Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 05:55

Certains personnages de bédé sont issus de la réalité, même les moins férus de planches, de cases et de phylactères le savent. Un des exemples les plus célèbres serait sans doute le physicien et explorateur helvète Auguste Piccard, qui servit de modèle au Professeur Tryphon Tournesol. Un savant original, dont le fils Jacques puis le petit-fils Bertrand ont hérité des mêmes rêves scientifiques, d'ailleurs. Dans l'univers de Tintin, on trouve aussi un sacré garnement de six ans, Abdallah, le jeune fils turbulent de l’Émir dans “Tintin au pays de l'or noir”, qui apparaîtra dans d'autres albums. Hergé s'est inspiré de Fayçal II, le dernier roi d'Irak, chassé du trône et exécuté avec les siens. Déjà, le pétrole semait la guerre et la mort dans ces pays du Moyen-Orient.

Tintin croisera également le chemin de Basil Bazarroff, nom à peine déguisé du trafiquant d'armes Basil Zaharoff, figure pleine de mystère à laquelle les historiens se sont intéressés. Hergé s'inspira encore de Jacques Bergier, scientifique et écrivain. Mais c'est dans une autre série bédé, “Scott Leblanc”, que l'on voit l'ingénieur Wernher von Braun. Au service des nazis, ce passionné d'aéronautique créa les bombes volantes V1 et V2. Puis von Braun fut récupéré par les Américains, pour qui il dirigea la conception d'armement, de missiles, et jeta les bases du programme spatial de la NASA.

L'univers de Lucky Luke est lui aussi peuplé de personnages issus de l'Histoire. C'est avec l'arrivée de René Goscinny aux scénarios que ceux-ci ajoutèrent un savoureux piment aux aventures du cow-boy solitaire. Les frères Dalton, Billy the kid, Black Bart, Calamity Jane, Jesse James, le juge Roy Bean, Wyatt Earp, l'industriel pétrolier Edwin Drake, l'actrice Sarah Bernhardt, et le détective Allan Pinkerton furent quelques-uns des héros associés à Lucky Luke dans les albums dessinés par Morris. Bien qu'il ne soit pas évoqué ici, une pensée pour l'Empereur Smith, riche citoyen américain qui se prit pour Napoléon, dans un des très bons épisodes de cette série. Goscinny sut dénicher des personnages singuliers.

La bédé nous a donné d'autres cow-boys que Lucky Luke. En particulier, Kit Carson, dont les aventures en format “fumetti” connurent un long succès en Europe. La présentation de ces fascicules était moins élégante que pour les albums, mais surtout moins coûteuse. Et le public adorait ces scénarios mouvementés. Dans un autre genre, carrément comique, Turk et De Groot créèrent voilà une quarantaine d'années le personnage de Léonard, un savant très inventif qui s'inspire directement de Léonard de Vinci.

Philippe Mouret : La véritable histoire des héros de BD (Le Papillon Rouge Éd., 2014)

La bédé utilise également des célébrités du moment. Tel Régis Franc qui publia dans les années 1980 trois albums ayant pour héros Marcel Dassault (série “Tonton Marcel”). Plus récent encore, dans le diptyque “Quai d'Orsay”, c'est le politicien et diplomate Dominique de Villepin qui est mis en scène. Il semble que le scénariste ait appartenu au cabinet ministériel de l'intéressé, rebaptisé ici Alexandre Taillard de Vorms mais reconnaissable sans hésitation.

Ah, Betty Page, la reine des pin-up ! On a redécouvert depuis vingt ans ces jolies filles quelque peu dénudées qui firent fantasmer les générations des années 1950 et 1960. Betty Page fut le nom d'une de ces héroïnes court vêtues, passées de la photo à la bédé. Néanmoins, la “vraie” Betty Page eut sa propre carrière, son heure de gloire. Après des clichés sexy et enjôleurs, elle devint une icône grâce au photographe Irving Klaw. Betty Page posa pour des centaines de photos (et quelques films) sadomasochistes. Bien que célèbre et appréciée du monde du spectacle, Betty Page ne joua jamais dans les films plus traditionnels. Aussi se fit-elle oublier à partir de 1958. Mais l'inoubliable pin-up n'est décédée que cinquante ans plus tard, âgée de quatre-vingt-cinq ans.

