Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2018 3 14 /02 /février /2018 05:55

Anna Fox habite une maison de plusieurs étages à Harlem, sur Hanover Park. Voilà dix mois qu’elle a abandonné son métier de pédopsychiatre, et qu’elle vit séparée de son mari Ed et de leur fille Olivia, huit ans. Recluse, elle souffre d’une forme sévère d’agoraphobie, un syndrome d’enfermement qui relève davantage de la neurologie que de la psychiatrie. Le docteur Fielding lui prescrit un traitement médicamenteux assez lourd, alors qu’elle s’alcoolise plus que de mesure au merlot, ce qui est incompatible. L’infirmière-kiné Bina passe chez elle régulièrement, soutien moral plutôt relatif. Outre son chat Punch, Anna n’est plus complètement seule depuis deux mois. Elle a loué le sous-sol à David Winters, séduisant homme jeune, peu envahissant, qui gagne sa vie en bricolant çà et là.

Si elle aime jouer aux échecs sur Internet, où elle prodigue gratuitement des conseils de psychothérapeute, la grande passion d’Anna c’est le cinéma. Plus précisément, les vieux films policiers en noir et blanc, ceux d’Hitchcock en particulier. Elle connaît par cœur les meilleures répliques et les scènes-clés. Depuis qu’Anna s’est isolée, son autre plaisir consiste a surveiller le voisinage. Sans mauvaises pensées, mais c’est obsessionnel. Ainsi, quand la famille Russell s’installe au 207, elle les observe attentivement. Alistair Russell, ex-cadre dans une société de Boston, n’a pas l’air très chaleureux. Jane Russell apparaît bien plus cordiale. Et puis n’est-elle pas l’homonyme d’une grande actrice (1921-2011), partenaire de Marilyn Monroe dans “Les hommes préfèrent les blondes” ?

Les Russell ont un fils de seize ans, Ethan, dont la chambre donne en face de chez Anna. Il est agréable et même serviable, mais manque encore de caractère. Ce qu’Anna attribue au comportement strict d’Alistair Russell, le père. Quelques jours après une longue visite de Jane Russell chez Anna, la recluse croit entendre des cris chez ses voisins. L’effet des médicaments et de l’alcool absorbés, peut-être, car personne d’autre n’a rien remarqué. Un soir où elle regarde “Les passagers de la nuit” (1947) avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall, d’après un roman de David Goodis, Anna assiste au meurtre de Jane, poignardée. Elle tente de sortir pour intervenir, mais elle est victime d’un évanouissement. Quand elle se réveille, Anna a été hospitalisée, et la police est présente.

L’inspecteur Conrad Little n’est pas mauvais bougre, mais sa collègue Val Norelli se montre plus dure. Quand il raccompagne Anna à son domicile, Little ne lui cache pas qu’il pense qu’elle était sous le coup d’hallucinations, car il n’y a pas eu de meurtre chez les Russell. La brune Jane Russell qu’Anna aperçoit lui est parfaitement inconnue ; ce n’est pas celle qu’elle a rencontrée. Elle est certaine de ne pas faire erreur, qu’Alistair Russell a supprimé son épouse. Soumis à son père, Ethan n’est pas causant sur cette affaire. David ne tient pas à s’en mêler, pour des raisons personnelles. Anna se renseigne sur l’ancienne activité de Russell à Boston, qu’il aurait quitté précipitamment. Elle parvient à sortir de sa maison pour tenter un contact avec la deuxième Jane Russell, qui le prend très mal.

Anna ne trouve guère d’alliés : Ethan est trop faible et David n’est pas forcément fiable. S’estimant victimes de harcèlement, Russell et sa femme ont alerté la police. L’inspecteur Little, qui s’est informé sur le cas pathologique d’Anna, reste bienveillant. Mais quand elle prétend que quelqu’un s’est introduit de nuit chez elle, il peine à la croire…

A.J.Finn : La femme à la fenêtre (Presses de la Cité, 2018) – Coup de cœur –

D’où venait ce cri ? Dehors, il n’y a que des flots de lumière dorée et le vent dans les arbres. Est-ce quelqu’un dans la rue qui…
De nouveau, ce même cri déchirant, frénétique, poussé à pleins poumons. En provenance du 207. Les fenêtres du salon sont grandes ouvertes, les rideaux voltigent sous la brise. "Il fait bon aujourd’hui, m’a dit Bina. Pourquoi ne pas ouvrir une fenêtre ?"
Je scrute la maison des Russell. Mon regard va de la cuisine au salon, monte jusqu’à la chambre d’Ethan, revient vers la cuisine. Alistair a-t-il attaqué Jane ? "Il a tendance à vouloir tout contrôler" m’a-t-elle confié. Je n’ai pas leur numéro de téléphone. Je tire mon IPhone de ma poche, le fait tomber par terre. Merde ! Je le ramasse prestement et appelle les Renseignements.

