Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 04:55

Charles Exbrayat (1906-1989) publia, pour l'essentiel chez Le Masque, une centaine de romans. Dans la série Imogène McCarthery, trépidantes comédies composées d'action et d'humour, il utilisa pour décor l’Écosse et la Grande-Bretagne. Même s'il semble n'y avoir eu guère de succès, les îles britanniques et Londres inspirèrent pourtant quelques bonnes intrigues à Exbrayat. Voici trois exemples de ses romans ayant pour héros un Écossais à Londres, des Anglais à Vienne, et même des Anglais en Angleterre...

"On se reverra, petite… (Le Masque, 1964)

Le quartier de Soho est, à cette époque, un des plus animés de Londres. Ville touristique cosmopolite, la capitale britannique est aussi peuplée de truands. La police soupçonne Jack Duncan et son adjoint Peter Dewitt d'être des trafiquants de drogues. Surtout, on pense qu'ils auraient assassiné un policier et une jeune femme. Toutefois, il faudrait des preuves pour les arrêter. L’Écossais Malcolm McNamara débarque à Londres, en provenance directe de son village de Tomintoul. Une aubaine pour l'hôtelier Bloom, et pour ses amis Jack Duncan et Peter Dewitt. Brave garçon sans malice, Malcolm tombe bientôt amoureux de la chanteuse Patricia. La naïveté de l’Écossais va servir les plans du duo de truands. Voilà Malcolm entraîné dans des situations aventureuses qui le dépassent, et qui le mettent en grand danger. Un polar humoristique, avec un candide héros très touchant. On le retrouve dans deux autres romans, “Le colonel est retourné chez lui” (1965) et “Un joli petit coin pour mourir” (1968).

Exbrayat : On se reverra, petite… - Mortimer, comment osez-vous ? - Vous manquez de tenue, Archibald !

"Vous manquez de tenue, Archibald !" (Le Masque, 1965)

Ruth Truksmore parait être une banale secrétaire comme on en rencontre des quantités en Grande-Bretagne. Elle est aussi un agent du MI5, sous les ordres du mystérieux colonel Stockdale. On ne connaît que la voix de ce dernier, éminent officier… Archibald Lauder est un aristocrate qui travaille dans la même entreprise que Ruth. Son nom et son titre servent davantage la société, que ses réelles capacités commerciales. Malgré sa timidité, Archibald Lauder avoue finalement son amour à Ruth. Ils se marient bientôt. Hélas pour le couple, une mission est programmée pour Ruth à Vienne, en Autriche. Ruth ne peut faire autrement que d'y amener son mari. Particulièrement maladroit, Archibald devient un poids pour la jeune femme. Dans le cadre de sa mission, Ruth tente de l'évincer. Mais, plus jaloux qu'on ne l'eût cru, Archibald revient au galop. Parvenant même à sauver la vie de sa ravissante épouse. Aidée par des agents locaux du MI5, Ruth arrive vaille que vaille au bout de sa mission. Néanmoins, un peu à cause de son balourd de mari, elle ne peut découvrir qui est le traître recherché. Comédie d'espionnage, disposant d'une véritable intrigue à suspense, ce roman est avant tout destiné à faire beaucoup sourire.

"Mortimer, comment osez-vous ?" (Le Masque, 1967)

Sir Michael est un cardiologue mondain. Époux de la fortunée lady Jane, il est l'amant de Gloria, une femme sans scrupule. Passionné des jeux d'argent, sir Michael perd souvent de fortes sommes. Gloria et lui envisagent sérieusement de se débarrasser de lady Jane. C'est alors qu'un certain Mortimer fait son entrée parmi ce trio. Il se dit amoureux de lady Jane, bien que ne l'ayant aperçue qu'une seule fois. L'étonnant Mortimer apparaît comme un hurluberlu, un doux rêveur débarquant du Cumberland. À cause de sa naïveté, Gloria ne tarde pas à manipuler à sa guise, et avec une perfidie intéressée, le brave Mortimer. Ce pourrait n'être qu'une mauvaise farce, mais bientôt un crime est commis. Une femme est assassinée chez sir Michaël. La courte liste des suspects est vite établie : le cardiologue, lady Jane, Gloria et Mortimer. Un chassé-croisé de soupçons, certes, mais surtout une très sympathique comédie policière.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Philippe 11/10/2014 22:15