Gilles de Rais, Raspoutine, Dracula, César Borgia, Casanova, le général Custer, et bien d'autres ont inspiré les auteurs de bande-dessinée. Au total 46 portraits, mi-héros de BD mi-personnalités originelles, c'est ce que nous présente Philippe Mouret dans cet ouvrage. Belle occasion de se souvenir de ces albums et, si l'on est moins spécialiste du genre, d'en découvrir quelques autres. Très bonne initiative, qui va au-delà du monde bédéiste.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Philippe 09/11/2014 12:00

Rebonjour M. Le Nocher,

Je mentionne que tout à l'heure sur France Info j'ai entendu parler, je suppose que vous vous le saviez déjà, d'une caricature par un auteur dont je n'ai pas compris le nom - Mano Loulouarn ai-je cru entendre - parue dans l'hebdomadaire Paysan breton, de Rennes, qui a suscité une réaction du préfet de région y voyant une provocation, un appel au meurtre, malgré l'humour du dessin qu'il ne conteste pas. On voyait un paysan breton, un ou deux gendarmes et un fonctionnaire de la Commission Européenne basée à Bruxelles. Le discours tenu étant quelque chose comme " Passe encore que tu tues les fonctionnaires de Bruxelles, mais le faire avec des armes venant d'ailleurs ! "
Paysan breton a défendu l'auteur et son dessin, mais a décidé de retirer ce dernier afin de mettre un terme à la polémique.

J'ai vu que Marlène Jobert venait de sortir son livre de souvenirs je suppose, " " Les baisers du soleil " , chez Plon.

La newsletter de la librairie la Procure du samedi conseillait hier le livre suivant :

http://www.laprocure.com/conan-doyle-pole-nord-carnets-retrouves-pere-sherlock-homes-arthur-conan-doyle/9782916552439.html

J'ai vu quelques liens :

http://www.editionspaulsen.com/Conan_Doyle_au_pole_Nord.html

http://www.unmondedaventures.fr/conan-doyle-au-pole-nord-les-carnets-retrouves-du-pere-sherlock-holmes/

http://philatelie.polaire.free.fr/spip.php?article598

Cordialement

Claude LE NOCHER 09/11/2014 17:32

Cher Philippe, il s'agit du dessinateur Malo Louarn :
http://www.malo-louarn.editionsptitlouis.fr/

Autrefois, au temps des fondateurs, Charlie Hebdo publiait dans la plupart des numéros "les Unes auxquelles vous avez échappé". Elles étaient drôles, mais assez souvent plus agressives que celle choisie. Ce n'était pas de l'autocensure, juste une façon de privilégier l'humour. Ensuite, le contenu interne de Charlie Hebdo pouvait être carrément féroce. D'autres publication, aujourd'hui, feraient bien de s'en souvenir. A titre personnel (d'après ce que vous me dites des paroles de ce dessin), l'appel au meurtre ne m'a jamais fait rigoler. Or, certains de nos compatriotes - se disant les uns "patriotes", les autres "citoyens" - en arrivent là dans des forums sur Internet depuis quelques mois. Pas vraiment amusant, non.
Amitiés.

Philippe 09/11/2014 01:53

Bonjour M. Le Nocher,

Je l'ai commandé auprès de mon libraire.

Par ailleurs, vous vous souvenez qu'on a parlé à l'occasion du film d'Hitchcock " Une Femme disparaît " ( The Lady Vanishes ) ( 1938 ) avec ce musicologue improvisé enquêteur au sujet de la disparition de la vieille Miss Froy à bord d'un train ? D'après le roman de sa compatriote anglaise Ethel Lina White ?
Il se trouve que Scott, l'auteur du blog Furrowed Middlebrow, qui est revenu de son tour d'Italie dont il a fait un compte-rendu dans l'article que j'indiquais l'autre jour, propose un autre article sur ses lectures durant ces vacances.
Le roman d'EL White " The Wheel Spins " - le titre exact du livre, " The Lady Vanishes " étant celui choisi par Alfred Hitchcock - est plus longuement évoqué que d'autres.
A noter aussi une mention de Josephine Tey, dont je me souviens que vous avez chroniqué des livres.

Cordialement

Claude LE NOCHER 09/11/2014 09:33

Bonjour Philippe
Je notre (et traduis dans l'esprit) ce passage de sa chronique : « Hitchcock a fait de Miss Froy un espion international, tandis que la gouvernante de White est simplement victime des circonstances. De façon étrange et trouble, Hitchcock était une sorte de féministe, je l'ai toujours pensé (...), ce qui donne souvent ses personnages féminins des personnalités fortes et la capacité de prendre l'initiative (souvent des hommes inefficaces). Sa version de Miss Froy était peut-être un exemple de cela, et une amélioration du personnage de la gouvernante... »
Féministe, pas exactement, mais l'idée reste assez exacte : Hitchcock filme des belles femmes de caractère, capables de gentillesse et de colère, intelligentes ou perturbées. Pas des godiches, des faire-valoir pour mâles.
L'article cite aussi Dorothy Sayers, si dénigrée des passionnés de romans noirs, car elle eût des déclarations sévères (et un peu idiotes, avouons-le) contre ce genre de polars.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/