnation sera de trois ans de prison, dont un avec sursis.

Maximilien s’est bien gardé de révéler les vrais motifs de la série de cambriolages qu’il a commis, chez des hommes de loi. Au décès de son père, il estime avoir été spolié lors de la succession. Chez ses "victimes", il dérobait des documents importants pour eux et secrets, puis les faisait chanter quand c’était possible. Le petit jeu a donc mal tourné. En prison, Maximilien – qui n’a jamais exercé de véritable métier – doit se montrer capable d’insertion sociale, et déjà trouver une occupation. Ce sera l’art pictural, puisqu’un concours de peinture est organisé par l’administration pénitentiaire. Le style de Modigliani paraît l’inspirer. Il va réaliser un tableau "à la manière" de l’artiste.

En réalité, c’est plutôt la biographie de ce peintre du début du 20e siècle (il est mort en 1920) qui l’intéresse. Heureusement pour lui, Amadeo Modigliani fit partie des peintres protégés par le policier et collectionneur Léon Zamaron, qui évita la prison à quelques-uns des artistes de son époque. Après dix-huit mois derrière les barreaux, Maximilien rejoint Robert, le détenu de la cellule voisine, s’installant tous deux rue Saint-Placide. Moins inculte qu’Arnold, Robert doit respecter leur pacte : ne plus s’enivrer, observer une hygiène correcte, mener une vie saine afin de ne plus retourner en prison. Robert comprend que son ami Maximilien a un projet pour les sortir de la mouise. 

Pour ce faire, Maximilien devient un "traqueur de cold cases dans le monde de l’Art". Un article de journal a évoqué une affaire emberlificotée d’héritage, concernant un tableau de Modigliani. Cette "Jeanne au collier de perles noires", c’est forcément Jeanne Hébuterne, surnommée Noix de Coco, qui fut la maîtresse de Modigliani et se suicida. Mais quelles traces reste-t-il d’elle. Et quel rapport avec les confessions d’outre-tombe de Maurice Danglès, "Le Boucher du Val d’Oise", qu’il a fait transmettre à Maximilien ?…

Marie Devois : Peindre n’est pas tuer (Éd.Cohen & Cohen, 2018)

Marie Devois ne nous présente pas une nouvelle biographie de Modigliani, admirable artiste. C’est bien d’un polar orchestré autour de ce personnage et d’une de ses toiles (vraie ou imitée, car des faussaires ont fait circuler des tableaux douteux) dont il est question. Au centre de l’affaire, Maximilien de Groote n’est pas un délinquant ordinaire. Issu d’une "bonne famille", il est cultivé, ne manque ni d’intelligence, ni d’astuce. L’épisode de la prison lui permet de raisonner sur de nouvelles et meilleures bases, au risque quand même d’entraîner son voisin de cellule – le solitaire Robert – dans des investigations complexes au succès non-garanti.

Après des romans autour de Vincent van Gogh, Diego Velázquez, Paul Gauguin, William Turner, c’est Amadeo Modigliani que Marie Devois met à l’honneur dans ce nouveau titre. Comme toujours, l’intrigue est soignée, fignolée, maîtrisée, racontée avec souplesse. Et c’est avec un grand plaisir que l’on suit le parcours de Maximilien. Il est préférable de laisser la narration nous apprendre où il veut en venir. Notons par ailleurs une description de la vie carcérale qui sonne juste, ni misérabiliste, ni confortable, loin des idées souvent véhiculées. Un roman noir de belle qualité, Marie Devois possédant un talent certain.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Philippe 21/08/2018 17:01

Bonjour M. Le Nocher,

Rappelons à propos de Modigliani que c'est autour de lui que tourne le film " Le Tatoué " (1967) de Denys de La Patellière avec Jean Gabin et Louis de Funès. Où un ancien légionnaire ( Gabin ) a un tatouage de Modigliani sur le dos, datant de l'époque où l'artiste n'était pas connu. Un marchand d'art ( de Funès ) s'évertue en vain à le convaincre de subir une opération pour prélever le morceau de peau afin de le vendre.

Disons aussi que Modigliani, comme beaucoup d'artistes et écrivains de son temps, fréquentait la Closerie des Lilas dans le quartier Montparnasse alors que ce n'était qu'une guinguette.