M. Le Nocher,

Avez-vous déjà eu l'occasion d'aller à Pontoise dans le Val d'Oise ( 95 ) ?
Comme vous le savez - c'est montré dans les " Rois maudits " , le livre de Maurice Druon et les deux adaptations à la télé, celle de Claude Barma en 1972 avec Jean Piat en Robert d'Artois et celle de 2005 de Josée Dayan, oui, je connaîs vos réserves envers elle, avec Philippe Torreton - , c'est dans cette ville, place du grand Martroy ( on hésite sur le sens de ce mot, " martyr " ou " marché " que furent roués, écorchés vifs, châtrés ( comme Abélard pour son amour avec Héloïse ), décapités et pendus ( sous les aisselles puisque décapités ) les frères Gautier et Philippe d'Aunay pour leurs amours adultérines avec deux des trois brus de Philippe le Bel ( dans la Tour de Nesle d'après Dumas mais c'est contesté ).

Mais ce n'est pas directement ce qui me fait parler de Pontoise en ce jour.
Je sais que vous vous couchez tôt et que vous n'êtes pas comme moi devant la télé à regarder la rediffusion sur France 3 du téléfilm de 2005 " Désiré Landru " de Pierre Boutron avec Patrick Timsit dans ce rôle à contre-emploi ( mais rappelons que Charlie Chaplin, lui aussi connu pour être un acteur comique, réalisa et interptéta " Monsieur Verdoux " en 1947, également inspiré de l'affaire Landru ).
C'est l'occasion pour moi d'indiquer ce qu'on peut ne pas savoir, que ce téléfilm a été en grande partie tourné à Pontoise - c'est la cathédrale Saint-Maclou qu'on voit à un moment, et une place est en réalité celle de la Harengerie - . Comme beaucoup de fictions, ce qui est dû à la proximité de Paris - 30 kms d'où de moindres frais de transport et d'hébergement pour les participants - et à la présence de décors variés se prêtant à des reconstitutions historiques ou films d'époque. Claude Brasseur a une maison dans le Vexin - Vexin français ou Vexin normand, ce n'est pas précisé - et avait convaincu son ami Philippe de Broca ( " L'homme de Rio " , 1963, avec Belmondo, Françoise Dorléac la soeur de Catherine Deneuve morte dans un accident de voiture en 1967, ou Jean Servais de " Du rififi pour les hommes " 1955, d'après Auguste Le Breton ) de tourner " La Gitane " en 1985 à Pontoise.

Je recommande le livre de Patrick Glâtre ( déjà auteur de " Un siècle à Pontoise " , 2001 ) " Pontoise au cinéma " , paru aux éditions du Valhermeil ( comme certains livres de votre ami Roland Sadaune ) en 2011.

http://www.valdoise.fr/9544-une-star-du-septieme-art.htm#par46643

http://www.valhermeil.com/index.php?id_product=77&controller=product
( Page en maintenance au moment où j'écris. )

http://www.priceminister.com/offer/buy/150684868/pontoise-une-ville-au-cinema-de-patrick-glatre.html

Cordialement

Claude LE NOCHER 12/10/2014 16:38

Un de mes films préférés, réalisé par Claude Lelouch, réunissait Jacques Brel, Lino Ventura, Charles Denner, Charles Gérard, Aldo Maccione, avec même Johnny Hallyday. Je peux le regarder en boucle, celui-là. Ah, l'accident entre Ventura et Maccione ("io non lo conosco"). D'autres citations tirées de ce film, ici :
http://fr.wikiquote.org/wiki/L'Aventure_c'est_l'aventure
Amitiés.

Philippe 12/10/2014 12:38

Charles Denner ( originaire de Pologne ou d'un autre pays d'Europe de l'Est, ce n'était pas son vrai nom ) est mort depuis plus de quinze ans et un peu oublié. Il jouait davantage les seconds rôles ( l'adjoint du commissaire de police joué par Belmondo dans " Peur sur la ville " , 1975, d'Henri Verneuil, ou le père du petit garçon dans une famille juive pendant la guerre dans un film de Claude Berri je crois dont la référence m'échappe ). Mais il assura le rôle principal de Bertrand dans " L'homme qui aimait les femmes " ( 1977 ) de François Truffaut - dont on commémore cette année les 30 ans de la mort - .
Beaucoup d'acteurs catalogués comiques se sont en effet écartés de ce registre, ainsi Fernandel. Coluche dans " Tchao Pantin " . Alain Chabat dans " Les Cousins " ( 1997 ), où jouait Patrick Timsit dans un rôle d'indic.

