Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 04:55

De nos jours, le septuagénaire Mike Fremantle est directeur de la police de Kearns, une ville du Michigan. Policier depuis quarante ans, il a obtenu ce poste voilà une vingtaine d’années. Fremantle est marié à Cara, d’origine vietnamienne, âgée de cinquante-sept ans. S’il l’a épousée, cela n’a rien à voir avec le fait qu’il ait été sergent durant la Guerre du Vietnam, c’était juste une question d’affinités. Il lui arrive de repenser à l’époque où il était combattant, mais ça remonte à quarante-sept ans et il n’a pas vraiment gardé de contacts avec les vétérans du Vietnam. Fremantle n’est pas pressé de prendre sa retraite, d’autant qu’il est assisté de bons enquêteurs. Un jour, il reçoit la visite du directeur de campagne de Wilson Drake, sénateur du Nouveau-Mexique âgé de soixante-six ans, qui désire être réélu. Il a un problème, que Fremantle peut l’aider à résoudre.

L’ancien sergent se souvient fort bien de Billy Drake. À son arrivée dans sa section, il était assez maladroit, mais il se montra finalement à peu près à la hauteur. D’ailleurs, Drake fut récompensé par la médaille Purple Heart, pour acte de bravoure. Lors d’un discours face à des vétérans du Vietnam, Drake a évoqué un épisode de l’époque, se targuant d’avoir tué un ennemi. En fait, c’est Fremantle qui l’a abattu. Sur Internet, un soldat de leur section conteste le fait d’armes de Drake. Bien qu’il déteste plus que tout le mensonge, Fremantle accepte de se rendre à Santa Fe pour corroborer la version du sénateur. Après tout, ce n’est qu’une petite entorse à la vérité. Et puis, l’émissaire de Drake lui a promis que ses services de police bénéficieraient de budgets supplémentaires, dont ils ont bien besoin.

Au Nouveau-Mexique, Fremantle enregistre une vidéo confirmant la version de Drake. Mais un autre ancien soldat accuse à son tour le sénateur de mentir. Comment peut-on lui accorder du crédit, alors qu’il s’agit d’un criminel emprisonné ? Au Vietnam, il présentait déjà des signes de déséquilibre, allant jusqu’à tuer un couple de civils. Néanmoins, il obtint une médaille, lui aussi. À cause de ce témoignage pas fiable du tout, la Purple Heart du sénateur Drake risque maintenant d’être remise en question. Devant des journalistes sérieux, Fremantle présente la "meilleure version" de tous ces faits. Mais l’adversaire de Drake a le soutien de l’ex-lieutenant Gage, ancien supérieur du sergent Fremantle. Ces deux-là se détestaient cordialement, car le lieutenant n’avait rien d’un baroudeur.

Aux yeux de Mike Fremantle, l’affaire devrait s’arrêter là. Beaucoup trop d’agitation pour gagner ou perdre quelques votants, peu significatifs du corps électoral. De retour à Kearns, il ferait mieux d’enquêter avec ses assistants sur un meurtre tout frais. Fremantle est désormais plus impliqué qu’il n’est raisonnable dans la campagne de Drake, et certaines rumeurs risquent fort de lui causer grand tort…

Iain Levison : Pour services rendus (Éd.Liana Levi, 2018)

Ces histoires ne signifient rien, elles ne répondent à aucune question, ne prouvent rien, ne s’insèrent dans rien. Et ce sont les seules dont Billy Drake se souvienne.
C’est pourquoi si quelqu’un l’interroge à propos du Vietnam, il ment. Il indique toujours la bonne unité et le bon endroit, parce qu’il sait que ces crétins de la presse chercheront les archives du Ministère de la Défense sur Internet pour essayer de le prendre en défaut. Alors, il cite l’unité et fabrique des histoires qui finissent toujours drôlement ou héroïquement, et restent assez vagues pour ne pas être vérifiables et juste assez ennuyeuses pour n’inciter personne à se donner le mal de vérifier […] Les gens de la presse sont des animaux imprévisibles, avec une tendance manifeste au masochisme. Parfois vous leur dites d’aller se faire foutre, et ils parlent alors de votre courage pour vous être opposés à eux.

Policier chevronné, Fremantle n’aime pas les menteurs : “Il ne juge pas les gens pour les actes qui les font échouer dans une salle d’interrogatoire, mais pour les mensonges qu’ils lui racontent. Si vous devez être questionné par la police, mettez un peu de réflexion dans vos réponses, n’essayez pas de nous embarquer dans votre univers de mensonge.” Et pourtant, c’est ce qui va lui arriver. Ce n’est pas tant pour goûter aux privilèges liés au pouvoir, voire pour obtenir des budgets, qu’il confirme un petit mensonge. Mais parce qu’il garde le souvenir de Billy Drake comme d’un type correct, sans s’apercevoir qu’une longue carrière politique a pu changer le personnage qu’il a connu. Sans réaliser non plus que tous les coups sont permis lors d’une campagne électorale.

