Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 05:55

C'est en famille que le commissaire Kostas Charitos a fêté le nouvel an, avec sa femme Adriani, leur fille avocate Katérina et leur gendre médecin Phanis, ainsi que des proches. Triste festivité car la Grèce quitte l'Euro pour revenir à la Drachme, sa monnaie d'origine. La même chose se passe en Italie et en Espagne, exclus aussi du système monétaire. Ces pays marchent vers une ruine définitive. En ce début d'année déjà, l'ensemble des salaires est suspendu en Grèce pour trois mois, sans doute bien davantage. Les manifestations de rues sont contradictoires. Les jeunes ont l'espoir que le drachme relancera l'économie. Les vieux croient encore à l'Euro. Tous sont habités d'un même fatalisme. Adriani s'organise pour que, au niveau des repas collectifs, la famille Charitos ne manque de rien.

Katérina défend l'étudiant Kyriakos Demertzis, arrêté comme dealer, qui a avoué. Curieux, pense le commissaire Charitos, car ce jeune n'a pas le profil. C'est aussi d'opinion d'un de ses collègues des Stups. Quand intervient le riche père de l'étudiant, ce dernier ne cache pas son hostilité et refuse l'aide de l'avocat paternel, un des meilleurs du pays. Lorsqu'il rencontre le nommé Pavlos, Charitos obtient une explication. Un ancien hôtel de luxe a été transformé en squat pour SDF. C'est afin de participer au financement de ce squat que Kyriakos Demertzis a vendu de la drogue. Peu après, le cadavre de Yerassimos Demertzis est découvert assassiné dans l'ancien centre olympique de Paleo de Faliro. Sans doute est-ce symbolique, car c'est l'entreprise de la victime qui obtint le marché de la construction du centre. Ce qui contribua largement à faire la fortune de Demertzis-père.

L'extrême-droite grecque organise des commandos violents contre les locaux abritant des immigrés. Parmi ces derniers, ceux qui sont en situation régulière cherchent d'ailleurs le moyen de quitter la Grèce, pays sans avenir. Faut-il attribuer le meurtre de Demertzis à une action terroriste de ces nazillons, ou à l'extrême-gauche ? À moins que, un conflit professionnel étant écarté, il s'agisse d'une affaire privée autour d'une ex-amante ?

Un message fait référence à l’École Polytechnique. Les étudiants s'y révoltèrent contre la dictature des Colonels, en 1973. Demertzis participa à la contestation. “Pain, éducation, liberté” était leur slogan. La plupart se sont embourgeoisés par la suite, ne dédaignant pas la corruption ou les combines politiques et économiques. Demertzis engagea même à un poste de confiance un de ses adversaires de l'époque. On va compter bientôt deux autres victimes, le Pr Theoloyist puis Dimos Lepeniotis. Eux aussi firent partie de la génération de l’École Polytechnique, et oublièrent leur engagement solidaire. Charitos pense que, même si le tueur opère éventuellement seul, il a forcément un complice qui serait à l'origine de ces exécutions...

Petros Markaris : Pain, éducation, liberté (Éd.Seuil, 2014)

Après “Liquidations à la grecque” (2012) et “Le justicier d'Athènes” (2013), le troisième volet de la trilogie de Petros Markaris consacrée à la crise économique accablant son pays. Trois intrigues indépendantes, il faut le rappeler. On retrouve toujours avec grand plaisir l'humaniste commissaire Charitos. Sans pencher du côté de ceux pratiquant une justice vengeresse, il n'ignore pas que la démocratie a causé des déceptions en Grèce. Se rebeller ne fut pas inutile, mais ensuite ? “La génération de Polytechnique a régné pendant dix ans au moins. Après la Dictature, ils ont pris le pouvoir en politique, dans les syndicats, les coopératives agricoles, l'éducation, partout (…) Puis une nouvelle génération est apparue, formée à l'image de la précédente. Elle s'est donc mise à revendiquer sa part, et c'est là que les conflits et les haines ont commencé. Si vous voulez chercher l'assassin parmi cette masse, il va falloir plonger profond, commissaire.” C'est ce qu'il va faire.