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Closerie_des_Lilas

Et que, ironie de l'Histoire, aujourd'hui les prix de cet endroit, devenu un restaurant de luxe, sont bien au-dessus des moyens de Modigliani et de ses contemporains.
En témoigne un extrait de la carte.

https://www.lafourchette.com/restaurant/la-closerie-des-lilas/39715

Par ailleurs, vous connaissez ou non l'auteur Fabien Sabatès ?
Il a écrit chez divers éditeurs depuis 1979, actuellement c'est surtout aux Editions Frédéric Douin.

https://fdouin-editions.com/

Il a rassemblé dans un livre les écrits de son ancêtre Jules Sabatès, journaliste qui fut témoin de l'aventure de la construction de la tour Eiffel.

http://www.fdouin-editions.com/acatalog/Jai-construit-la-Tour-en-Fer-Editions-Douin.html#SID=16

J'ai construit la Tour en Fer

( Rappelons que c'est l'ingénieur français d'origine suisse Maurice Koechlin qui eut le premier l'idée de construire à Paris une tour de 300 mètres. Après avoir fait une étude et un projet, il se désinteressa personnellement de l'affaire, mais en disant à Gustave Eiffel qu'il lui était libre de reprendre et continuer le projet, ce que fit Eiffel. )

Fabien Sabatès est spécialiste de Citroën, l'homme et l'entreprise.
Outre des ouvrages documentaires sur le sujet, il est l'auteur d'une série de BD ( le tome 10 et dernier paraîtra en septembre 2018 ) : " Monsieur Citroën " , donc aux Editions Douin.

J'ai aussi remarqué la parution prévue - on peut précommander dés maintenant - d'une BD indépendante.

http://www.fdouin-editions.com/cgi-bin/sh000001.pl?WD=sabat%e8s%20fabien&PN=Fabien%2dSabates%2d%2d%2dJean%2dLuc%2dDelvaux%2d%2d%2dL%2dassassin%2dau%2ddouble%2dchevron%2d226%2ehtml#SID=44

Fabien Sabatès - Jean-Luc Delvaux - L'assassin au double chevron

Un tueur en série chez Citroën !
Mais que se passe-t-il donc aux usines Citroën de Javel et de Levallois ? Les cadavres se fabriquent comme les voitures, en série ! Un tueur impitoyable sévit et personne ne sait pourquoi, ni comment, ni où il se cache (sinon cette BD n’aurait que 4 pages si on savait tout !)
Son premier forfait est spectaculaire et il le commet au Salon de l’Automobile d’octobre 1948. Et il ne va plus s’arrêter.
Le rédacteur en chef de Paris-Flash envoie deux de ses plus fins limiers sur les traces du tueur : une jeune femme séduisante et son photographe, tous deux du genre à retrouver un prototype secret caché n’importe où.

Voici une BD de 1995 qui n'avait jamais été éditée en album. Par un fabuleux concours de circonstances, la voici exhumée et disponible en tirage numéroté.

BD, format A4, 48 pages en couleur, cousu, couvertures rigides. Impression en cours. Sortie début septembre. Premier tirage à 100 exemplaires numérotés.

Pré-commandes ouvertes ! Livraisons vers le 15 septembre 2018

M. Le Nocher, je crois que vous prendrez plaisir - le style est excellent - à lire sur la page Amazon de Fabien Sabatès sa biographie.
Sans doute est-ce lui qui a écrit cet article.
Tout est vrai de sa naissance jusqu'au moment où j'écris.
Pour la suite, laissons lui la responsabilité de ses prévisions.

https://www.amazon.fr/Fabien-Sabat%C3%A8s/e/B004N2UPPQ/ref=dp_byline_cont_book_1

Fabien Paris Sabatès

1951 – 2033

Si les oiseaux se cachent pour mourir, Sabatès ne se montre pas souvent non plus, mais il se porte mieux qu’eux…

Sabatès ? C’est une chaussure en catalan, bon départ pour devenir une pointure dans son domaine… Son histoire est celle d’une vie atypique, toute entière vouée à Citroën… Et ses racines issues d’une famille curieuse ne pouvaient en faire autre chose que ce qu’il est devenu…

Son grand-père grava les billets de banque et les timbres espagnols…

Son grand oncle fut pendant plus d’un demi-siècle l’ami et le secrétaire de Picasso…

Son cousin fut le secrétaire de Salvador Dali — mais il l'escroqua superbement et passa par la case prison…
Pas rancunier, Dali invita Sabatès le jour de ses 22 ans, le 25 septembre 1973 à passer une journée avec lui et son épouse Gala dans leur maison de Cadaquès.. Journée de fous qu'il aurait bien aimé raconter s'il n'était pas mort... (En fait, il paraît qu'il fait le mort, mais il a bougé !)

