Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 05:55

Meryl Close est âgée de quarante-trois ans. Elle a toujours vécu dans l'ombre de sa mère, la directive Meredith. Employées dans la même entreprise, elles habitaient ensemble, ne sortaient guère, partageaient les mêmes vacances. Pas d'homme, ni la moindre fantaisie, dans leur isolement volontaire. Peu d'expérience des réalités. Au décès de sa mère, Meryl réalise combien elle a été frustrée dans ses choix de vie. La défunte laisse une jolie somme. Vendant leur petite propriété, Meryl achète un camping-car fonctionnel. Une idée qui eût fait bondir sa mère, sans nul doute. Elle a l'intention de sillonner en toute liberté les routes de la Grande-Bretagne. Bientôt, Meryl doit affronter la brutalité du monde.

Si la campagne anglaise est charmante, sa population villageoise reste parfois rustre. Tel ce fermier en train d'agresser sexuellement sa propre fille de douze ans, Mary-Ann. Meryl intervient, tue le pervers Culloughs. La gamine ne se montre guère coopérative. Éliminer Mary-Ann relève également de la légitime défense, estime Meryl. Elle fait halte dans un hébergement de plein air, à Manchester. Si elle est au courant de l'enquête sur le double meurtre, la police n'a pas de raison de la suspecter. Au début de son périple, elle eut une altercation avec le despotique maire du village d'Oakham. Il fut soupçonné d'avoir tué un routard et son chien, sans suite. Meryl considère comme juste de supprimer à son tour ce petit notable arrogant et violent. Elle n'a aucun mal à l'égorger, laissant peu de traces.

L'inspecteur Russel Milland est en poste au commissariat de Chester. Il appartenait à la police de Londres lors des attentats de 2005. Impliqué dans une enquête à ce sujet, il fut très marqué par la mort de son principal collègue. Ces images le tourmentent toujours. Il finit par accepter ce reclassement à Chester. Il est chargé de l'affaire d'Oakham. Le maire est décrit comme bon mari, n'ayant pas d'ennemi. La population locale s'avère farouche. On ne l'a pas tué pour le voler, c'est un fait. Russel Milland imagine un possible lien avec le meurtre du fermier et de sa fille. Certes, le camping-car d'une femme a été signalé, une piste qui lui apparaît toutefois incertaine... Meryl est retournée dans sa maison vendue à deux retraités. Négocier quoi que ce soit avec le couple est clairement impossible...

Maud Tabachnik : L'ordre et le chaos (Albin Michel, 2014)

Façon road-movie, Maud Tabachnik nous propose ici une histoire de tueuse en série, pour son huitième titre dans la collection Spécial-Suspense. Cette Meryl, que la police baptisera finalement “la Bouchère du Herefordshire”, est fatalement un singulier personnage.

Dans son enfance, on diagnostiqua son comportement asocial : “Une migraine vient de me tomber dessus. Je sais pourquoi. Le médecin de famille avait déclaré à ma mère que ça se produirait chaque fois que je serais en colère ou contrarié. ─ Ça vient du sang, avait-il précisé. Votre fille est une sanguine sous ses airs calmes. Quand elle se met en colère, le sang engorge ses artères et monde directement au cerveau.” Ayant trop longtemps végété dans un cocon, c'est sans conscience du réel qu'elle se réveille. Criminelle, ce n'est pas sa définition des faits : “Un crime est l'action de tuer un être vivant par cupidité, haine, jalousie, plaisir, cruauté, sadisme, sexualité perverse. Où suis-je là-dedans ?”. Meryl se protège en fixant sa version de la légitime défense, avant de glisser vers la démence.