Un pavé de cinq cent pages, ça peut donner un roman intéressant, mais on n’est jamais sûr d’adhérer en continuité à l’ambiance, de garder sa concentration sur les détails du récit, aussi réussi soit-il. Même si les personnages ne sont pas exagérément nombreux, et s’ils sont bien dessinés, éprouvera-t-on une réelle empathie ? Quant au suspense, il n’est pas rare qu’il soit dilué dans d’improbables fausses pistes, ou dans une psychologie plus approximative que crédible. Certes, l’intrigue peut ici rappeler celle de “Fenêtre sur cour”, mais le film d’Hitchcock était adapté d’une nouvelle de William Irish, pas d’un long roman. Pourtant, on aurait grand tort de ne pas faire la connaissance d’Anna Fox.

On imagine aisément cette ex-pédopsychiatre, alcoolique isolée, confinée dans une grande maison quasi-vide auprès d’un plaisant square new-yorkais. Internet restant son unique fenêtre sur le monde, elle a sans doute besoin d’espionner son entourage, surtout les nouveaux venus. Comment ne pas être compréhensif envers Anna, puisqu’elle vénère les films policiers de légende ? Si elle est aussi mal dans sa tête, c’est dû à un traumatisme dont elle garde le secret. Son locataire, le séduisant David, n’a pas tout dit sur son passé, lui non plus. Quant aux voisins d’en face, les Russell, sent-elle dès leur arrivée une part d’obscurité chez eux ? Il est vrai que, de nos jours, la courtoisie n’est plus toujours de mise en matière de voisinage. Néanmoins, Anna devrait arrêter d’abuser du merlot.

La qualité première de cet authentique suspense, c’est sa fluidité narrative. C’est une histoire très vivante qui nous est racontée, sans la moindre lenteur, ni aucun passage superflu. En face d’Anna, que l’on admet fort perturbée, les autres protagonistes ont des réactions logiques et plausibles. Même l’inspecteur Little fait preuve d’une patience louable à son égard. Est-ce que, comme dans l’excellent “La femme au portrait” de Fritz Lang, (“The Woman in the Window”, même titre que ce livre), le final se dénouera grâce à une astucieuse pirouette ? On le verra, mais entre-temps, le scénario s’est ici avéré fascinant. Voilà un suspense vrai de vrai, à ne pas manquer.

Partager cet article
Repost0

commentaires

nadia 06/01/2020 09:34

Bonjour je me prénomme nadia mère de 3 enfants. Je vivais à briouze avec mon mari, quand en 2018 il décida d'aller en voyage d'affaire à Bresil , où il tomba sur le charme d'une jeune vénézuélienne et ne semblait même plus rentrer. Ces appels devenaient rares et il décrochait quelquefois seulement et après du tout plus quand je l'appelais. En février 2019, il décrocha une fois et m'interdit même de le déranger. Toutes les tentatives pour l'amener à la raison sont soldée par l'insuccès. Nos deux parents les proches amis ont essayés en vain. Par un calme après midi du 17 février 2019, alors que je parcourais les annonce d'un site d'ésotérisme, je tombais sur l'annonce d'un grand marabout du nom ZOKLI que j'essayai toute désespérée et avec peu de foi car j'avais eu a contacter 3 marabouts ici en France sans résultât. Le grand maître ZOKLI promettait un retour au ménage en au plus 7 jours . Au premier il me demande d’espérer un appel avant 72 heures de mon homme, ce qui se réalisait 48 heures après. Je l'informais du résultat et il poursuivait ses rituels.Grande fut ma surprise quand mon mari m’appela de nouveau 4 jours après pour m'annoncer son retour dans 03 jours. Je ne croyais vraiment pas, mais étonnée j'étais de le voire à l'aéroport à l'heure et au jour dits. Depuis son arrivée tout était revenu dans l'ordre. c'est après l'arrivé de mon homme que je décidai de le récompenser pour le service rendu car a vrai dire j'ai pas du tout confiance en ces retour mais cet homme m'a montré le contraire.il intervient dans les domaines suivants Retour de l'être aimé Retour d'affection en 7jours réussir vos affaires , agrandir votre entreprises et trouver de bon marché et partenaires Devenir star Gagner aux jeux de hasard Avoir la promotion au travail Envoûtements Affaire, crise conjugale Dés-envoûtement Protection contre les esprits maléfices Protection contre les mauvais sorts Chance au boulot évolution de poste au boulot Chance en amour La puissance sexuelle. agrandir son pénis Abandon de la cigarette et de l'alcool voici son adresse mail : maitrezokli@hotmail.com vous pouvez l'appeler directement ou l 'Ecrire sur whatsapp au 00229 61 79 46 97

Philippe 15/02/2018 01:55

Rebonjour M. Le Nocher,

Ma visite à la librairie Jonas m'a aussi permis d'avoir connaissance, posée sur la table de la caisse, d'une BD alors qu'elle ne paraît en principe que le 17 février.
Regardez, peut-être vous intéressera-t-elle.