Sa mère (morte en 2009 à 87 ou 88 ans, personne ne sait sa date de naissance exacte) refusa la demande en mariage de Dario Moreno qui était son amant… Dommage, car Fabien Moreno c’était pas mal non plus…

À 6 ans, il voit passer Louis XIV dans un carrosse à Versailles - ville où il sera en partie élevé par une nourrice qu'il a tant aimée. C'est le Roi Soleil qu’il salue avec son mouchoir, sans savoir qu’il est figurant dans un film…

À 9 ans, il apprend à tricoter des écharpes pour son nounours, mais n’en fera jamais un métier, y'avait trop de trous. Ce nounours, il l'a toujours, il trône en bonne place aux côtés de Bouddha...

À 10 ans, il veut devenir cosmonaute russe, mais il n’y arrivera pas, pourtant il passera quelques jours avec son héros Youri Gagarine en 1967…

À 16 ans, le 22 juillet 1968, il devient père par hasard... Éléonore, joli prénom décidé par la mère... Mais ses relations avec elle seront toujours chaotiques et en sens interdit... Père est un métier qui ne s'improvise pas surtout quand on a une âme de saltimbanque... Et puis, c'est connu, les parents sabotent toujours leurs enfants...
Ses enfants n’ont sans doute jamais ouvert les quelques 130 ouvrages qu’il a écrit…
Il ne s'est jamais marié. Pas si fou...

Sa sœur aînée, Esmeralda, femme libre avant l’heure, épouse Papa, l’homme de sa vie en 1964, il est noir… 51 ans plus tard ils sont toujours heureux… Cette sœur courageuse et au caractère trempé est pour Fabien un modèle et une fierté.

À 18 ans, il est mis à la porte du foyer de l'Assistance publique où il se plaisait à vivre depuis des années, coupé de sa famille. Seul dans la vie et avec 200 fr en poche, il part en stop en Afrique pour un an... Ses aventures africaines suffiraient à écrire un gros livre fort rigolo... (Il l'a écrit finalement en 3 volumes et publié.)

À 20 ans, amoureux, il suit Britt, une danoise blonde, au Danemark pour une année. Il apprend le danois et à faire la vaisselle et à fabriquer l'alcool de riz, mais rentre en France le scoubidou entre les jambes puisqu'un autre a pris sa place dans son lit.
Si sa première voiture est un Roadster Ford A de 1929… Il a possédé ensuite plus de cent Traction (pas ensemble !)… Sans compter les 2 CV, DS et même une Rolls-Royce Silver Shadow...

Il franchit les portes du quai de Javel pour la première fois en avril 1972 après avoir garé sa Rosalie devant l’entrée en se faisant engueuler par un gardien... « C’est quoi cette vieillerie ?... ». Malin le gars !

Il parle anglais, danois, espagnol et le thaï (son côté obscur, sa part de masochisme sans doute)… Et en plus il est gaucher...

Son seul diplôme est le 25 mètres nage libre, mais il a triché vers la fin en posant le pied au fond pour avancer… Il y a prescription.
Il a aussi passé à 14 ans le certificat d'études arraché grâce à sa gueulante de La Marseillaise, mais il disait "ça ne compte pas"...

Que dire de plus ?

Il fait, en partie, mai 1968 à bord d’une Traction noire avec au volant un pote fils de médecin qui avait mis un faux caducée sur le pare-brise pour avoir de l’essence… Puis, raflé à la Bourse par les CRS comme pyromane (il avait une boîte d'allumettes sur lui !) à bord d'une DS Break de la télévision allemande, il se tape une nuit de prison passée à compter les carreaux blancs de sa cellule à la Conciergerie...
Oui mon cher ! Oui ma chère !
La Conciergerie c'est plus noble que la Santé... Marie Antoinette en 1793, puis Danton, Robespierre, Lavoisier, Malesherbes, tout ça pour finir par Sabatès en 1968… Hum… Que du beau linge là-dedans… Il en est ressorti avec toute sa tête.

En juin 1968, il entre modestement à Hara-Kiri comme faiseur de tout et de rien et il en sera l’un des « mannequins » jusqu’en 1977… Avec Coluche, qu’il côtoie souvent lors de séances de prises de vues de Jacques Chenard (le regretté Chenz), ils décident de porter des lunettes rouges de chz Julbo…
Sabatès les porta plus longtemps que Coluche...

En 1968, pour un an, il devient photographe médical à l’hôpital Necker à Paris d’où il conserve une grande passion pour la photo et le cinéma... et les jeunes infirmières.

En 1972, rentré du Danemark, il devient animateur au Club Med, pour quatre ans, et en profite pour apprendre la mécanique et parfaire ses connaissances de l’anatomie féminine (en constatant après maintes recherches et expériences que les femmes sont toutes fabriquées pareil : deux machins qui gigotent en haut et deux trous en bas très rapprochés, rien de folichon, pas de quoi en faire tout le foin qu'on en fait !)…

En 1975, il quitte le Club Med et entre à France Inter grâce à son ami François de Closet (Hou le piston !) et devient homme de radio durant 15 ans à la Maison de la radio. Il fera, entre autres, la première émission du jeune Daniel Balavoine et de la femme du Président Mitterrand depuis l'Élysée. Il ira ensuite sur RFI où il sera la voix de la France pour les pays de l'Est sept années durant, pendant le joug communiste… et partira 12 fois en URSS pour apprendre le russe, langue qu'il ne parle toujours pas.