L'autre héros de cette histoire, c'est le policier Russel Milland. S'il est inefficace, bien que menant une enquête correcte avec son jeune adjoint, c'est qu'il reste perturbé par son passé. Il se sent tel un coupable, qui en rechercherait d'autres... N'accordons pas trop d'importance à certains détails descriptifs, ni aux décors britanniques. On comprend que ce qui prime pour cette auteure chevronnée qu'est Maud Tabachnik, c'est la grande part psychologique du suspense. À travers le mental des protagonistes, elle maîtrise fort bien son sujet.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Rebonjour M. Le Nocher,

Je vois à l'instant que sur le blog de la librairie jeunesse les Sandales d'Empedocle, la revue de presse des romans de la semaine :

http://librairiesandales.hautetfort.com/archive/2014/01/10/petite-revue-de-presse-des-nouveautes-de-la-semaine-romans-5267677.html#more

mentionne aussi un roman de Maud Tabachnik, " Si tu meurs, elle reviendra " chez Flammarion, qui est également un road-movie en quelque sorte. Mais d'un genre différent par rapport à " L'ordre et le chaos " puisque là c'est un père qui part sur les routes à la recherche du chauffard meurtrier de sa fille.
D'autres romans de cette liste ont aussi une tonalité de polar. Ainsi l'édition de poche du tome 1 des " Soeurs Wilcox " de Fabrice Colin ( 2009 ) qui se passe dans le Londres victorien de Jack l'Eventreur. Ou " Cauchemar d'une nuit d'été " de RL Stine ( c'est bien l'auteur des " Chair de poule " ? ) où le tournage d'un remake d'un film d'horreur des années 1960 tourne lui-même à l'horreur. Ou encore la troisième édition ( après Albin Michel déjà en 2010 mais avec une autre couverture et Hachette Livre de Poche, 2012 ) de " Treize raisons " de Jay Asher, chez Albin Michel collection Wiz. Une adolescente se suicide et laisse treize cassettes chacune parlant d'une personne, amie
ou ennemie, qui a compté dans sa décision.
Il y aussi le tome 3 des " Cousins Karlsson " , une série suédoise mettant en scène des frères, soeurs, cousins qui à chaque fois sont en vacances et se retrouvent mêlés à des mystères. J'avais lu quand le tome 1 est paru - j'ai le 2 aussi - qu'on y voyait une version contemporaine du Club des Cinq, c'est à dire le groupe d'enfants qui vit des aventures au hasard de ses vacances. Une formule peu réaliste, pourtant très appréciée à l'époque du Club des Cinq, des Six compagnons et qui avait presque disparu des polars jeunesse d'aujourd'hui.

Cordialement
Répondre
C
Je vois aussi deux titres de Joyce Carol Oates... Bizarre de constater que cette écrivaine très productive, reconnue comme une femme de lettre importante, soit si peu mise en valeur chez nous. Certes, elle est très bien publiée (notamment chez Albin Michel) et elle a un public, mais finalement trop peu d'échos, de notoriété entretenue autour d'elle, il me semble.
N'oublions que le Club des Cinq et autres étaient carrément des adaptations et non des traductions strictes. Je veux dire que leur succès vient de là (autant que de l'époque) car on aurait moins aimé des histoires se passant en Cornouailles ou dans les Shetlands, avec des mômes aux prénoms britishs. Cela dit, oui, le polar jeunesse a beaucoup évolué. S'adressant peut-être parfois davantage aux encadrants et parents qu'aux enfants eux-mêmes, avouons-le. Quand je vois des lectures "à partir de 7/9 ans" sur des sujets qu'ils ne captent pas, je m'étonne.
Amitiés.
P
Meryl comme l'actrice Meryl Streep, Close comme Glenn Close, Milland comme Ray Milland le mari vrai coupable dans " Le crime était presque parfait " ( 1954 ) d'Alfred Hitchcock avec Grace Kelly dans l'un de ses derniers rôles avant son mariage avec le prince Rainier.
Répondre
C
Rien de malveillant de ma part dans ce qui va suivre, mon cher Philippe... Je cite l'argument de "Logicomix" : "Traduit dans 15 langues - Vendu à plus de 100 000 exemplaires en version anglaise - Numéro 1 dans les meilleures ventes du New-York Times (catégorie roman graphique) - Récompensé par le prix des libraires aux Pays-Bas (mars 2010)" L'ouvrage est sûrement très intéressant, peut-être même essentiel. Mais ce marketing usé ne sert pas sa cause. Pareillement, citer les ventes d'Amélie N., Guillaume M, Marc L, Maxime C., Bernard W., c'est dire leur succès mais ça fait quand même moutonnier. Alors qu'il y aurait tant d'autres arguments pour exprimer que, dans ce cas, "Logicomix" est un livre d'une vraie qualité.
Anastasia ! Je me souviens d'un livre où, je crois, l'auteur relate sa rencontre avec elle, dans une cabane forestière perdue, dans les années 60 (Alain Decaux, L'énigme Anastasia, 1965 Presses Pocket). Il me semble que c'est son inculture (à l'inverse de la vraie fille du tsar) qui le frappa. Heureusement pour elle, la fausse Anastasia trouva par la suite des défenseurs, des soutiens. Les Américains lui ont consacré plusieurs films, à cette héroïne "so romantic". Bah, les mythes ont aussi leurs mérites.
Amitiés.
P
Bonjour M. Le Nocher,