Le mérite de Iain Levison, dont on connaît l’humour ravageur et subtil, c’est de dessiner l’engrenage sans exagérément en dramatiser le déroulement. À soixante-et-onze ans, âge de Fremantle, on a la capacité de faire face à des situations de crise. Malgré tout, c’est dans un bain d’hypocrisie qu’il s’est jeté. On peut compter sur l’auteur pour dénoncer avec ironie les conditions du jeu politique. Il suggère encore qu’avec Internet, personne n’est plus vraiment anonyme. Mais Levison sait aussi nous décrire les facettes humaines des protagonistes. L’harmonie du couple Fremantle, par exemple. Et les souvenirs de l’ancien sergent, dressant un portait plus juste de certains "témoins". C’est un roman, une fiction, mais que l’on sent terriblement proche de la réalité. Excellente histoire, ça va sans dire.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sarah 20/01/2020 22:32

Je suis si heureux d'écrire cela et je dis que Dieu continue à vous bénir (Dr Ogala) pour apporter le bonheur et le sourire dans mon cœur et ma hotte de famille, je ne crois jamais que je peux concevoir à nouveau après avoir essayé de nombreux médecins et les hôpitauxIl était tout simplement incroyable. J'ai eu l'histoire de fausses couches récurrentes, mais en utilisant ses herbes, je suis tombée enceinte naturellement à l'âge de 40 ans, je ne crois jamais sur les aides d'herbe jusqu'à ce que je suis tombé sur beaucoup de témoignages du Dr Ogala de la façon dont il a été utile, puis je lui ai donné un essai, mais vous étiez le seul qui avec sa phytothérapie. Si vous essayez de concevoir ou si vous avez tout autre problème de grossesse, je vais vous conseiller de le contacter maintenant par l'intermédiaire de Drogalaspells@gmail.com ou whatsapp lui 2347061120360, vous pouvez également le contacter avec ce qui suit ,, Essayer de devenir enceinte . Tu veux être riche. Tu veux te marier. Enlevez toute maladie de votre corps. Vous méritez d'être heureux parce que Dieu veut que vous soyez!

dasola 26/05/2018 18:02

Bonsoir Claude, j'ai vraiment aimé ce roman à l'intrigue bien menée. Bonne fin d'après-midi.

Claude LE NOCHER 26/05/2018 20:02

Iain Levinson est un auteur d'une sacrée subtilité.
Amitiés.

Philippe 11/04/2018 03:08

Bonjour M. Le Nocher, Max,

Voyez.

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782764604748-maltraiter-ou-punir-la-violence-envers-les-enfants-dans-les-familles-quebecoises-1850-1969-marie-aimee-cliche/

Maltraiter ou punir ? La violence envers les enfants dans les familles québecoises, 1850-1969
Marie-Aimee Cliche
Boréal, 2007 et 2015

La violence envers les enfants a toujours existé et existe encore. Ce qui a changé, c'est la sensibilité de la société, le degré de violence qu'elle tolère. Pendant des millénaires, des éducateurs bien intentionnés ont enseigné comment user des punitions corporelles, sans en abuser.Au Québec, du milieu du XIXe siècle à la Révolution tranquille, cette légitimation de la violence se retrouve dans les revues familiales, les livres destinés aux parents et les conseils dispensés par les responsables des courriers du cour. Deux dates ressortent dans l'évolution du discours éducatif et de la réalité vécue par les enfants : 1920, année du procès des époux Gagnon qui suscite une prise de conscience sans égale au Canada français, et 1940, avec l'apparition de « l'éducation nouvelle » basée sur la psychologie au lieu d'une interprétation littérale de la Bible. Peu à peu, les Québécois découvrent que non seulement la maltraitance s'enracine dans la pratique des punitions corporelles, mais que ces dernières constituent en elles-mêmes une forme de mauvais traitements. À quand l'abrogation de l'article 43 du Code criminel qui autorise encore l'emploi d'une force « raisonnable » pour corriger les enfants ?