https://www.parislibrairies.fr/livre/9791090425910-mon-petit-ponant-nicoby/

Mon petit Ponant
Nicoby
Vide-Cocagne, collection Soudain, 17 février 2018, à paraître

Mon Petit Ponant est un recueil de trois histoires : - Ouessant. - Sein. - Le Paradoxe îlien. Invité en résidence, Nicoby se met en scène dans sa découverte des îles bretonnes du Ponant. Sous forme de carnet de voyage, il raconte le quotidien de ces lieux coupés du monde : les activités des habitants, le régime alimentaire, la vie locale en général. C'est un petit voyage géographique et gastronomique léger et plein d'humour ! Mon Petit Ponant s'inscrit dans la continuité de ses livres autobiographiques (mais romancés !) tels que Poète à Djibouti, déjà chez Vide Cocagne, Une Vie de papa ! Dargaud, et dans le même esprit son Manuel de la jungle chez Dupuis ... Il y montre une grande maîtrise de l'autodérision et fait preuve d'un humour faussement vachard, véritablement tendre, sur les pays ou les situations qu'il explore.

Cordialement

Claude LE NOCHER 15/02/2018 06:34

Bonjour Philippe
C'est de l'auto-fiction version BD, dans un contexte particulier, en effet. Beau jeu de mots quant au titre.
Ce terme de "Ponant" est assez curieusement utilisé, depuis quelques dizaines d'années. "Les îles du Couchant", ça sonnerait moins bien, je vous l'accorde (mais ce serait plus juste). "Les îles de l'Ouest Atlantique" ? Pourquoi pas.
Amitiés.

Philippe 14/02/2018 20:32

Bonjour M. Le Nocher,

J'ai acheté ce ( premier, vous ne le précisez pas, mais c'est indiqué sur la quatrième de couverture ) roman d'A.J. Finn tout à l'heure à la librairie Jonas à Paris 13ème.
La propriétaire, madame Sabine Landré, n'est pas toujours là, mais elle l'était aujourd'hui.
Vous avez peut-être entendu que la librairie Jonas, ouverte en 1957 par madame Landré et son mari ( mort depuis une trentaine d'années ) et qui a donc fêté ses soixante ans en 2017, a été victime de plusieurs attentats dans les années 1980 ?
C'est raconté dans le livre de Sabine Landré " L'Année des cocktails " ( HB Editions, 2008 ), épuisé en neuf mais facile à trouver d'occasion.

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782914581820-l-annee-des-cocktails-quand-on-brulait-les-livres-sabine-landre/

L'Année des cocktails ; quand on brûlait les livres
( Préface de François Maspéro )
Sabine Landré
Hb Editions, 31 janvier 2008

Et, en ce 14 février jour de la Saint-Valentin, une très triste nouvelle, sous réserve de confirmation après des analyses plus poussées : vous avez appris comme moi qu'il semble que, sur les indications de Nordahl Lelandais, le corps ( un crâne d'enfant et des ossements ) de la petite Maëlys ait bien été retrouvé là où il disait ?

Dans l'immédiat, faisons ce que conseille Quentin Chaix (Responsable Com' et mobilisation @116000FRANCE / Protection de l'Enfance, Justice, Jeunesse et Educ pop / ex @salle421. Saint-Denis, France ) :

http://disparitions.canalblog.com/

14 février 2018
Maëlys DE ARAUJO, 9 ans.

La petite Maëlys vient d'être retrouvée, décédée.

Toutes nos pensées vont à ceux qui l'aimaient et nous adressons nos plus vives condoléances attristées à ses parents et à sa famille.

Monsieur Quentin Chaix a les pensées et les mots suivants, d'une grande humanité, merci à lui :

"Il y a eu la frénésie médiatique des premiers mois. Les ultimes rebondissements d'aujourd'hui.

Il y aura l'analyse, les réactions à chaud.

Mais pour un temps, pour un bref moment, qu'il y ait le silence" ...

Cordialement

Claude LE NOCHER 15/02/2018 06:23

Bonjour Philippe
- Je n'ai pas précisé que c'était le premier roman signé A.J.Finn, c'est vrai. Car, je l'évoque de temps à autres, l'argument "premier roman" n'en est pas un pour moi. Cela ne signifie nullement que ce soit à coup sûr un bon livre. Ici, c'est le cas, quand même.
- Concernant l'affaire Maëlys, je l'ai évidemment suivie, en particulier à travers certains réseaux sociaux. Pour la famille, ce doit être un soulagement car rien n'est pire que de ne pas savoir. Il est assez étrange que Nordahl Lelandais, comme Jonathann Daval, aient tant de défenseurs dans l'opinion publique, même après leurs aveux et la clarification des faits, preuves à l'appui (dans les deux cas, les magistrats instructeurs ont agi en grands professionnels). Présomption d'innocence, certes. Ils n'ont pas été encore jugés, certes. Ils plaident un "accident", certes. Mais que signifient ces réactions trop bienveillantes à leur égard, d'une part de la population ?
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/