Russell Square porte le nom de la grande famille Russell à laquelle appartenait Bertrand Russell, le philosophe, mathématicien et logicien, auteur des Principia Mathematica - et fondateur dans les années 1920 de l'école de Beacon Hill, qui n'a existé que peu d'années mais proposait une pédagogie alternative, dans la mouvance de Célestin Freinet, Maria Montessori ou Summerhill ( Libres enfants de Summerhill ) de l'Ecossais Alexander Sutherland Neill .

J'ai une BD, " Logicomix " ( Vuibert, 2010 ) dont Russell est le principal des personnages réels. C'est lui en gros plan sur la couverture.

http://www.amazon.fr/gp/product/2711743519/ref=olp_product_details?ie=UTF8&me=&seller=

Nous parlions de Glenn Close.
Je vois qu'à la date d'aujourd'hui le site Angelfire Russian a un article qui annonce le tournage d'un film avec Glenn Close, dans le rôle d'Anna Anderson, la femme qui disait être Anastasia.

http://www.angelfire.com/pa/ImperialRussian/blog/

L'originalité du film est de se situer en 1983 quand Anna est à la fin de sa vie ( elle mourra en 1984 ) et où avec son mari elle s'échappe de leur maison de retraite afin de vivre la lune de miel qu'ils n'ont jamais eue.
Là aussi, comme dans " L'ordre et le chaos " ou " Si tu meurs, elle reviendra " , un road-movie, cette fois de vieux amoureux. Une " dark road-trip comedy " est-il dit.

Cordialement
C
Vous avez bien saisi l'allusion, Philippe. Le prénom de Russel doit s'inspirer de Russell Square, parc proche de l'université de Londres. Maud Tabachnik introduit par ailleurs divers clins d'œil, puisque nous avons aussi ici un policier nommé Rankin. Par contre, si Oakham existe, rien à voir avec ce village de ploucs comptant moins de mille habitants.
Amitiés.
P
Bonjour M. Le Nocher,

Sur le blog de la librairie jeunesse et boutique de jouets de Rennes la Courte Echelle
lacourteechelle.hautetfort.com
que vous connaissez, il y a un article sur le nouveau guide Alires ( collectif de librairies de Rennes ) :
http://lacourteechelle.hautetfort.com/archive/2014/01/08/la-plus-grande-librairie-de-rennes-5265989.html

Cordialement
Répondre
C
Les librairies rennaises indépendantes et spécialisées ne manquent pas d'initiatives, cher Philippe. Il en va de leur survie économique, on ne l'ignore pas. Et ça démontre leur vivacité autant que leurs rapports sans doute plus proches avec leur clientèle.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Action-Suspense Ce Sont Des Centaines De Chroniques. Cherchez Ici Par Nom D'auteur Ou Par Titre.

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

ACTION-SUSPENSE EXISTE DEPUIS 2008

Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/