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782764621080-fous-ivres-ou-mechants-cliche-marie-aimee/

Fous, ivres ou méchants ? Les parents meurtriers au Québec, 1775-1965
Marie-Aimée Cliche
Boréal, 2011

Parmi les faits divers rapportés par les médias, il en est peu qui émeuvent autant le public que l'assassinat d'un enfant par ses propres parents. C'est en historienne que Marie-Aimée Cliche aborde ce sujet. Elle privilégie l'étude de cas, explorant les archives judiciaires aussi bien que la presse de l'époque. Elle distingue quatre périodes. D'abord, les cent années qui vont de 1775 à 1875, durant lesquelles le filicide est presque entièrement ignoré. Puis la période 1875-1920, qui correspond à la première découverte des enfants martyrs, en Europe comme en Amérique. L'année 1920 représente une coupure au Québec à cause du procès des parents de la petite Aurore Gagnon, qui entraîne une vague de dénonciations. Enfin, la période suivant la Deuxième Guerre mondiale coïncide avec la vulgarisation de la psychologie et marque le début d'une nouvelle ère dans l'histoire de la protection de l'enfance. En traçant l'évolution des formes de filicide et de la jurisprudence en ce domaine, Marie-Aimée Cliche révèle celle des mentalités dans la société québécoise.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aurore_Gagnon

https://historiquementlogique.com/2016/01/19/laffaire-aurore-gagnon-lintroduction/

https://uottawa.scholarsportal.info/ottawa/index.php/revue-analyses/article/.../1462

http://docplayer.fr/28127109-D-enfant-martyre-a-figure-mythique-les-romans-inspires-de-l-affaire-aurore-gagnon.html

D’enfant martyre à figure mythique :
les romans inspirés de l’affaire Aurore Gagnon

Carolin Loranger

Université de Montréal

L’affaire Aurore Gagnon, du nom d’une enfant de SaintePhilomène-de-Fortierville
qui est décédée des suites des mauvais
traitements reçus de sa belle-mère, Marie-Anne Houde, a
fortement ébranlé le Québec des années 1920
1
. Le procès de la
marâtre, dans lequel il sera révélé que l’enfant avait vécu une
véritable torture, ayant été brûlée au tisonnier, battue à coup de
manche de hache et forcée à boire du détergent à lessive, fera les
manchettes des périodiques de l’époque et sera suivie de près

1 Pour en savoir plus sur l’affaire judiciaire, voir Marie-Aimée Cliche
(2007) et Francine Raymond (2000).

www.revue-analyses.org, vol. 11, nº 2, printemps-été 2016
156

par la population. Cette affaire sera rapidement récupérée et
aura un legs particulièrement important au Québec. Les
manifestations artistiques les plus connues inspirées de ce cas de
maltraitance infantile sont la pièce de théâtre de Jean Rollin et
Henri Petitjean, présentée à environ 5 000 reprises dans
différents théâtres du Québec, du Canada et des États-Unis entre
1921 et 1951, et les films de Jean-Yves Bigras et de Luc Dionne,
respectivement sortis en salle en 1951 et 2005. Moins connus, et
très peu étudiés, les romans inspirés de ce cas judiciaire ont
toutefois également participé directement à la création d’une
légende autour de la figure d’Aurore. Nous chercherons dans les
pages qui suivent à rendre compte de la transformation de la
valeur symbolique attribuée à Aurore en nous penchant sur les
cinq romans écrits sur le sujet entre 1927 et 1990 : La Petite
Martyre, victime de la marâtre de Robert de Beaujolais, Le Roman
d’Aurore la petite persécutée écrit par Hubert Pascal, La Petite
Aurore d’Émile Asselin, Le Drame d’Aurore d’Yves Thériault, qui
paraît sous le pseudonyme de Benoît Tessier, et Aurore (parfois
sous-titré « la vraie histoire de l’enfant martyre » ou « une
histoire vécue » dans les éditions subséquentes) d’André
Mathieu. Cette étude diachronique nous permettra de prendre la
mesure de l’évolution de la figure d’Aurore et de constater de
quelle manière elle a su s’instituer comme mythe dans la
littérature québécoise au fil de ces réécritures.

( Pour lire la suite, voir l'un des liens.
C'est un article de 23 pages dans une revue. )

Cordialement

Claude LE NOCHER 11/04/2018 17:44

Merci Philippe pour ces infos sur la maltraitance (criminelle) des enfants québécois.
Amitiés.

Max 10/04/2018 16:42

Bonjour Claude,
Ce Levison m'a l'air différent de ceux que j'ai lus (Un petit boulot, Tribulations d'un précaire, 3 hommes, 2 chiens , 1 langouste), tous excellents, apparemment il est plus "polar", ce qui n'est bien sûr pas une tare !
Un bouquin de plus sur ma liste.....
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 10/04/2018 17:13

Bonjour Max
Un polar, peut-être pas, mais une intrigue comparable aux romans noirs, où le héros s'enfonce dans une suite de problèmes, sur une tonalité ici assez ironique.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/