En 1976, il créée la revue "Traction Avant" et la commence au numéro 19, c'est assez con en fait, ne demandez pas pourquoi… Bien des collectionneurs cherchent en vain les premier numéros ! Certains ont même affirmé les posséder... C'est à voir !

En 1978, premier livre : "La Croisière jaune", le virus a pris, les ouvrages se suivent… Il fera aussi le nègre pour certains auteurs (des noms ! Des noms !... Pierre Miquel ? Wouah, ça c'est de la délation de première bourre !)... Il a écrit en Thaïlande un gros roman, un « thriller » d’action (pour changer des bagnoles) avec plain d'espions, de mafias, de filles superbes (pas une seule vergeture !), des cascades (même pas mal !) et des cascades (les premières sont des chutes, les secondes aussi, mais d'eau…).

En 1979, il se rend en Russie à bord d’une Traction avant Citroën de 1937, sans outils ni pièces de rechange ; en 2001 il relie Paris aux pyramides égyptienne en 2 CV via la Tunisie et la Libye et descente proche du Soudan à la limite des Kalachnikov, et en 2007, après quelques autres raids africains en 2 CV, il fait un incroyable Paris-Pékin et retour par la Mongolie et la Sibérie, en voiture, dont il tirera un livre amusant : La croisière Chine 2007.

En 1980 c’est l’aventure de "Javel", la première revue Citroën indépendante de l’usine, qui se vautre au bout de 3 numéros par la trouille d’un éditeur un peu vénéneux sur les bords et qui empoche au passage l’argent des abonnés…

Puis c’est "Citroën-Revue" en 1995, une expérience unique en France portant sur 15 numéros passionnants, mais vouée à l’échec par l’impossibilité d’obtenir un numéro de Commission paritaire. Le directeur de la Communication Citroën sera viré pour lui avoir donné le nom de la marque ! Fallait pas le mériter Sabatès…

En 1996, il crée sa maison d’édition Citropolis qui éditera la revue du même nom puis en 1998 le titre "Planète 2 CV". Sans le sou alors, il écrit tout sous divers pseudos… Sortirons ensuite "Citrocolor", première revue pour enfants citroënistes (qui, hélas !, plonge après 3 numéros...) et "2 CV Xpert", autre expérience unique et parfaitement maîtrisée qui tout au long de ses 16 numéros, sur 4 ans, éduque le deuchiste quant à sa voiture fétiche. Revue qui ressortira au n° 17 en juin 2011 avec une nouvelle équipe et qui paraît toujours... Faute de clients et crise oblige, "Citropolis" est stoppé en juillet 2011.

Et ça continue en 2016, passion intacte, les revues 2 CV sortent régulièrement... mais il n'en a plus les rênes, il observe de loin, sans plus.

En 2008, installation solitaire en Thaïlande où il finalise enfin le rêve secret de sa vie : vivre sous les cocotiers (sans prendre une noix sur la gueule quand même !) en mangeant du durian et en écrivant ce qui lui passe par la tête... Et roule ma poule ! Chaque jour lui apporte son lot de surprises et de trucs rigolos et fous et coquins…
Il s'achète un petit resort près de la mer, puis un second, puis il les revend pour vivre de ses rentes, loue une maison agréable en centre ville. Il roule en Vespa, nostalgie oblige.

2017, il continue de publier des livres en France, livres de BD anciennes qu'il réédite depuis 2015 et une série en 20 volumes sur les automobiles.

Il meurt en 2033 à l’âge de 82 ans dans les bras d'une jeunette de 32 ans (paraissant 6 mois de moins), c’est ce que lui avait prédit en tout cas une diseuse de bonne aventure dans un salon de massage de Bangkok, diseuse à qui il avait mis une claque dans la gueule avant qu’elle ne lui dise le jour exact de sa mort... Faut ce qu’il faut !
Il sera incinéré et ses cendres vendues sur Ebay sans prix de réserve...

Cordialement

Claude LE NOCHER 21/08/2018 18:19

Merci pour ces infos très intéressantes, cher Philippe. Je ne connais pas Fabien Sabatès, mais je sais que Jean-Luc Delvaux est un passionné d'automobiles anciennes, scénariste de plusieurs bédés (très réussies) autour du sujet.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/