Cordialement

Claude LE NOCHER 12/10/2014 06:38

Il ne faudrait pas oublier l'excellent film de Claude Chabrol "Landru" avec Charles Denner (1963), scénario et dialogues de Françoise Sagan.
Je ne suis pas fan de Patrick Timsit. Autant j'aime l'humour grinçant façon Pierre Doris, autant je trouvais agressif celui de Timsit. Une réaction toute personnelle, mais il a sans doute du talent. Les comiques veulent jouer des rôles dramatiques, depuis toujours. On cite toujours "Le cercle rouge" de J.P.Melville comme seul rôle grave de Bourvil, alors qu'il ne joua pas que des rôles comiques dans sa carrière. Evidemment, aimer Bourvil créée peut-être une incompatibilité avec Timsit.
Amitiés.

Philippe 11/10/2014 21:06

Gag ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !
M. Le Nocher, c'est vous le Noir en turban qu'on voyait dans le Stéphane Collaro Show ?
Plus sérieusement ( sic ) si Sophie Barjac avait jadis deux ans de plus que vous, m'est avis en effet que cet écart n'a pas varié !
C'est bien Sophie Barjac l'héroïne du feuilleton télévisé " Anne après jour " ( 1976 ) - j'ai encore la mélodie en tête - qui raconte l'histoire d'une jeune fille qui se découvre de la famille en Angleterre ? Je n'ai pas l'âge de l'avoir vu à sa première diffusion, mais je l'avais vu sur la Cinq dans les années 1990. Depuis il est sorti en DVD édité par LCJ - spécialisés dans les éditions de fictions anciennes de télévision - que je me suis offert il y a quelques années.

Claude LE NOCHER 12/10/2014 16:32

La fille de Dominique Laffin et du chanteur Yvan Dautun est Clémentine Autain, une "polémiste" (comme on dit aujourd'hui) qui est rarement à court d'argument dans les débats...
J'ai cité Gendron (né en 1954) à dessein, car je savais que vous le connaissiez. Eh oui, comme Sophie Barjac, ils étaient jeunes alors. Tandis que moi je garde ma fraîcheur poupine, ils ont pris de l'âge...

Philippe 12/10/2014 12:27

Je vais peut-être vous surprendre, mais là si vous me dîtes Dominique Laffin, je ne vois pas qui est sa fille. S' appelle-t-elle Laffin ou autrement ?
J'ignorais que François-Eric Gendron ( " Avocats et associés " ) était déjà acteur en 1977.

Cordialement

Claude LE NOCHER 12/10/2014 06:27

Bonjour Philippe
J'ai vu des extraits de "Anne jour après jour", un feuilleton que je n'avais pas suivi à l'époque. Du genre assez mélo, si j'ai bien compris. Sophie Barjac est bien, mais pas "top". Elle n'avait que 19 ans, ce qui explique de petites failles dans l'interprétation. Même si elle tournait depuis deux ou trois ans. J'avais préféré la série "Cinq à sec" (1977) avec elle, François-Eric Gendron, Philippe Brigaud, Pierre Dourlens, Elisabeth Magnin. En 1982, elle joua aussi dans "La tribu des vieux enfants" d'après un roman de G.J.Arnaud. C'était la regrettée Dominique Laffin (dont vous connaissez sûrement la fille) qui tenait le rôle principal.
Amitiés.

Philippe 11/10/2014 18:28

Rebonjour M. Le Nocher, Patrick,

Avez-vous entendu dire que le patronyme Mortimer est d'origine française ?
Vous connaissez le château de Mortimer en Normandie ? Il a la réputation d'être hanté, comme le disait une émission sur TF1 ou TMC genre les " 30 histoires les plus mystérieuses " .
A propos de Blake et Mortimer, on les appelle toujours ainsi, mais peut-on répondre à la colle de dire comment ils se prénomment ?
Pas de concours, je dis tout de suite les réponses : c'est Francis Blake et Philip Mortimer !
Inversement, le capitaine Haddock - et on en revient à Tintin évoqué hier - , pourriez-vous dire son prénom ?
C'est Archibald. Dit une seule fois dans l'ensemble des albums, dans les " Picaros " .
Un autre Archibald : l'un des trois cousins - avec Anthony et Alistair - dans la famille André que fréquente Candy dans le dessin animé japonais ( 1976 ).
Vous connaissez la chanson - paroles et musique - du générique " Au pays de Candy " qu'on entendait dans Récré A2