L'intrigue policière est donc bien présente, avec une enquête en bonne et due forme. S'y ajoutent habilement des considérations sur l'actualité du pays. L'extrême-droite qui tente de récupérer le désarroi des populations, comme partout... Sans occulter les fautes des Grecs, qui ont abusé de l'Euro : “Tout cet argent qu'on a reçu pendant des années, ces subventions d'un peu partout, cela n'a pas servi à construire du neuf, à investir, à s'équiper, non. On a ajouté des étages à nos maisons... Oui, mais nos grands-pères et nos pères savaient que les maisons supportent un seul étage de plus. Alors, nous nous sommes payés trois voitures par famille, des maisons de campagne, des piscines, des canots pneumatiques. Les fondations n'ont pas tenu et la maison s'est effondrée.” Ce qui n'empêche pas les sourires, avec notamment Adriani, la débrouillarde épouse de Charitos. Ce troisième acte du roman noir de la Grèce d'aujourd'hui est franchement réussi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bonsoir Claude,<br /> Je n'ai pas trop aimé le seul Markaris que j'ai lu, &quot;Le Che s'est suicidé&quot;. Son plus grand intérêt était de se passer dans un lieu peu commun du polar, avec des personnages intéressants et une valeur documentaire certaine sur la Grèce d'aujourd'hui.<br /> Amicalement,<br /> Max
Répondre
C
Bonjour Max<br /> &quot;Le Che s'est suicidé&quot; et &quot;Actionnaire principal&quot; (ou &quot;Publicité meurtrière&quot;) m'avaient échappé. Mais depuis &quot;L'empoisonneuse d'Istanbul&quot;, je suis très fan de Petro Markaris. Sans doute parce que c'est la population grecque qui est mise en avant dans ces histoires, et que le commissaire Charitos et ses proches sont fort sympas. Cette &quot;trilogie de la crise&quot; permet de mesurer la vérité de cette épreuve pour eux. Ici, il montre bien que le retour à la monnaie nationale aboutit à la catastrophe (fin des salaires, donc des retraites et des aides familiales), ce qui peut nous donner à réfléchir.<br /> Amitiés.
L
J'aime beaucoup cette série mais là on entre dans le roman policier d'anticipation. <br /> Le Papou
Répondre
C
Bonjour<br /> Petros Markaris anticipe le retour de la Grèce à la drachme, ce qui n'est pas encore le cas, en effet. Manière de montrer que son pays, avec une monnaie ou une autre, n'a guère de solutions en vue.<br /> Amitiés.
L
c'est assez curieux Claude car je suis le même chemain que toi. J'ai lu, et aimé son tout premier mais j'ai fait l'impasse sur son second, mais je compte lire ce troisième d’autant qu'il n'est pas très épais. Preuve s'il en est en tout cas que l'auteur de polar est aussi et d'abord un témoin de son temps, de son époque. Les romans de Markaris rendent parfaitement compte de la déliquescence de la société grecque qui se dissous dans l'acide de la finance et des requins du FMI
Répondre
C
Salut Bruno<br /> En tant qu'auteur de romans noirs, Petros Markaris est un témoin de l'ambiance de son pays, et il transcrit ça à merveille. Sans donner exagérément raison aux siens, car la corruption n'est jamais loin, mais en notant l'acharnement de certains contre la Grèce... &quot;L'épaisseur&quot; du propos ne se compte pas en nombre de pages, mais dans le contenu, eh eh !<br /> Amitiés.
P
Salut Claude, j'ai ses 3 romans mais je n'ai pas eu le temps de me pencher sur son cas. Va falloir que ça change. Allez, hop, à pAmitiés
Répondre
C
Salut Pierre<br /> J'ai provisoirement zappé le 2e, mais le 1er et le 3e titre de cette trilogie m'ont carrément séduit. La Grèce actuelle, avec ses déboires financiers + le brave Charitos, et sa famille, c'est vraiment un petit monde qu'on adopte vite.<br /> Amitiés.
P
Pardon, pour le départ intempestif. Je disais, allez hop, à partir de ce soir, 2 heures de sommeil en moins ! Amitiés

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/