Au pays de Candy
Comme dans tous les pays
On s'amuse,on pleure, on rit
Il y a des méchants et des gentils
Et pour sortir des moments difficiles
Avoir des amis c'est très utile
Un peu d'astuce, d'espièglerie,
C'est la vie de Candy
Et quelquefois quand elle imagine
Tous les soirs en s'endormant
Que le petit prince des collines vient lui parler doucement
Pour chasser sa tristesse
Elle cherche la tendresse
Câline et coquine
Toujours jolie
C'est Candy
Can-an-dy

Mais vous ne connaissez peut-être pas cette autre chanson de Candy que j'avais découverte voici quelques années sur un site de fan : www.candyneige.com ( j'ignore si ce site existe toujours, j'indique de mémoire son adresse, comme je récite de mémoire les paroles ) :

La nuit descend
Candy s'endort
En rêve elle va sur la colline
Avec son prince aux cheveux d'or
Elle rentrera à l'aurore
Oublie tous tes petits chagrins
Ils reviendront dés demain
Les rêves sont courts
La nuit tombe
Et dans l'ombre
Quelqu'un t'appelle
Candy
Candy
Can-an-dy

Cordialement

Philippe 11/10/2014 21:19

Oui, certains voient dans la tapisserie de la reine Mathilde l'une des premières bandes dessinées - avec des peintures rupestres dans des grottes de la Préhistoire ou les oeuvres du Suisse Rodolphe Töppfler au 18ème ou début 19ème siècle - . Malgré l'absence de bulles, mais rappelons que de toute façon il n'y avait pas non plus de bulles, mais des textes en-dessous des dessins, dans les Pieds Nickelés ou Bécassine ou la Famille Fenouillard ou le Sapeur Camembert ou le Savant Cosinus. Les bulles sont attribuées à Alain Saint-Ogan dans les aventures de Zig et Puce.
Je n'ai vu la reine Mathilde à l'écran que dans le feuilleton " Guillaume le Conquérant " - elle était sa femme - avec Hervé Bellon dans le rôle-titre. Diffusé sur FR3 - le nom de la chaîne à l'époque - et une seule fois. Une excellente co-production franco-roumaine avec des acteurs, réalisateurs et autres participants des deux pays. Ce qui est remarquable vu que la Roumanie était sous Ceaucescu.
Un feuilleton que je me désespère de voir sortir en DVD, je regarde de temps en temps, toujours rien de programmé.

Claude LE NOCHER 11/10/2014 20:18

Cher Philippe,
Si vous passez un jour par Bayeux, ne manquez pas d'aller admirer le long rouleau de la Tapisserie de la Reine Mathilde. Certes, les visiteurs n'ont pas besoin d'en saisir tout le sens (la conquête de l'Angleterre est un des thèmes, mais ce témoignage est plus vaste). Ce qui est émouvant, je pèse mes mots, c'est de penser que le document a traversé les époques depuis le Moyen-Âge. Je suppose qu'existent encore à Bayeux de vieux panneaux routiers, ceux qui permirent aux Alliés de se diriger à la Libération... ça aussi, c'est précieux.
Mortimer = Mortemer, en effet. Moi, ça me fait penser à Mort Shuman, chanteur et compositeur oublié car décédé tôt. "Il neige sur le Lac Majeur", "Papa Tango Charlie", "Sorrow" et "Un été de porcelaine" la chanson du film L'Hôtel de la Plage. Bon sang, rien que de repenser à Sophie Barjac, j'ai des trépidations qui se réveillent (gag). A l'époque, elle avait deux ans de plus que moi, maintenant elle a pris de l'âge (gag-bis). Bon, tout ça pour dire qu'à l'arrivée de Candy sur nos écrans, je fantasmais sur Sophie Barjac.
Amitiés.

Oncle Paul 11/10/2014 17:33

Bonjour Claude
Exbrayat a bercé mon adolescence et longtemps après. Toujours un plaisir de le retrouver. Comme dernièrement avec Les blondes et papa...
Amitiés

Claude LE NOCHER 11/10/2014 18:18

Salut Paul
Lire un roman d'Exbrayat de temps à autres est très bon pour le moral, du moins la plupart de ses titres, des comédies policières délicieuses. Amitiés.

Patrick 11/10/2014 08:45

Bonjour Claude
Je n'ai jamais lu de romans d'Exbrayat , va falloir que je m'y colle ...pour voir..
Bon samedi , amitiés..

Claude LE NOCHER 11/10/2014 09:46

Salut Patrick
Certains Exbrayat se passent en Italie, en Ecosse ou en Grande-Bretagne. D'autres ont pour décor le terroir français, généralement très drôles. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/